Billet de blog 19 juil. 2022

edmey
Quelqu'un d'ordinaire...
Abonné·e de Mediapart

Viens-t’en le vert, les herbes folles et les ruisseaux…

« Les plus forts souvenirs sont ceux du Mont-Noir parce que j’ai appris là à aimer tout ce que j’aime encore : l’herbe et les fleurs sauvages mêlées à l’herbe, les vergers, les arbres… ». Court extrait d’une interview de Marguerite (Cleenewerck de Crayencour), plus connue sous le nom imparfaitement anagrammé de Yourcenar. (1903-1987)

edmey
Quelqu'un d'ordinaire...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Marguerites assoiffées © Edmey

Marguerite Yourcenar nous conte ce climat tempéré et cette douce nature rencontrés au pays de son enfance dans la maison familiale et cossue, écrin de verdure en terre de « Flandre Intérieure » mitoyenne de la Belgique, devenue désormais lieu de culture et d’échanges littéraires, de liberté créatrice et de partage.

Première femme élue à l’Académie Française en 1980, connue pour ses engagements en faveur de l’écologie, la préservation de la faune et la flore, elle s’insurgeait en justes critiques contre l’insupportable déforestation. 

Depuis ces temps légèrement reculés, la terre s’assèche, brûle ou se noie. Tout se consume sur les passages d’incendies ou d’inondations à répétition. Une algue microscopique rouge envahit la banquise et accélère sa fonte. Un cercle vicieux s’enracine. Ici comme ailleurs, l’avenir est incertain. Depuis quelques années, le dérèglement climatique dont l’homme a plus que négligé toutes les alertes provoque sécheresses itératives, soleil caniculaire, désolation et détresse humaine. Le nord n’y échappe pas. 

A chaleur, d’autres mots s’acoquinent désormais : plumes, vagues, pics, canicules, dômes… L’intensité, l’origine et la durée déterminent le mot juste à choisir. Ces termes, loin d’émoustiller, activent palpitations et sensations oppressantes appelant d’autres pensées encore plus crispantes.

Vivre dans l’étuve envahissante. Confinés à l’intérieur, fenêtres, rideaux et volets fermés, en proie au désespoir, à la fatigue, au sombre des pièces, à la lumière artificielle, le moral des grands comme des petits au bord de l’implosion. 

Quelques pas à l’extérieur et voilà le corps soudain happé par la fournaise du soleil suffocant. Vêtements amples aux couleurs claires, chapeau de paille en cloche et à bords larges pour protéger la tête et les yeux, gourdes d’eau fraiche à la taille ou dans le sac, brume rafraichissante à portée de main, parasol en toile au tissage resserré pour les UV. Une pluie de bienfaits, chaud devant, insolation évitée. 

La peau, tartinée d’une crème solaire longue tenue, affiche soudain son anxiété, le stress s’invite sans crier gare, le moite s’installe. Même l’ombre ne peut juguler ces gouttelettes de sueur perlant en continu sur la peau. La confusion semble à son comble imposant, pour la santé, des repas estivaux, fruits et légumes riches en antioxydants.

Le vert des trames de végétaux, le ver (de terre) des trames de sol brun terreux, le vert bleuté des trames d’eau ont le vent en poupe. Envers et contre tout, il est plus que temps pour ce monde des vivants de se mettre au Vert. Enfin cette couleur semble devenue essentielle au bien-être quotidien. Pour lézarder, surtout pas de bitume, le « Vert » en privilège. 

Le végétal commence à fleurir là où l’asphalte avait pris peu à peu toute la place dans un désordre innommable. Macadam partout, chaleur toujours. Faire sa fête au goudron pour réinstaurer du frais, cette merveille tant recherchée. 

Depuis les trois vagues de chaleur de 2020 et le déclenchement de la rouge canicule dans le Nord/Pas de Calais, des mesures sont nées localement et mises en œuvre petit à petit. A Lille et alentours, les cours de récréation d’écoles maternelles et primaires offrent un nouveau visage pour le plus grand bonheur des enfants, acteur.trice.s avec les enseignant.e.s de : « l'école du futur… 100 % fraicheur », cours de récré débitumée et perméabilisée.

Chauve-souris © Edmey

Jeux extérieurs choisis, espaces verts, arbres et arbustes plantés, composts réussis, collectes, circuits et points d’eau expliqués, abris à oiseaux, hôtels à insectes et nichoirs à chauves-souris installés, jardins pédagogiques créés, fleurs et légumes semés : pousse, croissance, récolte et cueillette. Les écoliers et écolières, apprentis assidus, se transforment bien volontiers en jardinier.e.s en herbe. Eveil magique, jeux de réflexions, questions/réponses et découvertes des subtilités du climat. 

A leur manière, les jeunes apprennent le vert (écologie, environnement, biodiversité, écosystème) et constatent de visu la continuité du vivant, effet biologique sur le long terme. Une symbiose air-terre-eau à la pointe de l’équilibre naturel indispensable à l’existence et à la planète. Inspiration, expiration… pas un souffle d'air ! Vert de colère et de rage

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — Violences sexistes et numérique : ça ne streame pas rond
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique

À la Une de Mediapart

Journal
Un comité de l’ONU défend Assa Traoré face à des syndicats policiers
La sœur d’Adama Traoré a été la cible de messages virulents de la part de syndicats de policiers après avoir été auditionnée par le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale des Nations unies. Ce dernier demande au gouvernement d’ouvrir des procédures, si nécessaire pénales, contre les auteurs.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Ce que révèle l’enquête, classée sans suite, visant le chanteur de No One Is Innocent
Mediapart a consulté la procédure judiciaire visant Marc Gulbenkian, figure du rock français, accusé d’agression sexuelle par l’une de ses proches. Alors que la plainte a été classée le 2 novembre, l’avocate de la victime, qui s’appuie sur un enregistrement versé au dossier, dénonce une « hérésie » et annonce un recours.
par Donatien Huet
Journal
Des logements « vite et pas cher » : l’immense défi marseillais
Le premier Conseil national de la refondation (CNR) délocalisé et dédié au logement s’est tenu à Marseille. La deuxième ville de France, où les prix s’envolent avec une gentrification accélérée de certains quartiers, compte aussi une trentaine de bidonvilles. Le chantier du logement digne reste immense.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Paris 2024 : cérémonie d’ouverture entre amis
Le comité d’organisation des Jeux vient d’attribuer le marché de la cérémonie d’ouverture sur les bords de Seine. Le vainqueur : un groupement dont une agence est liée au « directeur des cérémonies » de Paris 2024, qui avait justement imaginé le concept.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Merci pour ceux qui ont faim
Aujourd'hui, samedi, je me rends au centre commercial pour quelques courses. Il est dix heures, et celui-ci est déjà plein de monde : des jeunes gens surtout, des filles entrant, sortant des boutiques de mode, quelques-unes les bras chargés de sacs.
par cléa latert
Billet de blog
Péripéties ferroviaires en territoire enclavé
Destination France Déchéance, ou Manifeste sur un service public en érosion. Il s'agit dans ce court billet de faire un parallèle entre le discours de la Région Occitanie, celui de vouloir désenclaver des territoires ruraux, comme le Gers, et la réalité que vivent, voire subissent, les usagers du réseau ferroviaire au quotidien.
par camilleromeo28
Billet de blog
« Je vous écris pour témoigner de ma peine de prison qui n'en finit pas »
Rentré en prison à 18 ans pour de la « délinquance de quartier », Bryan a 27 ans lorsqu’il écrit à l’Observatoire International des Prisons (OIP). Entre les deux, c’est un implacable engrenage qui s’est mis en place qu’il nous décrit dans sa lettre.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Y-a-t 'il encore un cran à la ceinture ?
Elle vide le contenu de son sac sur toute la longueur du tapis roulant de la caisse, réfléchit, trie ses achats, en fait quatre parties bien séparées, un petit tas de denrées alimentaires, un livre, un vêtement. Elle montre un billet de 20 euros à la caissière et lui parle. « Tiens » me dis-je, elle a bien compris la leçon du Maître : « Finie l'abondance ».
par dave.tonio