ELSA LEFORT ÉPOUSE SALAH HAMOURI À MEE (1)

Manifestation de soutien à Salah Hamouri © E’M.C. Palestine Manifestation de soutien à Salah Hamouri © E’M.C. Palestine
 

MME: Tout d’abord comment allez-vous, vous et votre enfant ?

Et comment va votre époux Salah Hamouri?

Avez-vous pu lui rendre visite ?

Quelles dont ses conditions de détention ?

Elsa Lefort: Nous allons tous bien et restons fort, même si le temps commence à se faire long et que nous espérons être réunis au plus vite.

Je n’ai jamais pu rendre visite à mon époux depuis le début de sa détention.

Étant interdite d’entrée sur le territoire israélien, le droit élémentaire de mon époux de recevoir son fils et sa femme lui sont bafoués.

Nous ne nous sommes pas vus depuis son dernier séjour en France, en juin 2017, il devait venir nous voir le 31 août mais il a été arrêté quelques jours avant. 

Il est incarcéré dans la prison de Ketziot située dans le désert du Néguev, uniquement avec d’autres prisonnier politiques palestiniens. 

Les conditions de détention sont sommaires, 

certaines cellules sont de simples tentes, d’autres des préfabriqués et d’autres des bâtiments.

l’été a été particulièrement chaud et difficile.

Salah a le droit à une visite familiale de 45 minutes par mois qui a lieu derrière une vitre par l’intermédiaire d’un combiné. 

Le consul général de France à Tel Aviv lui rend également visite une fois par mois. 

MEE: Salah Hamouri a été détenu pendant sept ans (2005-2011) puis arrêté de nouveau en août 2017, trois jours après avoir passé avec succès l’examen du barreau. 

Les autorités israéliennes justifient cette nouvelle arrestation en l’accusant d’être 

«retourné travailler au sein de l’organisation terroriste du front populaire de libération de la Palestine (FPLP)».

Que pensez-vous de cette justification ?

Elsa Lefort: Ces accusations sont infondées et ridicules.

Si les autorités israéliennes avaient réellement quelque chose à reprocher à mon époux, 

il ne serait pas en détention administrative,

elles auraient émis un chef d’inculpation contre lui. 

Sa détention administrative (sans charge ni jugement)

n’est qu’une partie de l’acharnement dont font preuve les israéliens envers mon époux

                    depuis plusieurs années. 

           Après lui avoir volé sept ans de sa vie 

              lors de trois détentions arbitraires,

             elles ont entravé son droit d’étudier,

                  de se rendre en Cisjordanie, 

                     et de fonder une famille. 

                                       •

                     Mon expulsion d’Israël, 

  l’impossibilité de donner naissance à notre fils 

                            à Jérusalem

                         et cette détention 

               sont les pièces d’un même puzzle:

           tout est fait pour contraindre mon mari

                        à quitter la Palestine. 

                                     •

MEE: Quelles démarches avez-vous effectuées auprès des autorités françaises, et pour quels  résultats? 

Elsa Lefort: Dès l’arrestation de mon époux, nous avons d’abord alerté les services consulaires à Jérusalem 

afin qu’ils veillent à son intégrité physique.

Ensuite nous avons contacté l’Élysée.

Il à fallu près de deux mois pour que nous obtenions une réponsé de leur part.

Après de nombreux messages

et avec le soutien actif de nombreux citoyens, élus, syndicats et partis politiques,

         l’Élysée a fini par nous répondre

et nous avons pu rencontrer à plusieurs reprise la cellule diplomatique.

Je ne doute pas que les actes soient là,

mais force est de constater qu’un an après son arrestation,

            mon époux est toujours enfermé, 

malgré les demandes de la République française. (1)

                     Je doute sincèrement

                  que les moyens suffisants

                    aient été mis sur la table

                 pour obtenir cette libération. 

                                        • 

Lors de la précédente incarcération,

il n’y avait pas autant de personnes, 

organisations, associations 

et encore moins le président de la République 

qui avait demandé la libération de Salah (*),

c’est un pas énorme que nous avons franchi,

meme si toutes et tous, 

nous regrettons qu’à ce jour, 

les demandes de la France ne se fassent pas plus pressantes. (**)

Middle East Eye 

                                              •

Choix, découpage, séquençage, notes et notes réservées, image, in Libération,  E’M.C. 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.