«DES ÉLUS FRANÇAIS AU SECOURS DE L’APARTHEID»

Des élus français au service de l’Apartheid si tristement mus d’im-média(t) - complices de sévices institués à la barbe du droit transformé en totémique torsade - desservant l’avenir à de glauques calculs coloniaux avec Testament pour guide d’égarement à ce massacrant accaparement du monde mis dessus-dessous à l’insidieuse dominoterie de détérioration éthique & de soi- E’M.C.

                                           2

Cette tribune qualifie de « culture de paix » l’appui inconditionnel à Israël.

Ce qui est qualifié de « culture de haine », c’est le soutien aux droits du peuple palestinien,

et bien sûr le mouvement Boycott, Désinvestissement, Sanctions (BDS).

Cette tribune sort au moment où quelques pays européens encore minoritaires envisagent de remettre en cause la complaisance de l’Union européenne vis-à-vis du gouvernement israélien.

Le mécanisme de ce raisonnement est toujours le même:

les antisémites, (1)

ce ne sont pas les dirigeants d’extrême droite qui, partout dans le monde,

soutiennent inconditionnellement Israël. (2)

Ce ne sont pas les Chrétiens sionistes pour qui les Juifs qui ne se convertiront pas doivent disparaître,

ce n’est pas le régime hongrois qui réhabilite la Hongrie fasciste.

Non, les antisémites seraient les partisans du BDS

ou les habitants de nos quartiers populaires (3) qui «affaibliraient notre tissu social»

en répercutant ici des violences venues d’ailleurs.

Violence éhontée à l’histoire, pour les signataires de cette tribune,

l’antisémitisme serait un phénomène arabe. (4) 

Incroyable paradoxe que de voir ceux qui soutiennent un régime explicitement racisme et d’extrême droite (5) accuser leurs opposants de ... racisme.

                                            •
Qui sont les signataires de cette tribune?

Il y avait avant tout les défenseurs inconditionnels de la colonisation:

Meyer Habib qui n’a jamais dissimulé être le représentant du colon Sylvain Maillard

qui a rencontré les représentants des colons

la veille du dépôt de son amendement tendant à criminaliser l’antisionisme.

On retrouve Bernard Kouchner qui a initié, quand il était ministre,

le virage de la diplomatie française vers un soutien inconditionnel à Israël.

On retrouve beaucoup d’élus de droite, parfois venus de l’extrême-droite.

On retrouve Manuel Valls et des élus du PS. (6) 

                                             •
Il y a Anne Hidalgo, maire de Paris.

Ainsi, l’organisation de Tel-Aviv-sur-Seine,

la police fluviale sur la Seine pour empêcher «la flottille de la liberté»  pour Gaza) d’accoster à Paris (2018)

ou l’inauguration d’une place Ben Gourion en présence du maire de Jérusalem n’étaient pas des «accidents».

Il y a une complicité renouvelée.

Et il y a Daniel Cohn-Bendit.

Il fut un des signataires emblématiques de l’appel J-Call qui prétendait promouvoir l’idée

                       «Deux Peuples Deux États

et il signe un texte avec les représentants des colons.

                                            • 

L’UJFP répond aux signataires de cette tribune:

                         Vous ne trompez personne. 
Derrière les mots que nous utilisez «dialogue» «bâtisseurs de paix»,

                     il y a la réalité qui a nom annexion,

                                     apartheid,

                                    colonialisme,

                                  crimes de guerre,

                                      occupation. 
Épaule contre épaule avec les anti-colonialistes israéliens,

porteurs d’une mémoire juive de résistance à l’injustice,

nous amplifieront la lutte pour les droits du peuple palestinien

                                      et le BDS. 

                     Il n’y a pas de paix sans justice. 
   
                                             •
La Coordination nationale de l’UJFP, samedi 16 mai 2020

                                             •
Choix, séquençage, notes en suivi  chapô, E’M.C.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.