L’UBUESQUE, LA POÉTESSE ET LA LIGNE VERTE

Poissons circulez, les chêneaux sont chauds, pas d’espèce protégée ici, l’espace est trop cher, ni thon ni baleine à bosse, ne blanchoient aux Verts [Gris!]; l’ubuesque proc., romaine à bout de lorgnon, au déparquement de moules, débarque la Loi, au taïaut du portuaire, sous le ciel cirrheux, tournant jaune-rouge indien, foudre de feinte à [feue] Ligne Verte - Traduttore? Mort de rire. E’M.C.

               Acte deux (suite et fin sans ter) 

• Procureure: [le poème] ne fait pas seulement référence à la Cisjordanie. 

• Témoin: Exact.

• P.: d’ailleurs, il a aussi une référence à la ligne verte. 

                        LA LIGNE VERTE 

                             Tout à coup,

                            la Ligne Verte 

                                   est

                           le problème. 

                                     •

       C’est la malheureuse ligne de démarcation

                    qui a depuis longtemps

                              été effacée

                     des cartes des Juifs,

      dans un processus colonial impressionnant. 

                                     •

       Plus personne ne parle de la Ligne Verte,

                  sauf notre procureure, 

            les antisémites aux Nations Unies 

        et une poignée d’ambassadeurs de la paix 

        qui visitent la région de Temps en temps. 

                                     •

          Les Juifs n’ont plus de Ligne Verte,

            Yesha (Judée et Samarie) est là, 

             et c’est la terre de nos aïeux,

      et les Juifs traversent la Ligne Verte, 

                                 mais

                             seulement

                               les Juifs. 

                                    •

                      Et les Palestiniens,

                   -en d’autres mots ceux

         qui sont appellés les Arabes israéliens, 

           ne traversent pas la Ligne Verte, 

              il faut que ce soit bien gravé

                         dans leur esprit. 

                                    •

Si Dareen Tatour avait habité dans un village près de Ramallah, 

je crois que personne ne lui aurait demandé si elle est poétesse.

Ils l’auraient emprisonnée sans charges pour incitation. 

                                    • 

Mais à l’intérieur de la Ligne Verte, de telles  mesures sont extrêmes, 

il doit donc être prouvé qu’elle n’est pas une poétesse. 

                                   •

En fin de compte, la procureure fait ce qu’elle est censée faire: 

effrayer,

              dissuader.

                               censurer la poétesse 

                               et

                                     faire d’une poétesse

                                                             une ennemie. 

Tout ce qui reste à faire est de l’appeler une incitatrice. (1) 

                                    •

     Si nous disons que ça suffit, ça marchera. 

                        Et qu’en est-il

                         de tous ceux

       qui ne furent pas suspectés d’incitation, 

                      malgré leurs mots. (2)

                                   •

Un important membre de la Knesset:

 «Quiconque sort un couteau ou un tournevis doit être abattu.» 

9 août 2017, Yehouda Senhav pour Haaretz

Traduction LGr pour l’AURDIP. 

                                   •

Billet en cours...

Choix, découpage, notes et notes différées, E’M.C. 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.