Marc Tertre
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Palestine

Suivi par 179 abonnés

Billet de blog 18 juin 2022

Marc Tertre
Education populaire (science et techniques), luttes diverses et variées (celles ci qui imposent de "commencer à penser contre soi même") et musiques bruitistes de toutes origines
Abonné·e de Mediapart

Une loi interdisant le drapeau palestinien adoptée en première lecture à la Knesset

Le mercredi 1er juin, la Knesset israélienne a adopté en première lecture un projet de loi présenté par Eli Cohen, député du Likoud, visant à interdire l’affichage de « drapeaux ennemis » dans les institutions financées par l’État israélien. Le seul drapeau explicitement mentionné est celui de la Palestine.

Marc Tertre
Education populaire (science et techniques), luttes diverses et variées (celles ci qui imposent de "commencer à penser contre soi même") et musiques bruitistes de toutes origines
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Publié le Samedi 18 juin 2022 à 12h00.

Crédit Photo

Photothèque Rouge / Martin Noda / Hans Lucas

Mariam Barghouti

Hebdo L’Anticapitaliste - 620 (16/06/2022)

Après la première lecture préliminaire, la Knesset a adopté le projet de loi avec 63 voix pour et seulement 16 contre. Le prétexte est le lever d’un drapeau palestinien sur l’université Ben Gourion en mai de cette année. Le projet de loi était principalement soutenu par le Premier ministre Naftali Bennet, ainsi que par des membres des partis israéliens Yamina et New-Hope.

Lors du vote à la Knesset, Cohen a indiqué aux opposantEs au projet de loi dans la coalition à majorité arabe Joint List, dont le député palestinien Sami Abu Shehadeh, que « ceux qui se considèrent comme des Palestiniens sont invités à aller à Gaza ou en Jordanie. Je vous promets un financement pour le transport ». Avant le vote, Cohen a exprimé des sentiments anti-palestiniens similaires, en déclarant : « Toute personne […] qui se considère comme palestinienne recevra toute l’aide dont elle a besoin de notre part pour un aller simple à Gaza. »

L’importance du drapeau palestinien

Bien que le projet de loi doive passer par trois votes supplémentaires à la Knesset avant d’avoir force de loi, le soutien massif dont il bénéficie a suscité des inquiétudes parmi les PalestinienEs vivant en Israël et dans les territoires palestiniens occupés, quant à ce que cela pourrait signifier pour leur vie et leur identité en tant que PalestinienEs.

Après la Naksa (terme arabe signifiant « revers ») de 1967, au cours de laquelle Israël s’est emparé par la force militaire du Sinaï, du plateau du Golan, de Gaza et de la Cisjordanie, la politique officielle israélienne a interdit les couleurs nationales du drapeau palestinien (rouge, blanc, vert, noir). Dans les années 1980, les législateurs israéliens ont interdit les œuvres d’art considérées comme ayant une « signification politique ».

L’armée et la police israéliennes sont allées jusqu’à menacer les artistes palestinienEs qui utilisaient les couleurs du drapeau dans leurs œuvres d’art. Même les coquelicots et les pastèques étaient considérés comme une incitation et une violation de la loi israélienne. Si la loi a été abrogée après la signature des accords d’Oslo en 1993-1994, la confiscation et la criminalisation du drapeau palestinien et de ses couleurs sont restées des pratiques courantes.

Ce que cela signifie pour les PalestinienEs

Pour les PalestinienEs, le projet de loi n’est pas seulement une attaque contre leur drapeau, mais il est le symbole d’une attaque continue et systémique contre les symboles qui expriment l’identité palestinienne. Les conséquences potentielles du projet de loi sont particulièrement réelles pour les PalestinienEs de Jérusalem et ceux qui ont la citoyenneté israélienne, dont l’identité palestinienne est considérée comme une menace démographique en Israël.

Le projet de loi est considéré comme une nouvelle tentative d’effacer l’existence palestinienne dans la région. L’interdiction du drapeau dans les institutions financées par l’État ne concerne pas seulement les universités, mais s’étend également aux institutions culturelles, entre autres.

L’attaque contre le drapeau palestinien pourrait également signaler une nouvelle répression des symboles palestiniens dans la sphère numérique. Lors de l’attaque à grande échelle contre les PalestinienEs en mai 2021, les PalestinienEs sur les médias sociaux ont été témoins de la censure et de la suppression de témoignages et de documents palestiniens.

Traduction J.S.

Version intégrale (en anglais) sur mondoweiss.net

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Les SDF étrangers ne sont pas les bienvenus » : un préfet ne devrait pas dire ça
Dans un tweet, le préfet de l’Hérault a déclaré vouloir « en finir avec la délinquance des SDF étrangers » à Montpellier, affirmant que les CRS « ne les lâcheraient pas ». Une stigmatisation assumée, dans la lignée de la politique prônée par Gérald Darmanin envers les « délinquants étrangers ».
par Prisca Borrel, Nejma Brahim et Camille Polloni
Journal
Ce que le gouvernement a fait aux chômeurs
La première réforme de l’assurance-chômage est pleinement entrée en vigueur il y a tout juste un an, et nul ne sait combien de chômeurs elle a pénalisé. Si les chiffres sont invisibles, les conséquences sur la vie des gens sont brutales. Témoignages.
par Cécile Hautefeuille
Journal
L’imam Iquioussen, réclamé par la France, a été arrêté en Belgique
Visé par un mandat d’arrêt européen émis par la France, le prédicateur Hassan Iquioussen a été interpellé par la police belge vendredi, près de Mons. Il appartient désormais à la justice belge de se prononcer sur son éventuelle remise à la France. 
par Camille Polloni
Journal — Migrations
Sur TikTok, les passeurs font miroiter l’Angleterre à des Albanais, qui s’entassent à Calais
Depuis le début de l’année, les Albanais sont particulièrement nombreux à tenter la traversée de la Manche pour rejoindre l’Angleterre, poussés par des réseaux de passeurs dont la propagande abreuve les réseaux sociaux. Une fois dans le nord de la France, beaucoup déchantent.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica
Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon
Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff