Blog suivi par 55 abonnés

Le blog de Marche des Solidarités

Nous, familles des victimes, MigrantEs, ImmigréEs, contre les violences policières, contre la chasse aux migrantEs et aux sans-papiers, contre le racisme d'Etat et le ciblage de la jeunesse et des quartiers populaires, pour la vérité, la justice, la dignité, l'égalité, la liberté, contre les lois d'exception et pour le retrait du projet de loi Macron-Collomb Asile et Immiogration, on appelle toutes et tous à marcher le 17 mars à Paris.
  • 16 mars, contre le racisme et les violences policières : Marche des solidarités !

    Par | 2 commentaires | 11 recommandés
    Nous serons dans la rue à Paris comme dans les autres capitales européennes. A l'appel des familles de victimes des violences policières, des collectifs de sans-papiers, des résidentEs des foyers, des collectifs et associations de l'immigration et des quartiers. Parce que la riposte est dans la solidarité et la solidarité dans la riposte.
  • Wissam : C'est la police qui tue !

    Par | 1 commentaire | 3 recommandés
    En ces temps où l'on nous somme d'aimer la police et de condamner les "séditieux" il est temps de rappeler que c'est la police qui tue. Le 5 janvier, rassemblement à Paris pour le rappeler autour de l'exigence de vérité et de justice pour Wissam.
  • La lutte des migrantEs, ça vous intéresse?

    Par | 4 commentaires | 17 recommandés
    Il faut croire que les racistes intéressent plus les médias que ceux et celles qui les combattent. Et que les migrantEs sont plus intéressantEs en tant qu’objets et victimes qu’en tant que sujets et combattantEs. Bref pour savoir ce qui s’est passé ce 18 décembre, c’est là, en images et vidéos.
  • 18 décembre - 18h: avec ou sans gilets, avec ou sans-papiers !

    Par | 14 recommandés
    On marche ensemble ce mardi 18 décembre dans au moins 50 villes du pays, pour la solidarité, pour la liberté de circulation et l'égalité des droits. Ensemble, des quartiers, des rond-points, des écoles et des lieux de travail. infos : https://www.facebook.com/18decembre/
  • 18 décembre : colère noire!

    Par | 2 commentaires | 28 recommandés
    Faites circuler ! Partout en France : rendez-vous le 18 décembre à 18h. En gilets, jaunes, rouges ou orangés ou sans gilet. Avec et sans papiers. En colère noire et en solidarité. En hommage à nos frères et sœurs qui sont morts. En lumière et en bruit. Pour la liberté et l’égalité.
  • Persona NON grata ?

    Par | 3 recommandés
    La section SNMD-CGT du Musée de l'immigration s'indigne du déploiement policier et du dispositif mis en place contre les cortèges de collectifs de sans-papiers et migrantEs le vendredi 23 novembre.
  • 1er décembre à Rennes : Justice et vérité pour Babacar !

    Par | 2 commentaires | 5 recommandés
    A 13H12 ce samedi 1er décembre aura lieu la marche pour commémorer l'assassinat de Babacar et réclamer vérité et justice. Ci-dessous la vidéo avec l'appel d'Awa, soeur de Babacar et le texte d'invitation du collectif.
  • Vendredi 23 novembre 2018 - 14h30 - Marche contre les centres de rétention

    Par | 1 recommandé
    Il n’y a pas de CRA à visage humain. Ce n’est pas seulement le coup de matraque qui fait la violence d’État. C’est aussi le mur et ses barbelés. C’est l’avion et son escorte policière. C’est le tribunal et son juge raciste.
  • Quartier après quartier : ouvrons les frontières !

    Par | 1 recommandé
    Dans le 20è arrondissement de Paris une semaine antiraciste a permis de faire converger les questions du logement, de la santé, de la lutte contre les violences policières. Ensemble, en luttes et en dignité. https://www.youtube.com/watch?time_continue=111&v=a7ncndguv54
  • «Les Ambassadeurs»: Goutte d'or hier, Goutte d'or aujourd'hui - 18 octobre

    Par | 1 commentaire | 3 recommandés
    C'est un film qui a été sélectionné à Cannes. Il parle d'immigration, de racisme, de violences policières. Il a été tourné dans la Goutte d'or. C'était au milieu des années 1970. Mais fiction d'hier, ça nous parle d'aujourd'hui. Le film sera projeté le 18 octobre en présence du fils du réalisateur. Ci-dessous un texte de 1976 d'Ignacio Ramonet sur le film.