LE DÉNI DE PALESTINE 1917-2017

Parution des actes du colloque: Le déni de Palestine, (1917-2017) organisé au Sénat le 9 décembre 2017 par le CVPR PO.

Cette publication mérite une attention particulière

parce que sa lecture peut nous éclairer

sur les difficultés auxquelles se heurtent,

                   notamment en France, 

                      l’action militante

                  pour la reconnaissance

            des droits du peuple palestinien. 

                                     •

                                En effet,

                  le droit du peuple de Palestine

     n’est pas le fait des seuls dirigeants israéliens,

                             il est aussi

             de nos propres gouvernants. 

                                    •

                              Le déni

                            est toujours

               une arme politique redoutable,

                     dont la forme extrême

                      est le négationnisme.

                                     •

                   Stratégie défensive,

                          son objectif,

                même face à l’évidence,

         est d’inverser la charge de la preuve, 

                   de susciter le doute:

                                     •

                  le plaignant est débouté 

            et peut même devenir l’accusé. 

           Il suffit d’avoir un habile avocat.

                                      •

 

     Or les dirigeants d’Israël n’en manquent pas:

                         gouvernements

             et leaders d’opinion occidentaux, 

                   en France notamment, 

                              ont réussi

                           depuis 70 ans

                à conditionner négativement

          une large part des opinions publiques

                  à l’égard des Palestiniens

                 et de la cause palestinienne. 

                                     •

                    Leur discours quotidien

                              s’abstient

                        systématiquement

            de qualifier l’occupation militaire

               et la colonisation israélienne

           de violations du droit international,

                                    •

                             a fortiori

              de les condamner comme telles, 

                     à ne jamais dénoncer

       les violences massives et constantes 

        infligées à la population palestinienne

                     pour ce qu’elles sont:

                     des crimes de guerre

          et/ou des crimes contre l’humanité

                                    •

                        et donc, à défaut 

                      de pouvoir les taire, 

                           les minimiser,

                      voire les légitimer.

                                        •

                                À cet égard,

           la manière dont nos manuels scolaires

                              traitent le sujet

      peut passer pour un chef-d’œuvre d’autocensure

                        et d’euphémisation.

                                     •

                           Mais le déni

           n’est plus seulement rhétorique,

            lorsque les dirigeants français

          poursuivent pour antisémitisme 

             des citoyens qui dénoncent,

                      preuves à l’appui, 

                 la politique israélienne

           et ses conséquences néfastes. 

                                     •

           On peut expliquer la complaisance, 

               la complicité souvent active

          des grandes puissances occidentales

                     envers l’État d’Israël,

                       par le rôle central

                 que joue cet État colonial,

                     depuis sa création,

       dans leur prise de contrôle économique,

        politique et militaire du Moyen Orient. 

                                      •

             Mais pourquoi tant de nos citoyens

             qui n’ont pourtant aucune raison

             de se sentir une responsabilité

                           dans la Shoah, 

                       restent sans réaction

              face au «deux poids deux mesures» 

                             exorbitant

                     dont bénéficie Israël,

                                     •

                        face également à

       l’accusation infamante d’antisémitisme,

                               brandie

        par les «plus hautes autorités de l’État» 

                      contre des citoyens

                qui osent critiquer la politique

                d’un gouvernement étranger, 

                 parce que ce gouvernement

                       est celui d’Israël.

                                   •

             Pourquoi restent-ils indifférents

                     face aux souffrances

             de la population palestinienne,

                     alors qu’à juste titre

      ils sont bouleversés par d’autres tragédies? 

                                   • 

Henri Folliet, lundi 7 mai 2018. 

                                   •

Choix, découpage, notes et différées, liens, suite au billet suivant,  E’M.C. 

 

 

 

                                    

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.