Billet de blog 19 juil. 2022

Michel Norit
Abonné·e de Mediapart

Mega-canicule, rage et amour

Je ne voulais pas témoigner d’une « méga-canicule », de quelque chose d’imprévisible, mais d’un cri de rage pour tous les plus pauvres qui meurent de l’avide cruauté des plus riches. Et aussi du courage exceptionnel, renouvelé tous les jours, de toute la population ici à Niort qui doit survivre ou vivre avec peu.

Michel Norit
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Lundi 18 juillet 2022

J’écris peu, mais là je me suis dit que c’était peut-être le moment.

Je me suis levé de mon lit à 15h, déplacé le ventilateur et allumé l’ordinateur.

J’habite Niort, 86 ans, bien loti, propriétaire de mon T2, sans permis de conduire, sans famille, retraité depuis 30 ans de l’hôpital où j’étais agent. Je vis au ralentis attendant septembre, alors que j’ai tant envie de faire encore...

Une ville, un département Deux-Sèvres souvent difficile à situer sur une carte pour beaucoup, mais depuis les Méga-bassines (depuis 5 ans) Niort commence à être connu autrement que pour l’argent de ses mutuelles.

Je n’ai pas du tout envie de témoigner d’une « méga-canicule », de quelque chose d’exceptionnel qui remplirait les unes d’un été déréglé, prévisible intellectuellement.

Mais vous parler du courage exceptionnel. Chaque jour courage renouvelé de toute la population ici qui doit survivre ou vivre avec peu, qui doit prendre les bus municipaux. Ils sont gratuits, la belle affaire.

Par cette chaleur, je pense aux personnes qui attendent aux arrêts, sans siège, sans abris-bus, avec des sièges anti-mendicité, pendant des demi-heures longues, vacances scolaires obligent. Des vieux comme moi sans canne, des vieilles avec déambulateur, des mamans, grands-mères avec poussettes, des jeunes désargentés, des réfugiés, des pauvres. Pauvres de dépendre, sous plus de 40 degrés, d’un bus. Comment se déplacer par ces températures ? La mobilité des immobiles est faite de sueur et parfois de larmes. Nous n’avons pas la clim' des voitures de ceux qui se lèvent tôt, de « ceux qui croisent ». Nous ne sommes rien. Pas de bus après 20h30, pas le dimanche ni les jours fériés. Dans cette ville moyenne qui veut être bien sous tout rapport, où tout est politique sans jamais le dire. Tiens cela me semble si collé au réel pour le coup de ce que voudrait faire Macron.

Comment attendent les gens aujourd’hui aux arrêts ? Comment peuvent-ils attendre debout sans ombre ? Comment s’entassent-ils quand le bus arrive, surtout celui de la ligne 1 ? Ce n’est pas la canicule qui est en cause. Mais l’urbanisme, l’aménagement du territoire, le bien commun d’un service qui n’est plus public. La place des inutiles dans cette société du profit. Inutiles car pas encore ou plus jamais auto-entrepreneurs, puisqu’il ne reste que ça comme gagne-pain.

Alors ce matin, je suis allé sur le site de la mairie de Niort. Étonné de n’avoir pas lu d’information sur la cellule canicule. Elle avait été si médiatisée en juin. 1700 personnes à appeler. France 2, France Info.

Et je ne trouve rien. Étrange, n’y aurait-il plus assez de bénévoles après les élections législatives pour téléphoner ?

Une info si, une « carte des Lieux Frais à fréquenter en cas de fortes chaleurs »

Cette carte, affiche les couches suivantes :

-Equipements publics,

-Espaces boisés,

-Parcs,

-Points d'eau.

Elle a pour objectif d’indiquer les lieux frais pouvant servir d’abri en cas de fortes chaleurs.

Vous pouvez obtenir des détails en cliquant sur les éléments de la carte.

Je regarde et quand je vois que sont mentionnés des pauvres arbres tout seuls dans des impasses, des bouts de trottoirs dans des lotissements, je me dis que la communication est encore la grande gagnante.  Ils perdent déjà leurs feuilles ces arbres entourés dans un carré de béton.

Comme pour les bus, les arbres. Formidable !

Les bus sont gratuits. Qui a voulu qu’ils le soient ? Et le sont-ils d’ailleurs ? Évidemment non, payés autrement.

Les arbres sont nombreux à Niort, formidable. Une ville verte, écologique.

Dans la journée, depuis Twitter un ami m’envoie cela :

« neutralisent ». Comme dans l’armée, pour un terroriste qui aurait été neutralisé. Comment peut-on penser que ce genre de vocabulaire est pertinent ? Le penser oui et y croire, si le seul but est de communiquer, faire de l’air justement, on en manque.

Continuer avec ce lexique mortifère : bouclier, guerre, front...

Et ce vocabulaire infantilisant, comme si un père de famille écrivait. « Prenez soin de vous. »

Et la pollution à l’ozone, on en parle quand ? Moins spectaculaire, la pollution de l’air, qu’un incendie très photogénique.

Pourtant le département a émis une alerte, l’air est de mauvaise qualité.

J’ai été appelé cet après-midi par la cellule  canicule. « Rassurez-vous demain, il ne fera que 30 degrés. »

Le commerce peut reprendre avec son lot de destructions. Le commerce, la finance vit et se nourrit des destructions.

Eh bien non je ne suis pas rassuré. Après des nuits étouffantes, des jours où chaque geste est une montagne, 30 degrés ne m’iront pas. Mais rassurez-vous, donc puisqu’on vous le dit. Ça revient à la normale. Moi demain, j’aurai du mal à attendre mon bus, même avec 10 degrés de moins.

Je pense à toutes ces intelligences, ces chercheurs, qui consacrent leurs vies à alerter, qui proposent des solutions. Et qu’on balaye d’un revers de la main.

Ils sont neutralisés, eux aussi.

Ce qui nous arrive mondialement est intellectuellement prévisible, car prévu.

Je ne voulais pas témoigner d’une « méga-canicule », de quelque chose d’exceptionnel mais d’un cri de rage pour tous les plus pauvres qui meurent de l’avide cruauté des plus riches.

Pour finir, je repense à la leçon inaugurale entendue sur France Culture : De l’inégalité des vies, de Didier Fassin.

Ici à Niort, la maison d’arrêt est si vieille, les personnes qui survivent à la rue si jeunes ou abîmées, les familles en caravane sur des terrains sans eau, ni ombre, les HLM avec des punaises de lits...

Il ne suffit pas de faire de jolies photos quotidiennes du patrimoine appâtant le touriste pour changer la réalité. Elle est là. Dure et très cruelle.

Nous mourrons du capitalisme, seul le degré d’indifférence change. Et c’est déjà beaucoup. Beaucoup trop.

C’est cela que révèlent la canicule et le dérèglement climatique. Et j’ai la soif de justice.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — Violences sexistes et numérique : ça ne streame pas rond
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique

À la Une de Mediapart

Journal
Un comité de l’ONU défend Assa Traoré face à des syndicats policiers
La sœur d’Adama Traoré a été la cible de messages virulents de la part de syndicats de policiers après avoir été auditionnée par le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale des Nations unies. Ce dernier demande au gouvernement d’ouvrir des procédures, si nécessaire pénales, contre les auteurs.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Ce que révèle l’enquête, classée sans suite, visant le chanteur de No One Is Innocent
Mediapart a consulté la procédure judiciaire visant Marc Gulbenkian, figure du rock français, accusé d’agression sexuelle par l’une de ses proches. Alors que la plainte a été classée le 2 novembre, l’avocate de la victime, qui s’appuie sur un enregistrement versé au dossier, dénonce une « hérésie » et annonce un recours.
par Donatien Huet
Journal
Des logements « vite et pas cher » : l’immense défi marseillais
Le premier Conseil national de la refondation (CNR) délocalisé et dédié au logement s’est tenu à Marseille. La deuxième ville de France, où les prix s’envolent avec une gentrification accélérée de certains quartiers, compte aussi une trentaine de bidonvilles. Le chantier du logement digne reste immense.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Paris 2024 : cérémonie d’ouverture entre amis
Le comité d’organisation des Jeux vient d’attribuer le marché de la cérémonie d’ouverture sur les bords de Seine. Le vainqueur : un groupement dont une agence est liée au « directeur des cérémonies » de Paris 2024, qui avait justement imaginé le concept.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
« Je vous écris pour témoigner de ma peine de prison qui n'en finit pas »
Rentré en prison à 18 ans pour de la « délinquance de quartier », Bryan a 27 ans lorsqu’il écrit à l’Observatoire International des Prisons (OIP). Entre les deux, c’est un implacable engrenage qui s’est mis en place qu’il nous décrit dans sa lettre.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Merci pour ceux qui ont faim
Aujourd'hui, samedi, je me rends au centre commercial pour quelques courses. Il est dix heures, et celui-ci est déjà plein de monde : des jeunes gens surtout, des filles entrant, sortant des boutiques de mode, quelques-unes les bras chargés de sacs.
par cléa latert
Billet de blog
« Économiser ils disent ? Je le faisais déjà ! »
Cette mère, dont j'accompagne un des enfants en tant qu'éduc’, laisse ostensiblement tomber ses bras. Elle n’en peut plus : le col roulé, les astuces du gouvernement pour économiser l'énergie, c'est une gifle pour elle. « Des trucs auxquels ils ne penseraient pas, de la débrouille pour économiser des centimes, je suis une pro de la pauvreté ! Face à des pros de l'entourloupe...»
par Mouais, le journal dubitatif
Billet de blog
Y-a-t 'il encore un cran à la ceinture ?
Elle vide le contenu de son sac sur toute la longueur du tapis roulant de la caisse, réfléchit, trie ses achats, en fait quatre parties bien séparées, un petit tas de denrées alimentaires, un livre, un vêtement. Elle montre un billet de 20 euros à la caissière et lui parle. « Tiens » me dis-je, elle a bien compris la leçon du Maître : « Finie l'abondance ».
par dave.tonio