ELSA LEFORT: ÉP. SAHAH HAMOURI À MEE (2)

Elsa-L’Effort-Hamoudi-française-enceinte-six-mois-ex-pulsée-de-chez-elle-quasiment-in-utero-vers-la-France-rencard-natal-de-l’enfant-déyourchalomé-père-époux-avocat-itérable-embastillé-au-sésame-clos-toi-perversion-des-100&1-nuits- cf.cachet-d’exil-pour-quoi-«la-sécurite-disraël»- Ainsi la «sécurité» carte-mère d’État-s les plus insécurisants, coloniaux, létaux du monde...E’M.C.

Elsa Lefort porte-parole et épouse de l’avocat franco-palestinien en détention administrative en Israël Salah Hamouri lors du lancement de son comité de soutien à Paris le 5 septembre 2017 © E’M.C. Palestine Elsa Lefort porte-parole et épouse de l’avocat franco-palestinien en détention administrative en Israël Salah Hamouri lors du lancement de son comité de soutien à Paris le 5 septembre 2017 © E’M.C. Palestine
 

 

MIDDLE East Eye:

• Peut-on dire que la réaction de la France concernant votre mari

est symptomatique de sa position sur le conflit (1) israélo-palestinien ?

 

• Elsa Lefort: Oui, cela illustre parfaitement la position de la France depuis plusieurs décennies.

                                 Israël,

                                   tue, 

                                colonise,

                                 annexe,

                              emprisonne,

                                expulse,

                       légalise l’apartheid,

                               détruit (2) 

en violant systématiquement tous les conventions et traités internationaux dont elle est signataire 

             et la communauté internationale (3) 

                            reste muette. (4) 

           Quelles réactions lors des assassinats,

                 des bombardements à Gaza,

                  des arrestations d’enfants, 

                   de femmes et d’hommes ?

                  Un silence assourdissant...

                                      •

                 Tant que cet État bénéficie

                    d’une telle impunité (5) 

  il n’y a pas de raison qu’il change sa politique

                      et ses façons d’agir,

         d’où l’importance d’une action forte 

                       de la diplomatie (6) 

                  pour contraindre Israël

        au respect du droit des Palestiniens.

                                    •

• MEE: Qu’en est-il de votre propre interdiction de vous rendre en Israël 

et donc dans les territoires palestiniens occupés ?

De nombreux conjoint-e-s de Palestinien-ne-s font face au même problème,

      est-ce une politique délibérée selon vous ?

                  Si oui, à quelle fin ?

 

• Elsa Lefort: J’ai été interdite d’entrée sur le territoire israélien

                       le 5 janvier 2016,

            alors que mon visa était valable

              jusqu’au 12 octobre 2016.

                 La raison invoquée était

           «la sécurité de l’État d’Israël» (7) 

                               Sécurité

                    au nom de laquelle,

         alors que j’étais enceinte de six mois, 

        j’ai été placée trois jours en détention 

                           puis expulsée

                         vers la France 

                       alors que mon mari,

                            mon travail

                               et ma vie

                      étaient à Jérusalem.

                                     •

           De nombreux couples dits «mixtes»

              vivent ce genre de déchirement. 

                                      •

                      Les demandes de visas

                    des conjoints étrangers

      sont particulièrement difficiles à obtenir

                       et très onéreuses,

ce qui oblige très souvent les familles à faire le choix entre l’éclatement, l’exil ou l’illégalité. 

                                      •

                     Israël utilise clairement

    les conjoints étrangers des Palestinien-ne-s

                      pour les contraindre

                               à l’exil.

                                    •

                   Il y a une belle proportion

                        de couples mixtes

              qui rencontrent des difficultés

                             pour résider 

                               ou même

           aller simplement visiter la Palestine 

                    que l’on ne peut penser

                 qu’il s’agisse d’un hasard. 

                                    •

       C’est bel et bien une politique délibérée

                 visant à vider la Palestine

                        de ses habitants. 

                                      •

Middle East Eye, 

                                       •

Notes, E’M.C.

(1) «conflit i-p» encore ce malheureux pudibond-mot caché-supplice; bonus au bourreau. 

(2) tout ça, au nom de quelle boîte de Pandore. 

(3) À la tortille des mots, le sens s’empoisonne:  une communauté internationale, pour un tel diablo-club agissant, mains libres, comme si le monde lui était dû, nucléairement pensant. 

(4)  «muette» dans ce cas précis (70 ans) le mutisme est une suractivité complice qui élargit le lit du fameux fait accompli. 

(5) Israël, c’est l’impunité extatique d’elle-même; suivez la flèche et pas le guide. 

(6) Diablomancie (itérant à duplimatie) irait mieux à un nouvel usage de verbe 

(7) En France Otanisée depuis Sarkozye,

la in-« sécurité» est un thème tandem de la France (damant pion à la GB) avec Isarël,

la mise au joug et/ou en joue des joujoux républicains (leurs obérables sujets) le sésame à l’abdication de penser son pas libre pour ne cesser de se déprendre du pas de l’oie (sociétal) imposé. 

Ainsi, l’État le plus in-sécurisant du monde, le plus déstabilisant, le plus létal (depuis Suez, etc), à l’absoluité de son abus, se fait diviniser son infinie sécurité au don de sang des nations, à l’hémophilie de ses sujets agités de vivre au jonc.

& Notes réservées. 

                                      •

Choix, découpage, séquençage, notes et notes réservées, chapô pneumatique, E’M.C. 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.