Billet de blog 18 juil. 2022

Paris brûle-t-il ?

En pleine cagne, pas question de sortir, le soleil plombe bien trop. Nous avons constaté cette année que de multiples oiseaux et insectes bouffent fruits et légumes du jardin tant ils cherchent de l'eau, et un bac à eau dehors ne suffit pas. Ce sont les figuiers dont les figues à peine mûres sont bouffées par les oiseaux. La moitié des fruits quasiment mûrs sont déjà attaqués.

Georges-André
Psychologue en retraite - Photographe et Journaliste-citoyen - Militant associatif - Animateur atelier d'écriture ....
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C'est pas parce que Paris grille aujourd'hui que bien des régions de France n'ont pas déjà grillé avec des températures supérieures à 40° ; c'est déjà arrivé l'an dernier avec 42° dans mon bled d'Auvergne.

En pleine cagne, pas question de sortir, le soleil plombe bien trop, vous tombe dessus comme la chaleur d'un four. Nous avons constaté cette année en raison de la sècheresse, que de multiples oiseaux et insectes bouffent fruits et légumes du jardin tant ils cherchent de l'eau et un bac à eau dehors ne suffit pas. Ce sont les figuiers dont les figues à peine mûres sont bouffées par les oiseaux (merles et moineaux) qui attirent ces oiseaux par la fraîcheur du feuillage et ses fruits. Ceux-ci, quasiment mûrs, sont déjà attaqués. Un détail mais d'importance même si je risque de ne pas faire de confiture de figues. On s'en passera. Les framboisiers font le dos rond en ne produisant plus de framboises et certains rameaux sont grillés.

Au sol, les plantations de légumes en plein soleil sont sérieusement travaillées par le soleil d'après-midi et arrêtent souvent leur croissance sauf à l'ombre ou peu exposées au soleil malgré l'eau d'arrosage rationnée qui les maintient en vie.

Heureusement nous avons un bloc réfrigérant dans la salle de séjour . Sans cela quoique soient les précautions prises bien connues - j'ai habité en Provence - n'empêche pas que chaque jour cette salle non réfrigérée avant gagnait un degré par jour à la canicule de juin 2019 (en aérant très tôt le matin, fermant dès 9 heure, donc en dix jours, dix degrés) et à partir de 30° environ de la pièce, j'étouffe au sens vrai du terme avec difficulté à inspirer. C'est l'âge. C'est pas la mort mais la fin d'un monde, celui que je poursuis depuis tant d'années ...qui recule comme l'horizon.

Inquiétude : quid de mon jardin si pas d'eau et même avec eau, si canicules à répétition ? La seule ? Évidemment non, et des pires bien sûr mais celle-là est quelque chose comme m'accrocher à une bouée de sauvegarde de l'espoir. Merci Candide !

L'après-midi pas sortir c'est pas cool quand à vélo ou à pied sous les bois et par les monts j'aime m'en aller loin de cette p.... de société qui est dans le mur. Quand je pense que j'ai vu sur France-info TV une vente directe de moutarde et qu'au moins une personne a fait 200km pour son pot de moutarde, je me dis que rien ne peut bouger avec ces gens-là qui louchent sur tout ce qui change même un détail insignifiant dans leur vie. Pas de moutarde ? Moi elle me monte au nez mais je me calme vu que çà fait monter la température intérieure et surtout pourrait en éprouver l'odeur à chaque heure du jour. J'ai perdu un rein et je dois boire souvent.

Je pense à toutes ces gens, frères et sœurs en humanité quelles que soient la couleur, l'orientation sexuelle, l'âge, l'origine, le niveau d'incompréhension et de préjugés, au boulot ou chez eux dans une maison ou un apart surchauffé avec enfants !...Quelle désolation ! Après confinement pour covid, confinement pour canicule. Libération attendra.

Et aujourd'hui la Macronie veut encore filer des chèques, des primes comme si elle disposait du chéquier et donnait selon son bon plaisir du moment pour calmer le mécontentement. L'argent est dans les superprofits de ces sociétés et richissimes réalisés durant la pandémie, l'argent est dans les paradis fiscaux, l'argent est chez les très très riches y compris footballeurs qui se lancent dans la course aux fusées pour fuir une planète qui devient de plus en plus invivables par moments de plus en plus fréquents. Le futur sera violent et ne sera pas.

Heureux temps où la solidarité intérieure entre évacués de l'intérieur pour cause incendie va peut-être faire réfléchir sur le sort abominable et le discours haineux portés aux migrants de tout pays - sauf certains plus appréciés que d'autres -...

15h 16, il fait… le thermomètre en métal même à l'ombre ne donne pas la température de l'air mais de sa monture métallique qui est vraiment très chaude... les beaux esprits diront qu'y'a qu'à en changer pour du bois...

Sans une mobilisation massive d'une large partie de la population contre cet ordre mondial et français exécrables, nous ne serons que les spectateurs/spectatrices d'un monde qui se perd et qui perdra tout, d'abord la démocratie et les liens qui nous fait peuple.

15h35, chaud mon bout de planète.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — États-Unis
L’écrivain Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie se trouvait sous assistance respiratoire, après avoir été poignardé le 12 août, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York. De premiers éléments sur le profil de l’agresseur témoignent d’une admiration pour le régime iranien.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Réagir avant qu'il ne soit trop tard 2/4
L’avenir n’est plus ce qu’il était ! La guerre en Ukraine, la menace nucléaire, la crise alimentaire, le dérèglement climatique, les feux gigantesques de l’été, les inondations meurtrières, autant d’épisodes anxiogènes de la modernité face auxquels nous devons impérativement réagir. Ces désordres du monde constituent une opportunité à saisir pour modifier notre trajectoire
par HARPAGES
Billet de blog
Croissance énergétique : et si le nucléaire n'était pas la solution ?
On trouve ici et là des aficionados du nucléaire pour expliquer que pour continuer à consommer et à croitre sur le rythme actuel, il suffit de construire des centrales nucléaires. C'est d'ailleurs l'essence du plan pour l'énergie de notre renouveau président. Alors causons un peu croissance énergétique et centrales nucléaires.
par Haekel
Billet de blog
Face aux recommandations du GIEC, comment réconcilier l’écologie avec le nucléaire
L'écologie politique a toujours manifesté une aversion contre le nucléaire. Pourtant, cette source d'énergie décarbonée n'est pas dénuée d'intérêt. D'où vient alors ce désamour pour le nucléaire ? Le nucléaire devrait se guérir de deux maux: sa filiation militaire qui met en exergue sa dangerosité, et l'absence d'une vision stratégique renouvelée et forgée avec l'adhésion de la société.
par francois brechignac
Billet de blog
Le piège du nucléaire
Maintenant que la France est en proie à des incendies en lien avec le réchauffement climatique, que notre pays manque de plus en plus d’eau et que notre président et ses ministres, après avoir renationalisé EDF, nous préparent un grand plan à base d’énergie nucléaire, il serait temps de mettre les points sur les « i ».
par meunier