Billet de blog 3 nov. 2020

À propos du Massacre de Thiaroye (1944): l’ ego fait mentir l’histoire coloniale

Au moins deux historiens s'opposent sur ce crime colonial. Armelle Mabon démasque le manque de rigueur scientifique de Pascal Blanchard, tout au service d’une histoire forgée pour satisfaire les intérêts du roman national, quand corollairement celle-ci sert ses intérêts personnels de promotion et de réputation.

cathy LIMINANA-DEMBELE
psychosociologue
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A propos du Massacre de Thiaroye (1944): LEgo fait mentir l’histoire coloniale.

 A l’occasion d’une déclaration de Myriam Cottias, alors présidente du CNMHE, j’avais montré, dans mon article1 du 20 juin 2016, comment le révisionnisme ou le négationnisme historique sont toujours reconduits par les historiens de l’esclavage et de la colonisation les plus patentés sous l’influence des media ou des plateaux cathodiques, lesquels usent de ces tromperies pour diminuer la responsabilité de l’État, ce que reconnaissants, les serviteurs de l’État leur rendent bien en favorisant leur notoriété.

L’étude du massacre de Thiaroye perpétré en 1944 en apporte un exemple supplémentaire, que je ne décrirai pas, puisque la vidéo2 que je présente ici en dit l’essentiel. Au moins deux historiens s'opposent sur ce crime colonial, le populaire Pascal Blanchard et Armelle Mabon, qui par ses recherches et ses fouilles d'archives a découvert le mensonge d'État sur le massacre prémédité de Thiaroye tel qu'elle le nomme, enterré sous le sceau du secret d’état.

De ce massacre organisé à des fins de spoliation du solde des combattants Africains, dits « tirailleurs sénégalais », Armelle Mabon3 dévoile la stratégie du complot qui, du reste, a continuellement étançonné les crimes coloniaux et cela depuis les premiers temps de la traite des Noirs jusqu’à la période de la Françafrique, dont les avatars structurels fonctionnent toujours.

Mais elle démasque de plus le manque de rigueur scientifique de Pascal Blanchard4, tout au service d’une histoire forgée pour satisfaire les intérêts du roman national, quand corollairement celle-ci sert ses intérêts personnels de promotion et de réputation.

Les contrefaçons du massacre de Thiaroye produites par Pascal Blanchard5, outre une narration tronquée des faits de conspiration de l’État Français, inscrivent cet historien dans cette cohorte de négationnistes que j’ai maintes fois dénoncé dans mes tribunes. Moins que des historiens, ils s’étalent - au sens propre et figuré - comme des producteurs de mémoire ... Loin du champ scientifique.

Faut-il leur rappeler que si inéluctablement l’histoire produit la mémoire collective, là n’est pas sa finalité. Faut-il leur rappeler les règles de validité scientifique, voulant que les conditions socio-historiques de l’émergence de l’objet de recherche doivent subir cette épreuve du feu qu’est l’auto-critique, menée sous la loupe de son rapport personnel à l’objet de recherche.

Marcel Gauchet nous y invite en ces beaux mots :

« La société des individus est en même temps la société qui se conçoit clairement et globalement comme historique, c’est-à-dire comme traversée et produite par un ou des processus pourvus de leur logique propre, de leur nécessité interne, à déchiffrer au-delà et contre ce que les individus croient mettre dans leurs faits et gestes et posséder du sens des événements où ils sont pris »6 -

Dans l’étude du Massacre de Thiaroye, Armelle Mabon passe haut la main cette épreuve. Quant à Pascal Blanchard, son Ego le propulse loin de l’âge de l’initiation.

Et quand dans l’émission C à vous du 11 juin 20207, ce dernier évalue le déboulonnage des statues coloniales comme l’œuvre d’« excités », sa séduction du très grand public ajoutée à celle du réactionnaire Éric Naulleau présent sur le plateau, l’a bien confondu dans tout son opportunisme.

THIAROYE: Ignorance ou fraude scientifique au service d'un mensonge d'Etat ? © Peter LEMA

1 https://blogs.mediapart.fr/edition/memoires-du-colonialisme/article/200616/pourquoi-l-histoire-de-l-esclavage-manque-son-objet-lettre-ouverte-myriam-0

2 Réalisée par Peter Lema, suite au Cycle Marronnage et Réparations du 12.10.2020.

3https://blogs.mediapart.fr/armelle-mabon/blog/030720/thiaroye-1944-histoire-falsifiee-et-memoire-salie-des-combattants-africains

4 https://blogs.mediapart.fr/armelle-mabon/blog/140720/thiaroye-1944-lettre-pascal-blanchard

5 Voir le documentaire Décolonisations, du sang et des larmes du 6.10.2020

6. Gauchet Marcel. De l'avènement de l'individu à la découverte de la société. (p. 460) In: Annales. Economies, sociétés, civilisations. 34ᵉannée, N. 3, 1979. pp. 451-463 -

7 Faut-il déboulonner les statues liées au racisme ? - C à Vous – 11/06/2020 https://www.youtube.com/watch?v=G7deTNcUYn8

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85