Marc Tertre
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Mille communismes

Suivi par 149 abonnés

Billet de blog 10 mars 2018

Manifestons le 17 mars contre le racisme

Depuis la marche du 19 mars l’année dernière pour la Justice et la Dignité qui a réuni entre 10 000 et 15 000 personnes dans les rues, les violences policières à l’encontre des jeunes racisés se multiplient, de même que la chasse au migrant.e.s et aux sans-papier.e.s la marche des solidarités du 17 mars prochain doit permettre de faire converger nos luttes contre cette situation

Marc Tertre
Education populaire (science et techniques), luttes diverses et variées (celles ci qui imposent de "commencer à penser contre soi même") et musiques bruitistes de toutes origines
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ne pas oublier d'aller visiter le blog de la "marche des solidarités" !

Non à la loi raciste Macron-Collomb

Le projet de loi anti-migrant.e.s de Macron-Collomb constitue une attaque sans précédent à l’encontre des droits des migrant.e.s. Cette loi vise à renforcer toute une politique migratoire déjà raciste et répressive avec notamment :

- la réduction des délais de recours devant la Commission nationale du droit d’asile (CNDA) qui statue sur les recours formés contre des décisions rendues par l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA) de 30 à 15 jours,

- l’allongement de la durée maximale d’enfermement dans les centres de rétention de 45 à 135 jours,

- le bannissement des personnes étrangères et la systématisation des interdictions de retour sur le territoire français,

- la pénalisation de l’entrée sur le territoire français en dehors des points de passage autorisés (jusqu’à un an de prison et amendes),

- la remise en cause du droit à l’hébergement d’urgence avec logique de tri,

- la discrimination des personnes non-européennes…

Cette répression des migrant.e.s s’accompagne aussi d’une forte répression des soutiens qui sont de plus en plus nombreux.

Nous sommes touTEs attaquéEs par l’État

A travers la marche du 17 mars, il y a un enjeu qui va au-delà de la solidarité nécessaire avec les premier.e.s concerné.e.s : la politique raciste de l’État porte en elle-même une politique sécuritaire et antisociale pour la société dans son ensemble. Les arguments racistes sont notamment propagés par le pouvoir pour justifier le renforcement de l’État policier (migrant.e.s, musulman.e.s ou supposé.e.s tel.le.s, jeunes des quartiers populaires seraient responsables de l’insécurité). De même ceux du type « on ne peut accueillir toute la misère du monde » contribuent à légitimer les mesures antisociales en distillant l’idée que ‘‘nos’’ ressources seraient, somme toute, très limitées. Mais, en réalité la pauvreté dans les sociétés occidentales n’est pas due à une pénurie de ressources, mais bien à l’exploitation capitaliste. 

Dans ce contexte, le 17 mars doit également œuvrer à la jonction avec les luttes antifascistes, comme cela peut se voir dans différents pays d’Europe, notamment en Grèce. Tout le mouvement social, ses organisations et ses collectifs de lutte, sont donc appelés à s’impliquer dans la manifestation du 17 mars. Contre le racisme d’État, contre l’État policier, il s’agit d’unir toutes les composantes de notre classe, condition indispensable pour s’opposer aux attaques sociales du gouvernement. 

L’émergence d’un front antiraciste offensif qui met au premier rang de cette lutte les premier.e.s concerné.e.s doit ainsi permettre de construire un mouvement de fond dans toute la société.

Contre le racisme d’État, les violences policières et la chasse aux migrant.e.s,

Pour la liberté de circulation et d’installation,

Pour le retrait du projet de loi Asile et Immigration,

Pour la régularisation de tous les sans-papiers,

Pour l’égalité des droits,

Toutes et tous à la marche des solidarités du 17 mars !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale