«LA KNESSET PEUT FAIRE LA LOI PARTOUT DANS LE MONDE»

La Knesset peut faire la loi partout dans le monde et elle peut violer la souveraineté des États étrangers. Dans une déclaration auprès de la cour suprême, le gouvernement maintient que la Knesset est autorisée [ou s’autorise] à ignorer le droit international partout où elle le désire. Selon Adalah, ceci montre l’intention d’Israël d’annexer la Cisjordanie. Cf. Le douteux zoom sur Gaza E’M.C.

Dans les documents juridiques soumis récemment à la Cour suprême israélienne, le gouvernement israélien déclare que

         «la Knesset est autorisée à édicter des lois

                         partout dans le monde»  

                         et qu’il lui est permis

de «violer la souveraineté de pays étrangers en passant par une législation qui s’apliquerait aux événements se produisant sur leurs territoires.» (1) 

                                    •

Ces déclarations ont été faites le 7 août 2018 dans une réponse écrite que le gouvernement a remis à la Cour suprême

concernant la requête contre la Loi sur la régularisation des colonies de peuplement, 

requête déposée par Adalah (le Centre juridique pour les droits de la minorité arabe en Israël),

le Centre pour l’aide juridique et les droits de l’homme à Jérusalem (JLAC) 

et le Centre Al Mezan pour les droits de l’homme (Gaza) 

au nom des 17 autorités locales palestiniennes en Cisjordanie. 

                                        •

Adalah et les autres requérants soutiennent que la Knesset n’est pas autorisée a adopter et à imposer des lois sur les territoires occupés par l’État d’Israël.

Par conséquent, la Knesset ne peut pas promulguer des lois qui annexent la Cisjordanie 

ou qui violent les droits des habitants palestiniens de la Cisjordanie. 

                                       •

L’avocat Arnon Harel, avocat privé représentant le gouvernement israélien,

écrit également dans ces nouveaux documents soumis à la Cour suprême que

«la Knesset «est autorisée» à imposer les pouvoirs du commandant militaire de la région

                              (Cisjordanie)

                       comme bon lui semble»,

             «le pouvoir du gouvernement d’Israël

                       d’annexer tout territoire 

      ou à passer des conventions internationales 

                       découle de son autorité

            telle que déterminée par la Knesset»;

                           et que (la Knesset)

                               est autorisée

                                  à ignorer

              les directives du droit international 

           dans tous les domaines qu’elle désire».

                                         •

                          Les avocats d’Adalah,

                   Suhad Bishara Myssana Morany,

                      qui ont déposé la requête

                contre la Loi sur la régularisation 

                     des colonies de peuplement,

                         réagissent et déclarent:

                                       •

 «La réponse extrémiste du gouvernement israélien 

                        n’a pas d’équivalent

                            dans le monde. 

Elle constitue une violation choquante du droit international 

                et de la charte des Nations-Unies 

                  qui oblige ses États membres

                     à s’abstenir de menacer 

                        ou d’user de la force 

      contre l’intégrité territoriale des autres États -

                                y compris

                     des territoires occupés. (2) 

                                      •

                      La position extrémiste 

                du gouvernement israélien est,

                                  en fait, 

                une déclaration de son intention 

        de procéder à l’annexion de la Cisjordanie. (3)

                                      •

                  Agence Media Palestine, 

                 Traduction JPP pour l’AMP

                       Source: Adalah.org

                      Adalah, 19 août 2018

 Publié sur le site de l’UJFP, vendredi 31 août 2018.

                                     •

Notes E’M.C.

• Chapô: 

(1) Territoires, inénarrable astuce diplomatique de ce mot

-que d’aucuns, enflés d’indéfectibité -bien sûr intéressée- à l’égard de l’État des Juifs,

en France, 

tentent de mimétiser,

parlant des banlieues, en «territoires perdus de la râpe ‘républicaine’

et, même, à la sidération générale,

d’aller par escouades parlementaires, en Israël, à l’instar des G. Fenech & consorts

pour importer l’exemple de la barbarie répressive déclarée méthode sécuritaire (comme au temps de l’OAS), à l’instar des Fenech & consorts. 

(2) territoires occupés, le pluriel référant aux territoires des Indiens d’Amérique, outre son itérable singerie, est de lui-même litigieux

a) par sa pluralité éclatée en puzzle provisoire

b) et au ce sens qu’il détonne sur le Territoire (censé être officiel de l’Etat des Juifs) 

(3) L’incessant zoom sur Gaza depuis ces dernières années était déjà une occultation de quasiment tous les médias (et même des «amis» de la cause des Palestiniens...) déraillant l’attention de la dévoration multiforme de la Cisjordanie dont le résultat était activement attendu. 

Gaza, l’Arbre holocausté censé qui cacher la forêt. 

                                      •

Choix, découpage, chapô, mise entre crochets, notes et notes réservées, E’M.C. 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.