Billet de blog 18 juil. 2022

Georges-André
Psychologue en retraite - Photographe et Journaliste-citoyen - Militant associatif - Animateur atelier d'écriture ....
Abonné·e de Mediapart

Paris brûle-t-il ?

En pleine cagne, pas question de sortir, le soleil plombe bien trop. Nous avons constaté cette année que de multiples oiseaux et insectes bouffent fruits et légumes du jardin tant ils cherchent de l'eau, et un bac à eau dehors ne suffit pas. Ce sont les figuiers dont les figues à peine mûres sont bouffées par les oiseaux. La moitié des fruits quasiment mûrs sont déjà attaqués.

Georges-André
Psychologue en retraite - Photographe et Journaliste-citoyen - Militant associatif - Animateur atelier d'écriture ....
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C'est pas parce que Paris grille aujourd'hui que bien des régions de France n'ont pas déjà grillé avec des températures supérieures à 40° ; c'est déjà arrivé l'an dernier avec 42° dans mon bled d'Auvergne.

En pleine cagne, pas question de sortir, le soleil plombe bien trop, vous tombe dessus comme la chaleur d'un four. Nous avons constaté cette année en raison de la sècheresse, que de multiples oiseaux et insectes bouffent fruits et légumes du jardin tant ils cherchent de l'eau et un bac à eau dehors ne suffit pas. Ce sont les figuiers dont les figues à peine mûres sont bouffées par les oiseaux (merles et moineaux) qui attirent ces oiseaux par la fraîcheur du feuillage et ses fruits. Ceux-ci, quasiment mûrs, sont déjà attaqués. Un détail mais d'importance même si je risque de ne pas faire de confiture de figues. On s'en passera. Les framboisiers font le dos rond en ne produisant plus de framboises et certains rameaux sont grillés.

Au sol, les plantations de légumes en plein soleil sont sérieusement travaillées par le soleil d'après-midi et arrêtent souvent leur croissance sauf à l'ombre ou peu exposées au soleil malgré l'eau d'arrosage rationnée qui les maintient en vie.

Heureusement nous avons un bloc réfrigérant dans la salle de séjour . Sans cela quoique soient les précautions prises bien connues - j'ai habité en Provence - n'empêche pas que chaque jour cette salle non réfrigérée avant gagnait un degré par jour à la canicule de juin 2019 (en aérant très tôt le matin, fermant dès 9 heure, donc en dix jours, dix degrés) et à partir de 30° environ de la pièce, j'étouffe au sens vrai du terme avec difficulté à inspirer. C'est l'âge. C'est pas la mort mais la fin d'un monde, celui que je poursuis depuis tant d'années ...qui recule comme l'horizon.

Inquiétude : quid de mon jardin si pas d'eau et même avec eau, si canicules à répétition ? La seule ? Évidemment non, et des pires bien sûr mais celle-là est quelque chose comme m'accrocher à une bouée de sauvegarde de l'espoir. Merci Candide !

L'après-midi pas sortir c'est pas cool quand à vélo ou à pied sous les bois et par les monts j'aime m'en aller loin de cette p.... de société qui est dans le mur. Quand je pense que j'ai vu sur France-info TV une vente directe de moutarde et qu'au moins une personne a fait 200km pour son pot de moutarde, je me dis que rien ne peut bouger avec ces gens-là qui louchent sur tout ce qui change même un détail insignifiant dans leur vie. Pas de moutarde ? Moi elle me monte au nez mais je me calme vu que çà fait monter la température intérieure et surtout pourrait en éprouver l'odeur à chaque heure du jour. J'ai perdu un rein et je dois boire souvent.

Je pense à toutes ces gens, frères et sœurs en humanité quelles que soient la couleur, l'orientation sexuelle, l'âge, l'origine, le niveau d'incompréhension et de préjugés, au boulot ou chez eux dans une maison ou un apart surchauffé avec enfants !...Quelle désolation ! Après confinement pour covid, confinement pour canicule. Libération attendra.

Et aujourd'hui la Macronie veut encore filer des chèques, des primes comme si elle disposait du chéquier et donnait selon son bon plaisir du moment pour calmer le mécontentement. L'argent est dans les superprofits de ces sociétés et richissimes réalisés durant la pandémie, l'argent est dans les paradis fiscaux, l'argent est chez les très très riches y compris footballeurs qui se lancent dans la course aux fusées pour fuir une planète qui devient de plus en plus invivables par moments de plus en plus fréquents. Le futur sera violent et ne sera pas.

Heureux temps où la solidarité intérieure entre évacués de l'intérieur pour cause incendie va peut-être faire réfléchir sur le sort abominable et le discours haineux portés aux migrants de tout pays - sauf certains plus appréciés que d'autres -...

15h 16, il fait… le thermomètre en métal même à l'ombre ne donne pas la température de l'air mais de sa monture métallique qui est vraiment très chaude... les beaux esprits diront qu'y'a qu'à en changer pour du bois...

Sans une mobilisation massive d'une large partie de la population contre cet ordre mondial et français exécrables, nous ne serons que les spectateurs/spectatrices d'un monde qui se perd et qui perdra tout, d'abord la démocratie et les liens qui nous fait peuple.

15h35, chaud mon bout de planète.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — Violences sexistes et numérique : ça ne streame pas rond
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique

À la Une de Mediapart

Journal
Un comité de l’ONU défend Assa Traoré face à des syndicats policiers
La sœur d’Adama Traoré a été la cible de messages virulents de la part de syndicats de policiers après avoir été auditionnée par le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale des Nations unies. Ce dernier demande au gouvernement d’ouvrir des procédures, si nécessaire pénales, contre les auteurs.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Ce que révèle l’enquête, classée sans suite, visant le chanteur de No One Is Innocent
Mediapart a consulté la procédure judiciaire visant Marc Gulbenkian, figure du rock français, accusé d’agression sexuelle par l’une de ses proches. Alors que la plainte a été classée le 2 novembre, l’avocate de la victime, qui s’appuie sur un enregistrement versé au dossier, dénonce une « hérésie » et annonce un recours.
par Donatien Huet
Journal
Des logements « vite et pas cher » : l’immense défi marseillais
Le premier Conseil national de la refondation (CNR) délocalisé et dédié au logement s’est tenu à Marseille. La deuxième ville de France, où les prix s’envolent avec une gentrification accélérée de certains quartiers, compte aussi une trentaine de bidonvilles. Le chantier du logement digne reste immense.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Paris 2024 : cérémonie d’ouverture entre amis
Le comité d’organisation des Jeux vient d’attribuer le marché de la cérémonie d’ouverture sur les bords de Seine. Le vainqueur : un groupement dont une agence est liée au « directeur des cérémonies » de Paris 2024, qui avait justement imaginé le concept.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
« Je vous écris pour témoigner de ma peine de prison qui n'en finit pas »
Rentré en prison à 18 ans pour de la « délinquance de quartier », Bryan a 27 ans lorsqu’il écrit à l’Observatoire International des Prisons (OIP). Entre les deux, c’est un implacable engrenage qui s’est mis en place qu’il nous décrit dans sa lettre.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
« Économiser ils disent ? Je le faisais déjà ! »
Cette mère, dont j'accompagne un des enfants en tant qu'éduc’, laisse ostensiblement tomber ses bras. Elle n’en peut plus : le col roulé, les astuces du gouvernement pour économiser l'énergie, c'est une gifle pour elle. « Des trucs auxquels ils ne penseraient pas, de la débrouille pour économiser des centimes, je suis une pro de la pauvreté ! Face à des pros de l'entourloupe...»
par Mouais, le journal dubitatif
Billet de blog
Merci pour ceux qui ont faim
Aujourd'hui, samedi, je me rends au centre commercial pour quelques courses. Il est dix heures, et celui-ci est déjà plein de monde : des jeunes gens surtout, des filles entrant, sortant des boutiques de mode, quelques-unes les bras chargés de sacs.
par cléa latert
Billet de blog
Y-a-t 'il encore un cran à la ceinture ?
Elle vide le contenu de son sac sur toute la longueur du tapis roulant de la caisse, réfléchit, trie ses achats, en fait quatre parties bien séparées, un petit tas de denrées alimentaires, un livre, un vêtement. Elle montre un billet de 20 euros à la caissière et lui parle. « Tiens » me dis-je, elle a bien compris la leçon du Maître : « Finie l'abondance ».
par dave.tonio