Billet de blog 28 oct. 2011

Romain Goupil écrit pour Natalia Estemirova

Amnesty International
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

AI France a demandé à des comédiens, écrivains, compositeurs, réalisateurs, journalistes, de donner leur regard personnel sur une personne en danger mise en lumière durant le Marathon des Signatures. François Morel, Jean-Claude Guillebaud, Dan Franck, Nicolas Lambert, Coline Serreau, Marc Kravetz, Nicolas Boneau, Franck Pavloff, Agnès Bihl, Romain Goupil, Milk, Coffee and Sugar, Gérard Mordillat, se sont prêtés au jeu, en toute liberté, afin d'offrir un éclairage, une perspective différente sur la personne.

Des textes librement inspirés de la situation proposée, qui n'engagent que leur auteur. Des textes d'une très grande qualité que nous présentons en avant-première dans le cadre de cette édition.

Avec Amnesty International, le 3 décembre, agissez sur www.marathondessignatures.com !

Aujourd'hui, pour Natalia, Romain Goupil.

Natalia...

Á qui profite l'assassinat de Natalia ESTEMIROVA ?

Le profit de ce crime est immense pour tous ceux qui veulent continuer d'assurer à tout prix leur impunité.

Le profit est immense pour tous ceux qui pendant les longues guerres de Tchétchénie ont été élevés à l'école de l'arbitraire, de la barbarie, de l'alcoolisme, de la cupidité, du meurtre et de la corruption.

Le profit est immense pour tous ceux qui ont déclenché cette débauche de crimes sanglants.

Ceux qui ont fait régner une terreur impitoyable.

Ceux qui sont maintenant récompensés par des postes, des responsabilités, des honneurs et des moyens.

Je connaissais Anna POLITKOVSKAÏA.

Elle était belle, décidée, elle nous avertissait sans cesse des dangers que cette Université du Crime faisait courir à tous... « Les criminels sont les plus forts, uniquement parce que les démocrates ne sont pas assez nombreux, vigilants, exigeants ».

Elle s'inquiétait et dénonçait sans relâche avec l'aide de Natalia ESTEMIROVA tous les crimes impunis en Tchétchénie.

Les viols

Les meurtres d'enfants

Les enlèvements

Les disparitions

Les trafics d'êtres humains morts ou vifs.

Les camps de filtration

Les tortures atroces

Elles étaient belles, vivantes. Je me souviens des gestes si gracieux d'Anna, d'une très jolie bague à son doigt. Je me rappelle ses inquiétudes et sa détermination. « ... Cette impunité c'est la gangrène de l'avenir de la Russie ».

Leurs combats étaient d'évidence :

Obtenir un peu, Ô, un peu de justice

Pour les victimes terrorisées,

Pour les villages décimés par une terreur impitoyable

Pour les civils brûlés vifs dans « les fagots humains »

Pour tous ceux qui ont agonisés dans « les fosses aux loups ».

ASSASSINÉES ! Parce qu'elles représentaient une menace. Parce qu'elles n'avaient de cesse d'exiger justice contre les crimes.

Les assassins ne se sont pas trompés, ils veulent faire taire définitivement ceux qui les dénoncent, pour que tous renoncent à leur demander des comptes.

Ils veulent continuer à régner.

Continuer d'être les Maîtres de la terreur, de la torture, de la souffrance, de l'injustice et que leur règne continue grâce à la complicité de tous ceux qui en tirent bénéfice.

Anna est morte assassinée, Natalia est morte assassinée.

Zarenna, Leon, Samba, Anastassia, Stanislav, Alexander, Serguei.... 2005, 2006, 2008, 2009....

Sans cesse, ces criminels tuent, assassinent, pour faire taire ceux qui peuvent témoigner, aider, plaider, écrire en dénonçant les criminels qui ont eu des conduites abominables

Ceux qui ont dénié toute dignité aux civils et aux combattants.

Ceux qui maintenant encore et toujours profitent de tous leurs crimes !

Anna avait une vie, une famille, un fils, des amours, Natalia était entourée d'amis, d'enfants, de proches... Lire, se promener, discuter, aimer, être aimée...

Elles étaient généreuses...

C'est pour ça qu'elles sont mortes, pour cette idée de l'Homme, du respect, de la dignité.

Elles sont mortes par amour de notre Humanité.

Nous connaissons leurs assassins.

Nous exigeons un tribunal pour les juger au nom du respect des droits de l'Homme, des droits Humains.

Romain Goupil

Avec Amnesty International, le 3 décembre, agissez sur www.marathondessignatures.com !

L'auteur

D'une famille déjà très impliquée dans le cinéma, Romain Goupil, réalise ses deux premiers courts-métrages dès l'âge de 16 ans. Également engagé politiquement très jeune, il crée les Comités d'action lycéens, qui seront à la pointe de la révolte étudiante de Mai 68. En 1970, il devient stagiaire puis assistant opérateur pour Robert Ménégoz, puis assistant réalisateur pour Chantal Akerman, Roman Polanski et Jean-Luc Godard.

Il obtient le prix de la Caméra d'or au Festival de Cannes, le César de la meilleure première œuvre et une nomination aux Oscars pour son premier long-métrage, Mourir à trente ans. En 2010, il se mobilise pour la cause des travailleurs étrangers en situation irrégulière en grève aux côtés de nombreux cinéastes et artistes et réalise Les mains en l'air.

Pour en savoir plus sur Natalia Estemirova

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida