NOUVELLE CARTE "COLONIALISME DESTRU(A)CTION"

Basé sur des recherches rigoureuses De-Colonizer présente sa nouvelle carte dépalimpsestique intitulée "Colonialisme destru(A)ction, recensant l'ensemble des localités palestiennes, juives et syriennes depuis les premières vagues de migration sioniste de fin 19e S.

Dé-Colonizer. Nouvelle carte: "Colonialisme destru(A)ction, avril 2017 © E'M.C. Free Palestine Dé-Colonizer. Nouvelle carte: "Colonialisme destru(A)ction, avril 2017 © E'M.C. Free Palestine

 

                                         •

Cette carte recense l'ensemble des localités palestiniennes, juives et syriennes depuis les premières vagues de migration sioniste (fin du 19e siècle).

Le découpage par strates historiques 

- destructions pré-1948 

- pendant la Nakba 

- et post 1948

répercuté visuellement par trois couleurs de police

sur la légende et sur la carte elle-même,

montre le continuum historique

de la persistance du projet colonial   

Jusqu'à nos jours

et le futur qu'il nous dessine

s'il n'y a pas de mobilisation 

internationale substantielle 

pour exiger l'arrêt de la colonisation israélienne. 

Près de 750 000 Palestinien-ne-s 

et quelques 130 000 Syrien-ne-s ont été déplacés,

il était temps qu'une carte exposé leurs pertes. 

                                       •

Cette carte montre

uniquement

les localités qui ont été entièrement détruites

(ou qui sont sur le point de l'être)

et non l'ensemble des destructions,

souvent partielles  

qui ont eu lieu

et qui continuent de se dérouler

dans le contexte des violences coloniales du pays.

                                    •

Des milliers de maisons qui ont détruites 

dans de nombreuses localités,

qui n'ont, elles, pas été rasées,

n'apparaissent donc pas sur cette carte, par exemple.

                                    •

Nous espérons que cette carte,

qui s'appuie sur des recherches méticuleuses,

sera un outil de plaidoyer

et d'éducation (1)

anticolonialiste (2)

pour beaucoup d'entre vous, 

militantEs, 

chercheurEs,

enseignantEs,

pour toutes celles et ceux 

qui souhaitent changer les discours, (3) 

et qui militent

pour une paix juste et durable

au Proche-Orient. (4) 

                                      •

                Cette carte n'a pas l'intention

                de minimiser les différences  

         entre victimes et auteurs des violentes, 

           elle cherche simplement à montrer

                    que les occupantEs

        dans ce cadre colonial de peuplement 

                     paient également

            un prix de leur participation 

                        à ce système. (5)

                                   •

                   Or, il est impossible

        d'invisibiliser les expropriations

    de la majorité de la population indigène

                        de cette terre 

            tant celles-ci sont massives. 

                                 •

      L'utilisation du terme "action" dans le titre

             sous-entend donc également

que les destructions n'appartiennent pas qu'au passé: 

    elles non plus ne connaissent pas de pause. (6) 

                   (...) et son intense activité 

                   ne reconnaît pas non plus 

 les frontières reconnues par la loi internationale. (7)

 

 

                                   •

Chercheur & Éditeur Eitan Bronstein Aparicio 

Seconde chercheure et design, Éléonore Mezra Bronstein 

Cartographe, Ali Abu Riyya (Al-M'alem) 

AssistantEs design, Mai Omer, Maya Ober, Amir Hellal, Florent Prévez.

De-Colonizer, mise à jour, avril, 2017. 

                                    •

Notes:

(1)  Surtout de l'Éducation, notamment en discipline d'histoire où l'État, depuis la Sarkhollandie, via la lecture litanique de Lettre de Mocquet (ex.), et la clashante instrumentalisation des attentats, et l'aliénante insurrection des "Je suis" accentue son intrusion parmi enseignants et élèves vers la mosaïque des consensus rassis qui le servent. 

(2) Le système, à bout de ruse, n'a pas manqué de trouver sigisbées et zélotes pour discréditer ce mot au révulsif d'ismes clivant "bienfaits" et "méfaits". 

(3) Discours-Ukases, coup de Com' de la duplice pensée unique du pouvoir qui se perpétue à des dévastateurs trompe-l'œils. 

(4) Aujourd'hui plus explosivement proche de "nous" que jamais. 

(5) On paie toujours, à cette patrio-tarde salauderie ne serait-ce que le respect pour sa propre personne foulant sa liberté aux pieds des convoitises immédiates et des fugaces friselis de carrière, sa faillite d'éthique. 

(6) Tout indique au contraire que les destructions vont en forcissant; 

(7) Ce qui n'empêche pas les média-sionistes, de tous bords, de réclamer sans cesse la "reconnaissance" expansive d'Israël qu'aucune coercition internationale ne contient.                              

                                •

Choix, découpage, extraits, notes, E'M.C. 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.