ELSA LEFORT: «TOUT EST FAIT POUR CONTRAINDRE HAMOURI À QUITTER LA PALESTINE»

Elsa Lefort interviewée par Élodie Farge, Middle East Eye, 23/8/18. Triste anniversaire pour Salah Hamouri, ses proches et soutiens déclare son épouse un an après son incarcération, mais «c’est aussi un triste anniversaire pour la diplomatie française qui se fait humilier et mépriser par Israël» qui sans vergogne ressasse son souci pour la «sécurité» de l’EI au lieu de la sienne! E’M.C.

 

Cinq ans, jour pour jour, le 23 août 2017, le militant des droits de l’homme franco-palestinien Salah Hamouri

était arrêté en pleine nuit à Jérusalem-East par les forces israéliennes

puis placé en détention administrative.

                                      •

                          Le jeune homme,

                    âgé de 32 ans à l’époque,

             avait déjà passé sept ans de sa vie

                dans les geôles israéliennes

   pour des accusations qu’il a toujours réfutées 

           et qui n’ont jamais été prouvées. 

                                     •

                        Fervent défenseur,

                                 depuis,

             des détenus politiques prisonniers, 

                    il rêvait de devenir avocat

     et venait juste de réussir l’examen du barreau. 

                                     •

     Il s’apprêtait en outre à retrouver sa femme,

                              Elsa Lefort

                             et leur bébé

                              en France

        après plusieurs semaines de séparation, 

            Car c’est en effet toute la famille

                       de Salah Hamouri      

       qui est victime de l’ «acharnement» d’Israël.

                                     •

                          En janvier 2016,

                             Elsa Lefort,

           alors employée au Consulat de France.                  

                             à Jérusalem,

           est frappée d’une interdiction d’entrée

                     sur le territoire israélien

                 pour des raisons de «sécurité».

                                      •

                   Alors enceinte de six mois,

           elle se retrouve contrainte d’accoucher

                              en France,

                rendant impossible toute option

                     pour l´enfant à naître 

              du statut de résident à Jérusalem

                     et l’exposant au risque

                               lui aussi 

            de ne pas pouvoir un jour se rendre

                             sur sa terre,  

            celle de son père et de ses ancêtres 

                                    •

Depuis l’arrestation de son mari, Elsa Lefort a tout fait pour obtenir sa libération,

laquelle par ailleurs a été exigée explicitement par un groupe de travail du Conseil des droits de l’homme de l’ONU dans un rapport. 

                                    •

Mais ses démarches auprès des autorités françaises,

                            notamment

               le président de la République

                    Emmanuel Macron 

                          ont été vaines:

               la détention de Salah Hamouri

                        a été renouvelée 

                    pour trois mois fin juin.

       Héritage du mandat britannique en Palestine,

       la détention administrative permet à Israël 

                            de maintenir 

                             indéfiniment 

                               en prison

                 toute personne dérangeante,

                    sans charge ni procès. 

                                      •

               Elsa Lefort revient pour MEE

sur son combat pour faire libérer Salah Hamouri,

                       sur l’impuissance (1) 

              d’une diplomatie française 

                                timorée

                          face à un Israël

                    au-dessus de toutes lois, 

       sur l’absence de couverture médiatique

qui emprisonne son mari dans des «murs de silence» 

                              mais aussi 

             sur la pression à laquelle font face

                      les «couples mixtes» 

                          comme le sien 

     et le sort des milliers de détenus palestiniens 

               victimes de l’arbitraire israélien. 

                                     •

Chroniques palestiniennes, Traduction Middle East Monitor, 23 août 2018.

Repris sur le site de l’UJFP, samedi 1er septembre 2018. 

                                     •

Notes E’M.C.

(1) Ne pas se moquer de soi pensant se moquer du monde, de trois choses l’une

ou 1) c’est de l’ «impuissance» et dans ce cas l’État français désormais piétinoire du et en berne de souveraineté au [dejà] désormais État [des] juif-s 

ou 2) il est cyniquement complice de cet arbitraire absolu et un autre

ou alors, et cet un autre autre problème, il est l’intrication les deux abdications, 

Et, c’est à lui de se soucier de sa sécurité,

                                       •

Choix, découpage, séquençage, notes réservées, chapô, E’M.C. 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.