censure ici même: sujet tabou ?

A la suite de la demande de soutien de sa charge formulée par le responsable de la modération de ce forum au moyen du bouton “alerter” s'est amorcé un nouvel échange de points de vue autour du “coup de ciseau”, aboutissement possible mais non certain de cette action dont l'objectif officiel est d'améliorer la qualité des fils et officieux le climat des échanges.

Puisque j'ai la parole tout en ignorant à quel auditoire elle s'adresse et si on ne me coupera pas le micro, j'en profite pour rappeler que tous les sites hébergeant des forums sont confrontés à la question de la légalité des commentaires ainsi qu’à celle de l'image que ceux-ci donnent d'eux. Mediapart à mes yeux offre l'énorme avantage de modérer à posteriori en assumant donc le risque de conséquences légales si cette modération tarde trop. Les espaces de débat ferment les uns après les autres, les modérateurs ne pouvant plus faire face et ce même en mode “avant” (publication).

 

La question qui se pose cependant est celle de l'arbitraire de cette censure inévitable (l'être humain étant ce qu'il est): peut-on faire confiance à ceux qui jouent des ciseaux d'obéir en toutes circonstances à la déontologie encore balbutiante de la modération de forums en ligne ? De graves accusations de manipulation des textes ont été formulées, ainsi que d'autres de rectifications d'erreurs rédactionnelles.

 

De notre point de vue il est logiquement impossible de prendre les lecteurs à témoin des propos incriminés en les publiant, surtout si ceux-ci heurtent la loi et notre proposition que les lecteurs les “plient” démocratiquement a été massivement rejetée (épisode du “déconseiller” qui était la première phase). Il nous est donc difficile d'appuyer les protestations d'une personne s'estimant injustement censurée puisque les détails du litige ne nous sont pas connus et c'est ce qui nous avait conduit à l'époque à ne pas nous joindre à l'action de solidarité envers le blogueur contrepéteur connu de la plupart d'entre nous dont nous nous félicitons qu'il ait été réadmis. Un autre participant actif qui utilise cet espace entre autres pour défendre son action mettant en cause la justice est un habitué des propos “limite” et des coups de ciseaux.

 

L'arbitre qu'est le modérateur affirme n'agir qu'en fonction des critères établis par la charte que nous avons tous acceptée à l'inscription. S'il est aisé de repérer une insulte dans un fil il est souvent difficile de faire la part des choses entre l'opinion licite et illicite, surtout lorsqu'elle touche des institutions ou des personnes publiques, aussi le principe de précaution risque-t-il d'inciter la censure à occulter des commentaires ou des billets à titre préventif. Que ne voyons-nous pas à longueur de fil des affirmations péremptoires non argumentées !

 

Sans aller  jusqu’à proposer utopiquement de constituer un comité de sages lecteurs (et non de lecteurs sages) cooptés par l'hébergeur de nos délires ou réflexions profondes c'est selon, pourquoi ne pas offrir aux censurés la possibilité de se défendre dans un espace à part inaccessible aux non abonnés ? Ceux-ci se plaignent de l'absence de justification de la mesure, le site se contentant d'un texte passe-partout renvoyant à la charte. Evidemment cela demanderait un sérieux travail de modération, mais ne serait-ce pas le prix à payer pour demeurer la vitrine du participatif ?

 

billet du modérateur demandant d'alerter: 

https://blogs.mediapart.fr/guillaume-alexandre/blog/100717/pour-des-fils-de-commentaires-de-qualite-pensez-alerter

 

censure

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.