DE L’ANTISÉMITISME (2)

Les accusations d’antisémitisme ne visent qu’à enflammer le public israélien, lui inculquer haine et fanatisme, cultiver une obsession paranoïde comme si le monde entier nous persécutait et comme si tous les autres peuples, dans le monde entier, étaient contaminés par ce prétendu antisémitisme, tandis que nous, Israéliens, serons les seuls purs, les immaculés. Uriel Tal

               

                       Tout récemment,

Une douzaine d’organisations palestiniennes

ont publié une lettre appelant le parti travailliste britannique à 

      «rejeter la définition biaisée de l’IHRA

qui bâillonne La Défense des droits des Palestiniens».

                             Selon la lettre: 

«L’adoption de la définition de l’IHRA

                           (avec ses exemples)

ne diaboliserait pas seulement notre lutte actuelle

       pour la libération et l’autodétermination. 

           Mais réduirait également au silence

            un débat public au [Royaume Uni] 

              sur ce qui est arrivé en Palestine

                 et aux Palestiniens en 1948,

comme l’ont déclaré plus de 100 groupes ethniques noirs, asiatiques et autres minorités (BAME) du Royaume Uni dans leur mise en garde. 

                                       •

                            À la mi-juillet,

          40 organisations juives dans le monde

                       ont publié une lettre

              demandant aux gouvernements

                            de s’abstenir

              d’adopter la définition de travail

                 de l’IHRA sur l’antisémitisme

parce qu’elle est formulée de manière à être facilement adoptée ou considérée 

            par les gouvernements occidentaux 

                                assimilant

                          intentionnellement 

                          la critique d’Israël 

         et La Défense des droits des Palestiniens 

                          avec l’antisémitisme,

                en vue de supprimer le première.»

                                        •

                                 En outre,

                  il existe des preuves solides 

          que la définition de travail de l’IHRA 

              est déjà utilisée dans la pratique 

                          pour restreindre,

                                interdire

                            et criminaliser 

            les critiques et les efforts pacifiques 

               en faveur du respect par Israël 

         des droits de l’homme des Palestiniens,

        comme l’explique la fiche d’information

        publiée par la Coordination européenne

      des comités et associations pour la Palestine    

                                   (ECCP). 

                                          •

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.