E'M.C.
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Palestine

Suivi par 177 abonnés

Billet de blog 7 janv. 2020

«2020: LA FIN DE GAZA» AU RAP DES RAPPORTS! III

2020 - «L’année de la fin de Gaza» à l’Os[t] de Cannan - ces Noces de sang- Le Rap de l’ONU nassée d’im-Puissances- Nous avons l’accent gourmand - nous autres goûteux au siècle & nous aimons Mandela en écossant les nuances dont on nous lessive - Nous [?] ces quelques uns à l’échauguette - merveilleusement anonymes - dont s’horripile l’horreur de la doulce conscience - E’M.C.

E'M.C.
Pr.-Apprenant permane, assigné à résilience.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le papier de l’ONU de 2012 prédisait qu’en 2020 Gaza aurait besoin d’au moins 1000 médecins.

Mais dans Gaza de 2020, 160 médecins sont partis durant les trois dernières années. 

Tous ceux qui le peuvent partent. 

Une jeune chirurgienne de l’hôpital Shifa de Gaza, Dr. Sara al-Saqqa, a témoigné au journal Guardian la semaine dernière qu’elle gagnait 300$ pour 40 jours de travail. 

Si ce n’était pour sa mère âgée, elle serait partie. 
                                           

                                            •
                            Il y a pire à venir.

Quatre-vingt-dix-sept-pourcent de l’approvisionnement en l’eau est impropre à la consommation, comme l’estime le rapport de l’ONU.

100000 mètres cubes d’eau usées par jour sont déversées dans la Méditerranée, qui est aussi notre mer. 

Ashkelon (se) baigne dans les eaux usées de Gaza, mais cela ne dérange personne non plus.

Trois après que je rapport de l’ONU ait été publié, les Nations Unies ont publié le rapport de 2015.

La guerre d’Israël sur Gaza, l’opération Bordure protectrice a déraciné un demi million de personnes de leurs maisons et laissé Gaza écrasée. 

Mais ça non plus n’a rien produit de plus qu’un bâillement . 

Et puis est venu le rapport de 2018, cette fois de la Banque mondiale:

L’économie gazaouie était dans un état critique.

                            Laissez-les suffoquer.

               Israël se tient aux côtés de Naama Issachar,

                             la femme israélienne,

                                en prison en Russie

                       qui a été dans une autre prison. 

                                             •
Gidéon Levy - Haaretz - 2 janvier 2020 

                                              •
Choix, découpage, séquençage, corrections, chapô - E’M.C. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Violences sexuelles

À la Une de Mediapart

Journal — Culture-Idées
David Wengrow : « On semble ne plus avoir d’imagination sur ce que pourraient être les alternatives »
Pendant des milliers d’années, les humains ont expérimenté avec d’infinies variations des formes du pouvoir. Parfois saisonnier, parfois matriarcal, parfois autoritaire et brutal. Mais parfois aussi égalitaire et relativement libre, y compris à grande échelle, décrivent David Graeber et David Wengrow, dans un livre qui fait l’effet d’une bombe. 
par Jade Lindgaard
Journal — International
Soudan : un mois après, le coup d’État n’est pas achevé
En réinstallant le premier ministre dans ses fonctions, les militaires ont réussi à institutionnaliser leur putsch d’octobre. Mais un obstacle se dresse encore devant eux : la population, qui reste fortement mobilisée. Reportage à Khartoum, dans la manifestation du 25 novembre.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — France
De Calais à l’Angleterre, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila
Journal — Culture-Idées
« Les critiques de la chasse sont très liées à la notion de civilisation »
Alors que plusieurs accidents de chasse ont relancé le débat sur cette pratique, l’anthropologue Charles Stépanoff consacre un livre saisissant à ce qui se passe dans les forêts situées à l’orée de nos villes. Entretien.
par Joseph Confavreux