Billet de blog 27 mai 2021

Merci Wajdi Mouawad

Plus que jamais la pandémie aidant, nous devons faire face à l'incertitude. Plus que jamais nous ne pouvons faire semblant, tricher. Un artiste Wajdi Mouawad, directeur du théâtre de la Colline, nous parle du fond de sa détresse, la nôtre. Cette ouverture poétique dans sa force, sa fragilité nous suggère qu'ensemble nous pouvons rester vivants.

François Bernheim
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"La Colline un métier à tisser engagé contre nos déchirures" (1)

 Où l'artiste va-t-il chercher ces étoiles, cette lave volcanique dont il irrigue nos viesPartout où sa sensibilité, son audace aventureuse est susceptible de trouver un écho. Les explorateurs de nos mondes intérieurs, ainsi Wajdi Mouawad, savent bien que pour parler à chacun comme à tous, c'est à la marge de nos sociétés qu'ils se situent, peut être là où on les relègue, sûrement là où ils peuvent capter tout ce qui peut nous construire, nous émerveiller.

Mais le premier évènement planétaire qui concerne tous les peuples sans exception est un chancre, un virus, dont la seule vocation est de nous anéantir. Un épais brouillard l’accompagne, il ne se contente pas de masquer le monde d’avant, il le désarticule à un point tel que nous ne savons plus où ne nous sommes ni qui nous sommes. La marge pourrait bien devenir l'ombre d'elle-même.

Wajdi, après nous avoir soutenus et encouragés pendant le premier confinement par ses billets quotidiens iconoclastes, ravageurs, aussi toniques qu'une bombe d'imaginaires, nous fait part aujourd'hui de son désarroi, pour ne pas dire de sa déprime face à la mélancolie collective, la perte de repères, sans oublier l'énergie farouche que nous dépensons en pure perte à la nier.

Le courage et la clairvoyance de Wajdi nous donnent la possibilité de retisser des liens essentiels. Si notre dignité humaine voulait que nous fassions tout pour rester debout, aujourd'hui nous ne sommes pas moins grands, bien au contraire, en avouant qu'au bord du gouffre nous avons de bonnes chances de tomber.

Nous courons deux sortes de danger, le premier serait de devenir le frère jumeau de nos smartphones, on peut appeler ça une famille recomposée, le second serait de croire que nous n'avons pas épuisé toutes les ressources du possible. Fraicheur d'esprit pour les uns, grande naïveté pour les autres, nous prenons le risque de tomber de haut.

Les esprits avisés qui nous mettent en garde oublient seulement que si nous pouvons tomber de haut, c'est bien parce qu'ensemble nous avons pris de la hauteur. Peut-être est-ce trop solliciter le magnifique texte de Wajdi que de penser que la lumière peut jaillir des ténèbres, mais comme lui, honorons ceux qui osent boiter, trembler, ceux qui mettent à nu leur imaginaire pour nous donner une chance de vivre joyeusement dans la douleur, plutôt qu'inondés par les larmes d'une infinie tristesse.

Si les poètes ne sont jamais à l'avant-garde du peuple, leur parole, comprise par tous, sera susceptible de porter le monde en avant, au-delà de la sauvagerie qui est encore notre lot commun. «La parole poétique est une condition vitale à notre survie» (1)

Merci Wajdi

François Bernheim

(1)Théâtre National de la Colline   www.colline.fr

Wajdi Mouawad Manifeste du fil d'Ariane

Un semblant d'idée après la lecture du manifeste...

Plutôt que nous user à dénoncer les trop nombreux salauds, les lâches, les cons, les inaboutis, prenons le temps de remercier toutes celles et ceux qui nous font du bien, l'espace d'un instant ou d'une vie.

(à suivre)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Justice
La justice révoque le sursis de Claude Guéant, le procès des sondages de l’Élysée rouvert
La justice vient de révoquer en partie le sursis et la liberté conditionnelle dont l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy avait bénéficié après sa condamnation dans le scandale des « primes » du ministère de l’intérieur. Cette décision provoque la réouverture du procès des sondages de l’Élysée : le tribunal estime que Claude Guéant n’a peut-être pas tout dit lors des audiences sur sa situation personnelle.
par Fabrice Arfi et Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
L'extrême droite a un boulevard : à nous d'ériger des barricades
Un spectre hante la France… celui d’un pays fantasmé, réifié par une vision rance, une France qui n’a sûrement existé, justement, que dans les films ou dans les rêves. Une France muséale avec son glorieux patrimoine, et moi je me souviens d’un ami américain visitant Versailles : « je comprends mieux la Révolution française ! »
par Ysé Sorel
Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Le bocal de la mélancolie
Eric Zemmour prétend s’adresser à vous, à moi, ses compatriotes, à travers son clip de candidat. Vraiment ? Je lui réponds avec ses mots, ses phrases, un lien vidéo, et quelques ajouts de mon cru.
par Claire Ze
Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie