«L’ÉTAT JUIF CONTRE LA POÉTESSE DAREEN TATOUR

‘Théâtre de l’absurde: l’État juif contre Dareen Tatour’ Bien. Cela rappelle, toute proportion tenue, Palestine, mon pays: l’affaire du poème, pièce de Mahmud Darwich qui ébouillanta la Knesset. Ici, c’est Résister qui hérisse la herse sans merci du laminoir colonial. Poésie au box des accusés, sens sous scellés, la traduction au parquet et la langue en débâcle au gré de l’enjeu aux arrêts. E’M.C.

Qu’est-ce qu’un poème, qu’est-ce qu’une traduction et qui est traducteur:

le procès d’une israélienne de Galilée révèle les aspects regrettables de la culture locale.

Dareen Tatour, 35 ans, de Reina, au Nord d’Israël a été accusée le 15 novembre 2015 d’incitation à la violence et soutien à une organisation terroriste 

pour 3 contenus qu’elle avait postés sur Facebook et YouTube. 

Selon l’acte d’accusation, une vidéo montre des hommes masqués lançant des pierres et des cocktails Molotov aux forces israéliennes. 

En fond sonore on entend Dareen Tatour lisant un poème qu’elle avait écrit dont le titre en anglais est Resist My people, resist them.» 

(...)

Le Bureau du Procureur de l’État interprète le troisième post, prétendument criminel, téléchargé cinq jours après. 

C’était une photographie de Asra’a Abed, une femme arabe israélienne de 30 ans que le police blessa par balles après qu’elle ait agité un couteau devant des agents à la station de bus Afula en octobre 2015.

Dareen Tatour titra l’image: «Je suis la prochaine Shahid, ou Martyre. » (1) 

Deux jours plus tard, la police arrêta Dareen Tatour.

(...)

En janvier 2016, Dareen Tatour fut libérée, affublée d’une surveillance électronique

                    et assignée à résidence

                         chez son frère

                        à Kiryat Ono (2)

           démuni de connexion internet. (3) 

Après des allègements successifs des termes de don assignation à résidence,

Dareen Tatour occupe un emploi à temps partiel de vendeuse,

           mais toujours interdite d’internet.

Alina Hardak, la procureure consciencieuse a prouvé (4)  dans une discussion d’arts poetica,

sans précédent dans un Palais de justice 

que Dareen Tatour n’est pas une vraie poétesse.

Hardak insista, sept heures, pour que soit résolue l’énigme de théorie poétique: 

                            Qui est poète ? 

                                      • 

                            Acte premier:

                           - Qui est poète ?

• Témoin Prof. Nissim Calderon qui enseigne la poésie hébraïque et publie un magazine de poésie.

Contre-interrogatoire: environ deux heures. 

• Procureure: Vous commencez en supposant que l’accusée est une poétesse.

• Témoin: Oui.

• P.  Vous affirmez que vous ne vous connaissiez pas auparavant.

• T: J’ai lu l’acte d’accusation, et il y est écrit un poème, et la personne qui écrit un poème est un poète.

• P. Qui définit ce qu’est un poème ?

• Il n’existe pas d’organisme officiel. ... Ce qu’un poète définit comme un poème est un poème. 

                                  (...)

La procureure creuse les différences entre la prise, la poésie, la figure de style, la poésie sérieuse et l’imitation. 

Elle est apparemment en désaccord avec des générations de colosses.

Dareen Tatour n’est pas une poétesse, même si cela n’est pas son premier poème en arabe et contient la rythmique et les courtes lignes qui se répètent.

                     Si elle est une poétesse,

                     le procès est une farce;

                      dans une démocratie,

                   les poètes ne sont pas jugés

                        et coupés du monde

                      pendant un an et demi. 

                                     (...) 

La procureure commence à réaliser qu’elle est en train de débattre avec un universitaire de gauche.

Elle se crispe quand l’expert explique que le poème a été écrit dans le genre habituel de la poésie  nationale palestinienne,

         qu’il en existe des milliers comme celui-là

                  et qu’ils ont des similitudes

                    avec toutes les traditions

                     de poésies  nationales, 

                          dont le sionisme. 

Quand le témoin dit qu’il n’eciste pas d’organisme officiel pour déterminer ce qu’est un poème,

la procureure parvient à prouver que la cour écoute un gauchiste déguisé en témoin objectif. 

Elle cite un événement auquel le témoin participa, à Tél Aviv 

            «Poésie dans l’ombre de la terreur».

                                  (...) 

         Maintenant l’infatigable procureure

                      doit prouver que

                             «Shahid»

                     signifie «terroriste» 

Elle demande à son traducteur de venir à la barre.

Le témoin est un vieux monsieur qui a passé 30 ans dans la police de Nazareth. 

Pour la première fois de sa vie on lui demande de traduire un texte littéraire en hébreu. 

Lorsque sa traduction a été soumise à la Cour, il s’était excusé des lacunes et des omissions.

Beaucoup se perdit dans la traduction. 

                                    Et

                                Shahid ?

               Il est resté coincé entre les deux 

                     entre l’arabe et l’hébreu. 

                      «Shahid» c’est « shahid» 

                                     •

              Pour l’accusation c’est suffisant

              puisque dans la culture hébraïque

                 un shahid c’est un terroriste. 

                                   •

Mais le témoin suivant, un expert en traduction pour la   défense, énumère les différentes définitions de Shahid: 

un martyr, une personne qui tombe au combat, une victime. (*) 

(...) la procureure réalise une fois encore que le témoin qu’elle a devant ses yeux est un témoin qui n’est pas objectif et qui a des opinions gauchistes. (*)

Apparemment,

                            il est important

                       que chaque mot arabe

                        n’ait qu’un seul sens  

                               en hébreu,

                           même s’il est sorti

                    de son contexte sémantique. 

                                      •

Notes d’E’M.C.

(*) Le sens axial du mot Shahid - Chahid - شهيد est Témoin - d’où s’éploie en acceptions circulaires: Chahada - Profession de Foi - Témoignage - Machhoud, intangiblement Vu - Etc.

                                      •

9 août 2017, Yehouda Senhav, pour Haaretz,

                                      •

• Palestine, mon pays: l’affaire du poème, Editions de Minuit, 1988. Voir, notre billet, MDP.

                                      •

 

Choix, découpage, notes, biblio, chapô, E’M.C. 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.