E'M.C.
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Palestine

Suivi par 178 abonnés

Billet de blog 21 févr. 2019

«NOUS SOMMES JUIFS ET NOUS SOMMES ANTISIONISTES»

Nous sommes juifs, héritiers d’une longue période où la grande majorité des juifs ont estimé que leur émancipation comme minorité opprimée passait par l’émancipation de toute l’humanité. Nous sommes antisionistes parce que nous refusons la séparation des juifs du reste de l’humanité, UJFP & ‘nous autres’ jamais ensalaudés d’indéfectibilité tribale aux mains gluées de carnage indigène. E’M.C.

E'M.C.
Pr.-Apprenant permane, assigné à résilience.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nous sommes antisionistes parce que la Nakba,

• le nettoyage ethnique prémédité de la majorité des Palestiniens en 1948/49 est un crime qu’il faut réparer. 

• Nous sommes antisionistes parce que nous sommes anticolonialistes. 

• Nous sommes antisionistes parce que nous sommes anti racistes 

et parce que nous refusons l’apartheid qui vient d’être officialisé en Israël.

• Nous sommes antisionistes parce que nous défendons partout « le vivre ensemble dans l’égalité des droits. »

Au moment où ceux qui défendent inconditionnellement la politique israélienne

                     malgré l’occupation,

                        la colonisation,

                      le blocus de Gaza,

                     les enfants arrêtés,

             les emprisonnements massifs,

            la torture officialisée dans la loi... 

préparent une loi liberticide assimilant l’antisémitisme qui est notre histoire intime à l’antisionisme. 

                  Nous ne nous tairons pas. 

La cordination nationale de l’UJFP, le 18 février 2019. 

& Nous Autres, Ultièmes Juifs Français Précaires  (UJFP) 

                                     •

Re-voir: (entre-autre)

Au sujet du méprisable et servile amalgame assimilant l’antisionisme à l’antisémitisme,

La lettre ouverte de Shlomo Sand, historien israélien à Emmanuel Macron, président de la république française, traduite de l’hébreu par Michel Bilis, in Médiapart, le 21 juillet 2017. 

                                   • 

Choix, découpage, notes réservées, étai, part de chapô E’M.C. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Ukrainiens écartelés entre la dureté des batailles, les tourments de l’exil et la peur de rentrer
L’Ukraine, qui entre dans son quatrième mois de guerre, a pour le moment échappé au pire : l’invasion totale du territoire national. Mais le pays reste déchiré, entre celles qui ont fui à l’étranger la menace russe, celles qui rentrent d’un exil forcé, parfois dans une grande détresse matérielle, et ceux qui se battent, à l’est et au sud.
par Mathilde Goanec
Journal — France
Législatives : dans le Sud, le pas de deux des identitaires et du RN
À Nice, Menton et Aix-en-Provence, trois figures des identitaires se présentent aux élections législatives sous les couleurs d’Éric Zemmour. Le RN présente face à eux des transfuges de la droite et fustige leur radicalité, alors qu’ils étaient membres du parti quelques mois plus tôt.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli
Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
L’Ecole et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI