«GAZA: LA HONTE DE L’OCCIDENT, LE GOUVERNEMENT FRANÇAIS EN DESSOUS DE TOUT»

La situation d’aujourd’hui évoque irrésistiblement 1938 et Munich. Officiellement les dirigeants se disaient pacifistes.(*) À l’époque l’Occident laissait monter le nazisme. Mais pour beaucoup «mieux valait Hitler que le Front populaire». Aujourd’hui l’ennemi c’est le Musulman, jugé être forcément intégriste et terroriste. UJFP

                               GAZA (1)

                       JUSQU’À QUAND

                  LAISSERA-T-ON FAIRE?

Personne ne peut faire semblant de ne pas voir ce qui est à l’œuvre.

                            Tous les jours

               l’armée israélienne assassine

                           impunément

            à Gaza avec des assassins d’élite,

                          bien planqués,

                             qui tirent 

                 comme à la fête foraine. (2)

                                     •

                  Cette armée dite «morale»

                  ne vise pas n’importe qui :

                       les mort-e-s sont

                        des infirmières

                 comme Razan al-Najjar,

                              21 ans, 

                          qui marchait,

                        les bras en l’air 

                          vers un blessé,

                         des secouristes,

                         des journalistes.

                                     •

                           Les assassins

                     poussent des cris de joie

               quand ils touchent leurs victimes. 

                                      •

                       Quand ils ne tuent pas,

               les tireurs blessent grièvement. 

                                       •

                       Les balles explosives,

                          armes interdites,

                              ont estropié

                 des milliers de gazaoui-e-s,

                   et, faute de médicaments,

                   ces blessures ont abouti à

                       des amputations. (3) 

                                     •

        Parce qu’ils ne veulent pas courber la tête, 

         des estropiés amputés jouent au football

 pour signifier qu’ils veulent toujours rester debout. 

                                    •

                       Tuer ne suffit pas: 

                    les israéliens ont rasé

        une grande salle de spectacle à Gaza, 

           le centre culturel Saïd al-Mishal, 

                    qui servait de théâtre

                    et de salle de concert. 

                                    •

                  Le message est simple: (4)

  «Nous vous empêcherons de vivre normalement. 

                 Nous détruirons le tissu social

qui fait que votre société ne s’est pas écroulée.» »

                                  •

Le Bureau national de l’UJFP, le 15 août 2018.

                                  •

Notes E’M.C. 

(*) «Pacifiste-s» - les mots étant empoisonnés, celui-ci, est désormais affublé de pire presse (**), sous la plume de sionistes zélés (ou de leurs gauchardantes conciergeries), pour signifier, en chapeaux de roue, collabo-s, voir, entre autres, Les mots et la terre, Shlomo Sand, Flammarion, 2010.

(**) Ainsi, le mot «solidarité» - entre autres quasi-corollaires, ici, en France, aux migrants fabriqués par «nos» «guerres», décimations imposées. 

(1) Le focus sur Gaza aussi bien justifié, n’occulte-ra pas la Palestine occupée Cis-Jordanie, Jérusalem Est, et les frontières enfoncées. (Rappel) 

(2) Les assassins d’élite israéliens visent et tirent avec la complicité de la «communauté inter-nationale» avec les munitions de la complicité du peuple-s qui - pour le coup, et pour cause - ne se manifeste pas pour signifier son indignation, à défaut de manifester!  Pour justement, se démarquer et isoler ce qu’on appelle trop vite «l’extrême droite israélienne»! 

(3) L’estropiement forcené est polymorphe, les Palestinien-n-e-s sont estropillé-e-s de partout, de marcher ordinairement -chez eux- comme le reste du monde à l’itinéraire mortifère des checkpoints, de leurs ressources empoisonnées, de leur histoire, de leur impact à «nos» rétines glacées de couardise- 

(4) L’auto-«message» à Ça! abjurant de «plus jamais ça!» est lamentablement simple, barbare, aveuglément inconséquent, l’effondrement, visé, poursuivi de la société palestinienne étant consubstantiel à celui de la société israélienne toute entière directement ou par moult incontournables ricochets.

 

                                       •

Choix, découpage, séquençage, notes, et notes différées, biblio, billet éparpillé en notes à ce pressant billet E’M.C.

                      

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.