claude lelièvre
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Lycée en chantier

Suivi par 13 abonnés

Billet de blog 9 oct. 2008

claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

Des antécédents à la réforme du lycée?

Certains pensent que la réforme du lycée projetée par Xavier Darcos est d’inspiration «anglo-saxonne», (voire finlandaise). Mais on peut y voir aussi des «reprises» (certes dans un contexte sensiblement différent) de certains aspects du fonctionnement «modulaire» des «Ecoles centrales» créées durant la Révolution française ou bien de l’importance donnée aux «études» par rapport aux «cours» dans le lycée français du XIXe siècle.

claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Certains pensent que la réforme du lycée projetée par Xavier Darcos est d’inspiration «anglo-saxonne», (voire finlandaise). Mais on peut y voir aussi des «reprises» (certes dans un contexte sensiblement différent) de certains aspects du fonctionnement «modulaire» des «Ecoles centrales» créées durant la Révolution française ou bien de l’importance donnée aux «études» par rapport aux «cours» dans le lycée français du XIXe siècle.

Article original et commentaires ici.

Vers la fin de la période révolutionnaire, et avant le lycée institué par Napoléon Ier en 1802, des ‘’Ecoles centrales’’ ont été instituées par la loi du 25 février 1795 au ‘’centre’’ de chaque département français selon un modèle qui peut nous paraître inédit en France puisque leurs élèves pouvaient très librement choisir leurs parcours ( selon un mode de fonctionnement que l’on qualifierait d’ ’’optionnel’’ voire ‘’modulaire’’ en termes contemporains ) .

Création vraiment originale, les écoles centrales opérèrent certes fugitivement - elles ne durèrent que sept ans ! - mais réellement un bouleversement à la fois dans les matières enseignées et leur organisation générale.

Les langues anciennes sont subordonnées au français et voient surgir un rival : les langues modernes ( alors que les humanités classiques étaient quasi hégémoniques dans les collèges d’Ancien Régime ) ; s’y ajoutent les mathématiques, la physique, la chimie et les sciences naturelles, sans compter le dessin ( qui " est, pour ainsi dire, la géométrie des yeux " ). Mais ces ajouts d’orientation ‘’encyclopédiques’’ ne peuvent se comprendre dans leur application que par l’adoption d’une mesure inouïe proposée par Lakanal. Alors que les collèges d’Ancien Régime avaient peu à peu créé les classes sinon d’âge, du moins de niveau, on y renonce en faveur de cours autonomes et facultatifs donnés d’année en année par le même professeur. Les élèves du même âge pouvaient donc suivre des sections différentes dans chacun des cours, à leur choix. C’était d’ailleurs une idée de Condorcet ( et même de Talleyrand ) qui avait pour elle " l’autorité des hommes les plus considérables du XVIII°siècle ", celle des hommes des Lumières.

Et pourtant, contrairement à ce que l’on pourrait être porté à croire, " ce n’est pas leur insuccès qui a entraîné la disparition des écoles centrales, car il est remarquable qu’en si peu de temps et avec tant de difficultés de tous ordres, la plupart des écoles se soient ouvertes et que beaucoup aient connu une pleine activité ", comme le souligne Françoise Mayeur, une historienne très au fait de cette période.

Avec Napoléon Ier, c’est le retour à l’ordre ( à un certain ordre ) après l’effervescence révolutionnaire, là comme ailleurs. D’où la création, en 1802, du lycée dit ‘’napoléonien’’. L’internat ( et sa vie très collectivement réglée ) l’emporte à nouveau sur l’externat ( le régime conçu comme normal par les ‘’Ecoles centrales’’ ). Les humanités classiques redeviennent hégémoniques : il faut , dit Napoléon, que " l’enseignement soit avant tout classique, grand , sublime, et en même temps régulier, paisible, subordonné " ( afin de préparer au mieux les cadres administratifs et militaires de son régime, impérial et impérieux ).

L’espace temps privilégié est celui de l’étude, des ‘’études’’ ( pour les internes, et même les externes ). La journée type du lycéen, durant tout le XIX° siècle se déroule selon l’horaire journalier suivant : 7 heures 30 en études ( de 6 H à 7 H 30, de 10 H à 12 H, de 13 H 30 à 14 H 30, de 17 H à 20 H ) pour 4 heures de classe ( de 8 H à 10 H et de 14 H 30 à 16 H 30 ). Et encore convient-il de savoir que les heures de ‘’classe’’ sont rarement des heures de ‘’cours’’ ( sauf en histoire et philosophie ) : on y corrige surtout des exercices et des devoirs qui ont été faits en études. C’était une époque – pourrait-on dire – où les élèves ‘’étudiaient’’ au lieu de ‘’suivre’’ des ‘’cours’’.

D’où d’ailleurs, en un certain sens, le célèbre rapport de l’historien Antoine Prost sous le ministère Savary, en 1983, intitulé de façon suggestive " Les lycées et leurs études, au seuil du XXI°siècle ", où figuraient des recommandations qui n’ont pas manqué de susciter alors de fortes réactions. " On en arrive à la conclusion que 4 heures de cours proprement dits par jour est un maximum à ne pas dépasser. Il n’est pas exagéré de dire que le dépassement de cette limite constitue une escroquerie pratiquée par les adultes aux dépens de la majorité des élèves. Et nous insistons bien sur le fait que cette exigence doit s’appliquer à la lettre : 4 heures de cours par jour, et non pas 24 heures par semaine, réparties en journées inégales " ( p. 101 ). " Dès maintenant, il faut assouplir les horaires des enseignements pour en réduire le total, et permettre le travail personnel des élèves, au domicile et/ou au lycée " ( p. 105 ). " L’aide au travail personnel est un des moyens les plus efficaces de lutte contre l’échec scolaire. Sa réalisation demande la création de petites salles, où l’on puisse commodément parler à huit ou dix au plus […]. L’influence du cadre spatial sur l’activité pédagogique est telle qu’il n’est pas possible de laisser les choses en l’état. Des locaux standardisés invitent à penser un enseignement standard ( pp.95 et 97 ). On a vu la suite…

PS ( le 15 octobre ): Pour ceux qui n'auraient pas saisi encore que la bataille va faire rage ( dans une certaine confusion ) autour de la réforme du lycée, sachez que BKZ ( président du Syndicat National des Lycées et Collèges, le SNALC , généralement classé à droite ) vient de nous faire l'honneur d'écrire son premier billet dans Médiapart ( "Les faux atours du lycée light'' ).

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar