« DES ÉLUS FRANÇAIS AU SECOURS DE L’APARTHEID »

Il y a 72 ans aujourd’hui, la Nakba, nettoyage ethnique prémédité de la majorité des Palestiniens de leur propre pays en 1948. Lugubre rappel de l’UJFP- Comme aujourd’hui - se précise la Nakba éthique qui étrique- dans un mercantile déshonneur- cette f(r)action corrompue de la députation française traîtresse des valeurs dévoyées d’Icelle- Deux survivantes puissances directement coloniales E’M.C.

                                           1 
En Israël, le nouveau gouvernement prépare, sans masquer ses intentions, l’annexion de la Cisjordanie dans le mépris absolu du droit international. 

Il veut appliquer le plan Trump et remodeler le Proche-Orient pour en finir avec la résistance palestinienne. 

Alors que le régime de l’apartheid sud-africain s’est écroulé il y a 30 ans, l’État d’Israël a établit depuis bien longtemps un régime d’apartheid où la moitié de la population qui vit entre Méditerranée et le Jourdain est privée de l’essentiel de ses droits. 

Ce qui existait dans les faits est aujourd’hui consolidé par la loi « Israël État Nation du peuple juif » (2018) 

qui inscrit dans le « droit » la négation des droits et même de l’existence du peuple palestinien 

                                            •
Personne ne pourra dire « nous ne savions pas »

Tous les jours, les diplomates européens en poste dans les territoires palestiniens relatent avec précision les confiscations de terre, la violence des colons et de l’armée, les destructions de maisons, les arrestations d’enfants, les tortures, la vie en cage à Gaza sous blocus hermétique depuis 2007... 

Les rapports officiels se succèdent pour attester qu’Israël est coupable du crime d’apartheid tel qu’il est internationalement défini 

et la Cour Pénale Internationale s’apprête à instruire le dossier des crimes de guerre commis par Israël.

Le négationniste vis à vis de cette réalité est insupportable, c’est de la complicité. 

                                              •
C’est pourtant le moment choisi par une soixantaine d’élus et de personnalités pour signer dans le point une tribune intitulée:

 « Protégeons les Arabes qui dialoguent avec Israël ». 
                                        
                                              •
Dialogue? Quel dialogue? 

Le rouleau compresseur colonial dévore de façon insatiable la Cisjordanie.

Quand la population de Gaza manifeste pacifiquement pour exiger son droit au retour,

l’armée israélienne tire délibérément sur les civils,  

utilisant des armes interdites,

tuant ou estropiant des milliers de civils. 

                                             •
Les dirigeants israéliens et les signataires de cette tribune ne cherchent aucun dialogue:

ils exigent la capitulation du peuple palestinien sur leurs droits historiques.        

Ils exigent que les Palestiniens soient définitivement transformés en indigènes cantonnés dans leurs réserves, sort qui a été infligé aux peuples indigènes d’Amérique ou d’Australie. 
 
                                            •
La Tribune tend à opposer les «bons» Arabes aux «mauvais».

Les «bons» sont ceux qui dialoguent au sens où les signataires emploient ce terme.

Au premier rang, le régime saoudien de MBS, celui qui pratique la décapitation, celui qui dissout dans l’acide ses opposants, celui qui utilise les armes que la France lui a complaisamment vendues pour massacrer et affamer le peuple yéménite.

Autre «modéré» et «adepte du dialogue», le régime égyptien du maréchal Sissi.

Cette dictature a criminalisé toute opposition. 

Les prisons sont pleines, la répression est omniprésente et ce régime participe de façon décisive au blocus de Gaza.

Ces Arabes qui «dialoguent» collaborent avec l’occupant.

Ils écrasent à la fois leur propres peuple et le peuple palestinien sommé de disparaître.

Le « Conseil Arabe pour l’Intégration Régionale » loué par les signataires de La Tribune rêve d’un monde où les riches pourraient faire des affaires fructueuses en écrasant les peuples.

La Coordination nationale de L’UJFP, samedi 16 mai 2020

                                           •
Choix, découpage, séquençage, chapô, E’M.C. 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.