RÉÉCRIRE L’HISTOIRE DE LA PALESTINE AUX ENFANTS 2

                                       2 
Un aspect de ce qui est noté dans le rapport et qui a été le point focal d’intenses révisions réside dans la descriptions d’actes de violences et de ceux qui les ont commis.

De nombreuses références à de la violence et des agressions juives et/ou israéliennes ont été ôtées ou adoucies,

tandis que des références à de la violence ou des agressions arabes et/ou palestiniennes ont été systématiquement ajoutées ou aggravées. 

Dana la version originale du Manuel CGSE national, il y a dix références au terrorisme juif et 32 au terrorisme palestinien

(avec utilisation dans chaque cas des mots «terreur», «terroriste» ou «terrorisme»).

Après révision, il y 4 références au terrorisme de groupes juifs

et 61 références au terrorisme de groupes palestiniens. 

Le changement dans l’accentuation est partout, et pas toujours noté dans un décompte des mots.

Par exemple  la version originale observait que «Les Fedayin étaient des combattants de la liberté ou des terroristes, selon le point de vue qu’on adopte. 

La révision donne: «Les Fedayin étaient des terroristes qui ont combattu pour la liberté des Palestiniens». [Ce qui est une aberration calomniatrice pour quiconque combat par la liberté, d’autant plus qu’il est aborigène du pays dont on veut l’extirper après en avoir fait un réfugié voire un intrus.] 

- La version originale dit que « le droit international établit qu’un pays ne peut pas annexer ou occuper indéfiniment un territoire obtenu par la force.

[& l’extorsion d’un consensus forcé de l’intense propagande médiatique déclenchée en typhon - surtout chez les puissances «ex» coloniales] 

- Dans l’édition originale il est déclaré que durant la première Intifada de 1987-1993 «les bras et les doigts d’enfants palestiniens qui lançaient des pierres ont été cassés (par des soldats israéliens)».

Ce fait est bien documenté.

Il a été enlevé de la version révisée.

- L’édition originale comporte une description par un membre de la Haganah (la principale organisation paramilitaire juive) de l’expulsion de masse d’Arabes traumatisés pendant la guerre de 1948- 1949.

Dans la version révisée elle a été remplacée par un récit du départ beaucoup plus paisible d’une seule famille arabe. 

- La réduction par l’OPEP de la réduction de pétrole qui aurait pour effet une hausse des prix après la «guerre de Kippour» de 2973 est présentée de façon différente dans les deux éditions.

Dans l’édition originale, «cela montre la force de leur colère face à l’avancée d’Israël en Égypte».

Cette explication est remplacée par « l’hostilité des pays de l’OPEP à l’égard d’Israël et de ses alliés».

La raison de cette hostilité a été effacée. 

- Un plan D a été tracé par la Haganah en mai 1948, une ébauche pour l’expansion des zones aux mains des Juifs au-delà de celles assignées à l’Etat juif en germe dans le plan de partage de l’ONU.

L’édition originale dit que «même si ce n’était pas son intention, un historien israélien moderne a écrit que le plan D a ouvert la voie à l’opération de nettoyage ethnique en Palestine».

Cela a été ôté de l’édition révisée.

- Il a été écrit dans l’édition  originale que les Palestiniens ont été chassés de Jérusalem Est aux mains des Israéliens;

dans l’édition révisée, cela devient qu’ils «ont ressenti qu’ils avaient été chassés de force.» 

- Les modifications vont jusque dans: le massacre de Deir Yassine (dans lequel les forces israéliennes ont tué au monde 107 civils palestiniens)

est décrit dans la version originale du Manuel du GCSE comme «une des pires atrocités de la guerre (de 1948)».

Dans l’édition révisée, le mot «atrocités» a été remplacé par «actes».

Ivar Ekeland 03 juin 2021 Analyse, opinions & débats 

Choix - séquençage - découpage - inserts entre crochets - étais ultérieurs E’M.C.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.