E'M.C.
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Palestine

Suivi par 178 abonnés

Billet de blog 12 févr. 2019

GANZ, GÉNÉRAL ISRAÉLIEN CRIMINEL DE GUERRE: CALVAIRE FOUISSANT CALVAIRE

Gantz, s’exemptant du calvaire de Gaza, invivable camp de concentration par l’évocation du camp de Bergen-Belsen, d’où la grand-mère est rescapée, afin de se soustraire à la justice internationale des «grands» criminels de guerre de l’histoire, ressortit de l’ignobilité la plus misérable qui soit & de surcroît, du fait même de son impunité, déteint, d’Israël, sur toute l’humanité- E’M.C.

E'M.C.
Pr.-Apprenant permane, assigné à résilience.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Benny Gantz, ancien chef d’état major de l’armée israélienne 

et candidat aux élections, avec des intentions de vote comparables à celles de Benjamin Netanyahu 

fait l’objet d’un dépôt de plainte devant le Tribunal Pénal International de la Haye 

pour crimes de guerre à Gaza.

Et tout ce qu’il trouve à mettre de l’avant, 

c’est que sa mère est une rescapée du camp de concentration de Bergen-Belsen. 

La journaliste Amira Hass lui répond dans Haaretz.

                                      •

Gantz, fils d’une survivante de l’Holocauste, mentionne Bergen-Belsen

mais se garde bien de faire la moindre allusion au camp de concentration qu’est devenue Gaza.

Très souvent, Benny Gantz rappelle que sa mère est une survivante du camp de concentration de Bergen-Belsen. (...)

La mère du chef d’Etat-major de l’armée israélienne 

ne l’a certainement pas encouragé à cesser tout approvisionnement en nourriture aux habitants de Gaza.

(Piur clarifier les choses: Israël n’envoie pas de nourriture aux Palestiniens. 

Les Palestiniens de Gaza n’ont d’autre alternative que d’acheter au prix fort à des marchands et des producteurs israéliens, de quoi s’alimenter.)

Ainsi Israël est en capacité d’empècher tout approvisionnement de Gaza en denrées vitales, telle la nourriture, et tout autre produit de première nécessité. 

Ce qu’Israël a commis à maintes reprises. 

AMIRA HASS ; 

Ma mère était révoltée par les généraux, leurs guerres répétées contre les Paalestiniens,

avec, comme on sortirait son jocker au Casino,

l’utilisation éhontée des Juifs d’Europe exterminés par l’Allemagne nazie, pour justifier leurs actes. 

Si Gantz était un homme courageux, il irait de son propre chef à la Haye, devant les juges du tribunal néerlandais. 

(...)

Si Gantz en avait le courage, il quitterait son nouveau siège à la Knesset (ou son cabinet) 

pensant un jour ou deux et se présenterait à la Haye devant le demandeur Ismail Ziada.

Mais même si Gantz n’y va pas, deux trajectoires,

deux trajectoires de vie faites de déracinement, d’injustice et de traumatisme se croisent. 

L’Europe a clairement fait comprendre aux parents de Gantz, nés en Hongrie et en Roumanie, qu’ils étaient des indésirables.

En fait qu’ils ne méritaient pas de vivre. 

Ils ont pu survivre et sont arrivés dans ce pays. 

En Israël, nous sommes devenus les vainqueurs,  

et nous continuons à nous venger 

sur ceux qui n’ont rien à voir

avec l’extermination des Juifs d’Europe  

Gantz est né à Moshav Kafr Amin,

sur les terres du village palestinien en ruine de Qastina.

Les parents de Ziada sont nés dans le village de Faluja.

Des parties du Kyriat Gat sont construites sur ses terres. 

La distance entre Qastina et Faluja est de 82,2 kilomètres. 

La distance entre Faluja et le camp de réfugiés à Bureij, lieu de naissance de Ziada est de 40 kilomètres. 

En février 1949, conformément à l’accord de cessez-le-feu avec l’Égypte, la brigade égyptienne encerclée dans la poche de "Faluja" se retire.

Les habitants du village y sont restés, ainsi que ceux d’Irak al-Manshiyeh et environ 1000 réfugiés palestiniens d’autres villages.

Certains des habitants de Faluja avaient déjà fui plusieurs bombardements israéliens, 

font ceux d’octobre 1948.

Le gouvernement militaire alors mis en place ne leur interdisait pas seulement de revenir, 

mais faisait tout son possible pour terroriser ceux qui restaient, afin qu’ils partent.

Yigal Allon à été à l’origine de la campagne de terreur 

menée par Ytshak Rabin,

selon le site Web Zochrot, 

qui se base sur les recherches de l’historien Benny Morris.

En d’autres termes,

Israël a déclaré aux parents de Ziada

qu’ils ne méritaient pas de continuer à vivre là où ils étaient nés, 

et où leurs familles vivaient depuis des centaines d’années.

Le message était clair: partez vivre ailleurs, si vous tenez à sauver votre peau.

La bande de Gaza est aujourd’hui un camp de concentration,

mais pas comme ce fut le cas à Bergen-Belsen.

Les différences sont claires et connues.

Tout comme elles s’opposent aux parallèles manquant d’informations, de connaissances  et de compréhension,

utilisés à des fins de provocations, 

l’auteure de ces lignes s’oppose également à la création de hiérarchie de souffrances, 

sui ont pour effet de considérer comme quantités négligeables toutes les souffrances qui n’en atteindrait pas le paroxysme,

le « climax » (que nous seuls les Juifs, serions à même de définir).

L’utilisation ici du terme « camp de concentration » est basée sur la nécessité de se libérer des liens linguistiques de la période nazie. 

Dans la bande de Gaza,

confinée et isolée du reste du monde comme dans un camp, 

vivent environ deux millions de personnes

dans l’un des endroits les plus densément peuplés du monde.

70% d’entre eux sont les descendants des réfugiés expulsés de chez eux.

L’absence de liberté de mouvement les condamne à une vie de dénuement, de chômage, de pauvreté, 

maladie, dépression, avec une eau et des sols contaminés,

obliges de dépendre d’une charité, elle-même, de plus en plus réduite. 

Cela sans les bombardements et incursions militaires israéliennes répétés.

Bergen-Belsen en tant que camp de prisonniers puis en tant de concentration et d’extermination de Juifs,

fut démantelé au bout de quatre ans,

après la défaite du Troisième Reich.

Le camp de concentration qu’est Gaza existe dans des conditions de plus en plus rudes,

depuis plus de trois décennies.

Contrairement à la propagande israélienne,

il a été créé avant les attentats-suicides,

avant Oslo.

Avant que le Hamas prenne en charge et développe ses capacités militaires.

Israël a un objectif militaire en tête:

non seulement faire de Gaza un gigantesque camp de concentration, 

mais le séparer du reste des Palestjniens,

de sorte qu’elle devienne une entité séparée,

privée d’histoire,  

de racines

et d’appartenance à la Palestine.

                                       •

En tant que chef d’État-major, Gantz a eu un rôle actif 

en collaborant pleinement à ce crime,

qui entre autre,

a conduit au meurtre de la mère d’Ismail Ziada, de sa belle-sœur, de son neveu et de trois frères.

                                     •

Amina Hass, Haaretz Correspondent 

Traduit par Lionel R. pour CAPJPO EuroPalestine, 10 février 2019. 

                                    •

Choix, découpage, E’M.C. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Une pratique révélatrice des impasses de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot
Journal — France
Dans le Sud, le pas de deux des identitaires et du RN
À Nice, Menton et Aix-en-Provence, trois figures des identitaires se présentent aux élections législatives sous les couleurs d’Éric Zemmour. Le RN présente face à eux des transfuges de la droite et fustige leur radicalité, alors qu’ils étaient membres du parti quelques mois plus tôt.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Raphaël Boutin Kuhlmann : « Les coopératives locales portent l'intérêt général »
Parti s’installer dans la Drôme en 2016, où il a fondé la coopérative foncière « Villages Vivants », Raphaël Boutin Kuhlmann est devenu une figure des nouvelles manières de faire territoire. Dans cet entretien, il revient sur la nécessité de penser autrement l’intérêt général et sur les espoirs qu’il place, face aux crises contemporaines, dans l’innovation et le lien dans les villages.
par Archipel des Alizées
Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony
Billet de blog
L’Âge de pierre, de terre ou de raison ?
Le monde du BTP doit se réinventer d’urgence. Les récents événements internationaux ont révélé une nouvelle fois son inadaptation face aux crises de l’énergie et des matières premières. Construire avec des matériaux locaux et peu énergivores devient une évidence de plus en plus difficile à ignorer pour ce secteur si peu enclin au changement.
par Les Grands Moyens
Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS