Boris Carrier
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Meta-Mediapart

Suivi par 112 abonnés

Billet de blog 15 juil. 2017

Boris Carrier
interculturel, langues
Abonné·e de Mediapart

censure ici même: sujet tabou ?

A la suite de la demande de soutien de sa charge formulée par le responsable de la modération de ce forum au moyen du bouton “alerter” s'est amorcé un nouvel échange de points de vue autour du “coup de ciseau”, aboutissement possible mais non certain de cette action dont l'objectif officiel est d'améliorer la qualité des fils et officieux le climat des échanges.

Boris Carrier
interculturel, langues
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Puisque j'ai la parole tout en ignorant à quel auditoire elle s'adresse et si on ne me coupera pas le micro, j'en profite pour rappeler que tous les sites hébergeant des forums sont confrontés à la question de la légalité des commentaires ainsi qu’à celle de l'image que ceux-ci donnent d'eux. Mediapart à mes yeux offre l'énorme avantage de modérer à posteriori en assumant donc le risque de conséquences légales si cette modération tarde trop. Les espaces de débat ferment les uns après les autres, les modérateurs ne pouvant plus faire face et ce même en mode “avant” (publication).

La question qui se pose cependant est celle de l'arbitraire de cette censure inévitable (l'être humain étant ce qu'il est): peut-on faire confiance à ceux qui jouent des ciseaux d'obéir en toutes circonstances à la déontologie encore balbutiante de la modération de forums en ligne ? De graves accusations de manipulation des textes ont été formulées, ainsi que d'autres de rectifications d'erreurs rédactionnelles.

De notre point de vue il est logiquement impossible de prendre les lecteurs à témoin des propos incriminés en les publiant, surtout si ceux-ci heurtent la loi et notre proposition que les lecteurs les “plient” démocratiquement a été massivement rejetée (épisode du “déconseiller” qui était la première phase). Il nous est donc difficile d'appuyer les protestations d'une personne s'estimant injustement censurée puisque les détails du litige ne nous sont pas connus et c'est ce qui nous avait conduit à l'époque à ne pas nous joindre à l'action de solidarité envers le blogueur contrepéteur connu de la plupart d'entre nous dont nous nous félicitons qu'il ait été réadmis. Un autre participant actif qui utilise cet espace entre autres pour défendre son action mettant en cause la justice est un habitué des propos “limite” et des coups de ciseaux.

L'arbitre qu'est le modérateur affirme n'agir qu'en fonction des critères établis par la charte que nous avons tous acceptée à l'inscription. S'il est aisé de repérer une insulte dans un fil il est souvent difficile de faire la part des choses entre l'opinion licite et illicite, surtout lorsqu'elle touche des institutions ou des personnes publiques, aussi le principe de précaution risque-t-il d'inciter la censure à occulter des commentaires ou des billets à titre préventif. Que ne voyons-nous pas à longueur de fil des affirmations péremptoires non argumentées !

Sans aller  jusqu’à proposer utopiquement de constituer un comité de sages lecteurs (et non de lecteurs sages) cooptés par l'hébergeur de nos délires ou réflexions profondes c'est selon, pourquoi ne pas offrir aux censurés la possibilité de se défendre dans un espace à part inaccessible aux non abonnés ? Ceux-ci se plaignent de l'absence de justification de la mesure, le site se contentant d'un texte passe-partout renvoyant à la charte. Evidemment cela demanderait un sérieux travail de modération, mais ne serait-ce pas le prix à payer pour demeurer la vitrine du participatif ?

billet du modérateur demandant d'alerter: 

https://blogs.mediapart.fr/guillaume-alexandre/blog/100717/pour-des-fils-de-commentaires-de-qualite-pensez-alerter

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Europe
Ukraine : le soupçon de la collaboration plane sur les villages libérés
Dans la région de Kherson, certains villages ont vécu pendant des mois à huis clos, sous occupation russe. Des voisins ont été tués ou sont portés disparus. La difficulté à mener des enquêtes rapides dans un pays mis sens dessus dessous par la guerre permet à la rumeur de prospérer.
par Mathilde Goanec
Journal — Libertés publiques
Après la Grèce, Intellexa installe son logiciel espion en Afrique
Le matériel d’Intellexa fait scandale à Athènes, où il aurait visé les téléphones de personnalités, au bénéfice du gouvernement. Mais la société aurait aussi fourni du matériel à une milice soudanaise, révèle une enquête de Lighthouse Reports, « Haaretz » et Inside Story.
par Crofton Black et Tomas Statius (Lighthouse Reports)

La sélection du Club

Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise
Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon
Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT