Marc Tertre
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Palestine

Suivi par 177 abonnés

Billet de blog 9 oct. 2014

Des militants écossais s'opposent à Thales et à son drone, utilisé à Gaza, et occupent son usine de Glasgow

Le drone "watchkeepers" de Thales (ex Thomson) est un appareil de surveillance utilisées par un certain nombre de pays, en particulier en angleterre. Ce résulte d'une collaboration entre Thalés et la firme israelienne Elbit qui propose depuis des années son drone "Hermes 450" largement utilisé à Gaza et ailleurs par l’armée israélienne.Des militants écossais ont occupé l'usine située à Glasgow du groupe Thalés en dénonçant deux aspects particuliérement condamnables selon eux : d'une part la collaboration effective entre l'industrie d'armement européenne et les israeliens qui sont en pointe sur l'informatique et l'électronique de combat, et le fait que ces usines vendent à Israel des piéces détachées, et sont donc complice des crimes de guerre et crimes contre l'humanité commis par les israéliens à Gaza.

Marc Tertre
Education populaire (science et techniques), luttes diverses et variées (celles ci qui imposent de "commencer à penser contre soi même") et musiques bruitistes de toutes origines
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le drone "watchkeepers" de Thales (ex Thomson) est un appareil de surveillance utilisées par un certain nombre de pays, en particulier en angleterre. Ce résulte d'une collaboration entre Thalés et la firme israelienne Elbit qui propose depuis des années son drone "Hermes 450" largement utilisé à Gaza et ailleurs par l’armée israélienne.

Des militants écossais ont occupé l'usine située à Glasgow du groupe Thalés en dénonçant deux aspects particuliérement condamnables selon eux : d'une part la collaboration effective entre l'industrie d'armement européenne et les israeliens qui sont en pointe sur l'informatique et l'électronique de combat, et le fait que ces usines vendent à Israel des piéces détachées, et sont donc complice des crimes de guerre et crimes contre l'humanité commis par les israéliens à Gaza. On pense souvent que la campagne "BDS" concerne surtout les supermarché et les oranges israeliennes. Si la question de s'adresser au plus grand nombre et à viser des objectifs permettant de toucher le plus vaste public est légitime, on peut également considérer que les objectifs purement "militaires" sont eux aussi décisif pour le combat pour un juste droit des palestinien à leur état légitime.

Cela permet également de se rendre compte des collaborations, pour ne pas dire des complicités, unissant l'industrie israelienne et les différentes firmes européennes. Trés souvent, ces collaborations sont dissimulées par des collaborations "scientfiiques" tentant de dissimuler leur véritable nature. Mais la collaboration entre thalés et l'industrie d'armement israelienne ne se donne même pas la peine de se dissimuler (comme c'est souvent le cas) derrière des objectifs "humaniste". Vieille tradition cynique de l'industrie d'armement... 

En tout cas, les confrères du mouvement de boycott écossais nous montrent la voix : qu'ils en soient remerciés...

Quelques images de cette occupation :

Vous trouverez ci dessous l'article qui m'a servi de base pour ce billet :

http://multinationales.org/Palestine-des-militants-ecossais1

Palestine : des militants écossais occupent une usine de drones de Thales8 octobre 2014

Des militants pro-palestiniens de Glasgow ont occupé pendant une journée, le 23 septembre, une usine du fabricant d’armes français Thales. Celui-ci y construit en effet des drones dits « tactiques » Watchkeeper, en partenariat avec l’entreprise d’armement israélienne Elbit. Le modèle Watchkeeper, qui intéresse la France et d’autres pays, est basé sur le drone Hermes 450 d’Elbit, largement utilisé à Gaza et ailleurs par l’armée israélienne.

Les militants qui ont occupé l’usine voulaient dénoncer les relations étroites entre les industries d’armement européennes et israéliennes, symbolisées par l’association entre Thales et Elbit pour développer un drone tactique basée sur une technologie « testée sur le terrain » à Gaza. Ils entendaient également critiquer, plus largement, les exportations d’armes européennes vers Israël.

Voir ici, ici et ici des images de l’occupation et de manifestations précédentes contre Thales. Les occupants ont même accusé l’entreprise française de fabriquer dans cette usine des pièces détachées envoyées ensuite en Israël.

L’ONG britannique War on Want a consacré il y a quelques mois un rapport détaillé (en anglais) au développement du drone Watchkeeper et à son prédécesseur, l’Hermes 450 d’Elbit Systems.

Une usine britannique d’Elbit, construite dans le cadre du partenariat avec Thales, avait elle aussi été ciblée en août, en plein conflit à Gaza. Le Watchkeeper est souvent présenté comme un drone de surveillance, non armé, mais selon War on Want, la distinction est artificielle : l’Hermes 450 aurait été utilisé par Tsahal en version drone de combat.

Drones : la connexion euro-israélienne

Israël est un l’un des principaux pionniers mondiaux des drones, et les firmes israéliennes (Elbit et IAI) ont noué des partenariats avec les entreprises européennes. Elles ont même joué un rôle important pour pousser les institutions européennes à s’intéresser aux drones et à débloquer des financements pour stimuler la recherche européenne dans ce domaine [1].

Pour les critiques, le Watchkeeper sert surtout aux gouvernements et intérêts industriels européens à reconvertir et « blanchir » les technologies israéliennes de l’armement. Plusieurs autres pays, dont la France et la Pologne, ont exprimé leur intérêt pour le drone Watchkeeper, que l’armée britannique vient de déployer officiellement en Afghanistan.

La cause palestinienne et celle de l’indépendance écossaise semblaient s’être étroitement mêlées dans la tête des militants qui ont ciblé l’usine. Thales est le deuxième fournisseur d’armes du Royaume-Uni, et son PDG Jean-Bernard Lévy n’avait pas hésité, quelques jours avant le référendum sur l’indépendance écossaise du 18 septembre 2014, à s’immiscer dans les débats en brandissant notamment la menace d’une fermeture de l’usine occupée par les activistes.

Olivier Petitjean

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’encombrant « Monsieur sécurité » de Jadot écarté de la campagne écolo
Insultes, menaces, intimidations : depuis plusieurs années, militants et élus alertent les responsables d’EELV sur le comportement de Philippe Bouriachi. Ce conseiller régional, qui faisait office de garde du corps de Yannick Jadot, a été écarté de l’équipe de campagne parallèlement à notre enquête. Il dénonce une cabale.
par Mathieu Dejean et Sarah Brethes
Journal — France
Affaire Hulot : Yannick Jadot met « en retrait » un pilier de sa campagne
Proche de Nicolas Hulot, Matthieu Orphelin a été mis « en retrait » de la campagne de Yannick Jadot, en raison d’interrogations sur la connaissance qu’il aurait pu avoir des agissements de l’ancien ministre, accusé de violences sexuelles et sexistes. Une « décision courageuse » de la part du candidat écologiste à la présidentielle, salue Sandrine Rousseau.
par Mathieu Dejean
Journal — International
Comment les Chinois ont corrompu les Kabila
Une société-écran, alimentée par deux sociétés d’État chinoises détentrices du plus gros contrat minier de l’histoire de la RDC, a versé au moins 30 millions de dollars à la famille et au premier cercle de l’ancien président Joseph Kabila. Sa famille a aussi obtenu en secret des parts dans l’autoroute et le barrage liés à la mine.
par Yann Philippin et Sonia Rolley (RFI)
Journal — International
En Tunisie, la jeunesse déshéritée en attente des promesses de Kaïs Saïed
À Jebiniana, une localité du centre de la Tunisie historiquement à gauche, de nombreux jeunes attendent beaucoup du président depuis son coup de force du 25 juillet. Mais rien de bien tangible ne se concrétise.
par Lilia Blaise

La sélection du Club

Billet de blog
Avec le poids des morts
« Chaque famille, en Côte d'Ivoire, par exemple, est touchée. Tu vois le désastre, dans la mienne ? On assiste à une tragédie impensable ». C. témoigne : après un frère perdu en Libye, un neveu disparu en mer, il est allé reconnaître le corps de sa belle-sœur, dont le bateau a fait naufrage le 17 juin 2021 aux abords de Lanzarote, à Orzola.
par marie cosnay
Billet de blog
« L’Héroïque Lande - La Frontière brûle » : des vies électriques
[Archive] «L'Héroïque Lande. La Frontière brûle», réalisé par Elisabeth Perceval et Nicolas Klotz, renverse les attendus d'un film «sur» La Jungle de Calais, pour sonder les puissances politiques et sensibles du cinéma, avec des images qui s'imaginent depuis une Zone et avec ses fugitifs.
par Robert Bonamy
Billet de blog
« Atlantique », un film de Mati Diop
Des jeunes ouvriers au Sénégal ne sont pas payés depuis plusieurs mois rêvent de partir pour l’Europe au risque de leur vie. Ada, amoureuse de l’un de ces hommes, est promise à un riche mariage contre son gré. Les esprits auront-ils raison de ces injustices ?
par Cédric Lépine
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement