Billet de blog 12 juin 2010

Pierre RATERRON
Artite plasticien multi-medias, Novelliste ,Chroniqueur
Abonné·e de Mediapart

V - Neige et crayons de couleurs...

Octobre 1939, La « drôle de guerre » est commencée. Pierre et Marcel, son cousin, entonnent à pleins poumons : « Nous f'rons sécher not' linge sur la ligne Siegfried !... ». Toutefois, à la Gastine, les veillées sont moins joyeuses et la brume du soir n'est plus apaisante en dépit des lumières rassurantes de la ferme qui clignotent de l'autre côté du val...

Pierre RATERRON
Artite plasticien multi-medias, Novelliste ,Chroniqueur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Octobre 1939, La « drôle de guerre » est commencée. Pierre et Marcel, son cousin, entonnent à pleins poumons : « Nous f'rons sécher not' linge sur la ligne Siegfried !... ». Toutefois, à la Gastine, les veillées sont moins joyeuses et la brume du soir n'est plus apaisante en dépit des lumières rassurantes de la ferme qui clignotent de l'autre côté du val...

Georges - Mathieu est parti rejoindre son poste diplomatique à Alexandrie. Alice et ses trois garçons préparent leur déménagement pour Guéret.

......................................................................................

A la différence de ses deux aînés qui font leur vie de plus en plus à part, Pierre, sept ans et demie, traverse cette période comme une découverte continuelle à caractère exotique dont il retient quelques séquences caractéristiques comme par exemple, Alice sa mère qui règle en l'espace de quelques jours tous les problèmes : le choix de l'appartement, la signature du contrat de location et le déménagement....

Ou encore, Guéret, Place de l'Eglise., un petit deux pièces cuisine au rez-de-chaussée , la somptueuse cuisinière Arthur Martin, les pavés de la place des sabots, la boucherie Desfougères, la messe du dimanche pendant laquelle il rappelle à sa maman que le rôti cuit sur la cuisinière, provoquant la sortie clandestine d'Alice,...la fausse accusation d'avoir attaché des boîtes de conserve à la queue d'un chien...

La neige, découverte pour les trois frères, mais aussi l'onglée et son étonnement de voir fondre une boule de neige sur la cuisinière...Et puis, les lettres de Georges-Mathieu et le fameux télégramme: « Passages réglés sur Messageries Maritimes , Visas à obtenir au Consulat d'Egypte à Lyon ... »

C'est alors l'attente du Bordeaux - Lyon dans la nuit à la gare de Guéret, l'absence interminable d'Alice à Lyon et l'explosion d'une bombe à proximité de Perrache, sa peur panique d'avoir perdu sa maman, les escarbilles du Train Bleu, l'hôtel de la Poste à Marseille et par une belle matinée, l'embarquement sur le Champollion, avec ce goût acide de peinture marine qui lui est toujours restée en mémoire...

C'est aussi, son étonnement devant les ponts noirs de troupes à destination du Levant, les brusques arrêts, la nuit en pleine mer, tous feux éteints et machines stoppées, pour éviter les sous-marins allemands, puis l'arrivée à Beyrouth après plusieurs changements de routes...

L'interminable débarquement des troupes et du matériel, l'appareillage et, enfin, l'arrivée au port de commerce d'Alexandrie par un soleil éblouissant avec un Georges Mathieu sur le quai, petite silhouette blanche coiffée d'un panama , faisant de grands gestes à leur intention...

Et pourtant, le souvenir de cette période qui l'a le plus marqué est l'épisode de « la boite de crayons de couleurs » : à une centaine de mètres de l'appartement à Guéret, la vitrine de la librairie -papeterie proposait une superbe boîte de crayons de couleurs Caran d'Ache. Pierre, en admiration devant les aquarelles de Jean-Jacques et les dessins à la plume de Claude, était tombé amoureux de cette boite de crayons de couleurs. Un jeudi après midi, répondant à une brusque envie pulsionnelle, il s'empare d'un billet de 50 francs qui dépassait de l'agenda d'Alice, court à la librairie et demande à acheter la boite de crayons.

La libraire, s'étonnant qu'il ait un si gros billet à son âge, prétexte qu'elle n'a pas de monnaie. Pierre lui répond avec aplomb qu'il viendra plus tard pour la monnaie, mais qu'en attendant il prend livraison de la boite. Bien entendu, la libraire qui est une très brave femme, prend contact avec Alice...

Au souper, il n'y eut ni cris, ni remontrances : Alice fit venir Pierre , seul, dans la cuisine et, sans un mot, tendit la main « Donne-moi ce qui ne t'appartient pas ! » Pierre comprit et s'exécuta...

Un long silence suivit, les grands yeux bleus s'embuèrent et d'une voix calme mais grave, Alice s'adressa à son fils : « Tu ne peux pas savoir la peine que tu viens de me faire... » De voir sa maman si triste, Pierre en fut bouleversé et se mit à pleurer... La privation de dessert pendant une semaine ne l'émut nullement, mais ces beaux yeux bleus embués ....

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Un comité de l’ONU défend Assa Traoré face à des syndicats policiers
La sœur d’Adama Traoré a été la cible de messages virulents de la part de syndicats de policiers après avoir été auditionnée par le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale des Nations unies. Ce dernier demande au gouvernement d’ouvrir des procédures, si nécessaire pénales, contre les auteurs.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Ce que révèle l’enquête, classée sans suite, visant le chanteur de No One Is Innocent
Mediapart a consulté la procédure judiciaire visant Marc Gulbenkian, figure du rock français, accusé d’agression sexuelle par l’une de ses proches. Alors que la plainte a été classée le 2 novembre, l’avocate de la victime, qui s’appuie sur un enregistrement versé au dossier, dénonce une « hérésie » et annonce un recours.
par Donatien Huet
Journal
Des logements « vite et pas cher » : l’immense défi marseillais
Le premier Conseil national de la refondation (CNR) délocalisé et dédié au logement s’est tenu à Marseille. La deuxième ville de France, où les prix s’envolent avec une gentrification accélérée de certains quartiers, compte aussi une trentaine de bidonvilles. Le chantier du logement digne reste immense.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Paris 2024 : cérémonie d’ouverture entre amis
Le comité d’organisation des Jeux vient d’attribuer le marché de la cérémonie d’ouverture sur les bords de Seine. Le vainqueur : un groupement dont une agence est liée au « directeur des cérémonies » de Paris 2024, qui avait justement imaginé le concept.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Merci pour ceux qui ont faim
Aujourd'hui, samedi, je me rends au centre commercial pour quelques courses. Il est dix heures, et celui-ci est déjà plein de monde : des jeunes gens surtout, des filles entrant, sortant des boutiques de mode, quelques-unes les bras chargés de sacs.
par cléa latert
Billet de blog
« Je vous écris pour témoigner de ma peine de prison qui n'en finit pas »
Rentré en prison à 18 ans pour de la « délinquance de quartier », Bryan a 27 ans lorsqu’il écrit à l’Observatoire International des Prisons (OIP). Entre les deux, c’est un implacable engrenage qui s’est mis en place qu’il nous décrit dans sa lettre.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
« Économiser ils disent ? Je le faisais déjà ! »
Cette mère, dont j'accompagne un des enfants en tant qu'éduc’, laisse ostensiblement tomber ses bras. Elle n’en peut plus : le col roulé, les astuces du gouvernement pour économiser l'énergie, c'est une gifle pour elle. « Des trucs auxquels ils ne penseraient pas, de la débrouille pour économiser des centimes, je suis une pro de la pauvreté ! Face à des pros de l'entourloupe...»
par Mouais, le journal dubitatif
Billet de blog
Y-a-t 'il encore un cran à la ceinture ?
Elle vide le contenu de son sac sur toute la longueur du tapis roulant de la caisse, réfléchit, trie ses achats, en fait quatre parties bien séparées, un petit tas de denrées alimentaires, un livre, un vêtement. Elle montre un billet de 20 euros à la caissière et lui parle. « Tiens » me dis-je, elle a bien compris la leçon du Maître : « Finie l'abondance ».
par dave.tonio