E'M.C.
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Palestine

Suivi par 179 abonnés

Billet de blog 21 mai 2021

DES VIES EFFACÉES: ISRAËL ANÉANTIT VOLONTAIREMENT DES FAMILLES

Les nombreux cas d’assassinats de familles entières par les bombardements israéliens à Gaza- parents et enfants bébés grands parents frères et sœurs- attestent du fait que ce ne sont pas des erreurs.

E'M.C.
Pr.-Apprenant permane, assigné à résilience.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les nombreux cas assassinats de familles entières par les bombardements israéliens à Gaza- parents et enfants, bébés grands-parents, frères et sœurs- attestent du fait que ce ne sont pas erreurs. 

Les bombardements sont dictés par des décisions qui viennent de plus haut, appuyées et approuvées par des juristes militaires. 

Quinze familles palestiniennes nucléaires et élargies ont perdu au moins trois, et généralement plus, de leurs membres, dans ce pilonnage de la bande de Gaza dans la semaine allant du 10 mai jusqu’à lundi après-midi. 

Parents et enfants, bébés grands-parents, frères et sœurs, neveux et nièces sont morts ensemble lorsqu’Israël a bombardé leur maison qui s’est effondrée sur eux.

Pour ce qu’on en sait, aucun  avertissement préalable n’a été donné afin qu’ils puissent évacuer les maisons visées.

Samedi, un représentant du ministère palestinien de la santé a fait connaître une liste de noms de 12 familles qui été tuées, chacune dans sa maison, chacune par un seul bombardement. 

Depuis, en un raid aérien effectué dimanche avant l’aube, qui a duré 70 minutes et été dirigé vers trois maisons rue Al wehda dans le quartier de Rima de la ville de Gaza, trous familles comptant 38 membres au total ont été tuées.

Certains corps ont été trouvés dimanche matin.

Les services de sauvetage palestiniens n’ont réussi que dimanche soir à trouver le reste des corps et à les extraire des décombres.


L’anéantissement de familles entières par les bombardements israéliens était l’une des caractéristiques de la guerre de 2014. 

Dans les quelques 50 jours de guerre d’alors, les données de l’ONU indiquent que 142 familles palestiniennes (742 personnes au total) ont été supprimées.

Les nombreux incidents d’alors et d’aujourd’hui attestent qu’il ne s’agit pas d’erreurs: et que le bombardement d’une maison quand tous ses membres sont à l’intérieur vient d’une décision en haut lieu, appuyée par des juristes militaires l’ayant analysée et approuvée. 

Une enquête du groupe de défense des droits humains B’Tselem centrée sur quelques unes des 70 familles éradiquées en 2014, a fourni trois explications au nombre de familles nucléaires et élargies tuées, d’un seul coup, par un bombardement sur la maison de chacune de ces familles.

Une explication était que l’armée israélienne n’avait pas procédé à un avertissement préalable des propriétaires ou de leurs locataires;

ou que l’avertissement n’était pas arrivé à la bonne adresse en temps voulu ou pas du tout. 

En tout cas, ce qui se dégage c’est la différence entre le sort des bâtiments bombardés avec leurs habitants à l’intérieur et celui des «tours» » - les immeubles de grande hauteur pilonnés le deuxième jour de ce dernier conflit, pendant le journée où en début de soirée. 

Il est dit que les propriétaires ou le concierge des tours ont reçu des avertissements d’une heure ou plus, disant qu’ils devaient évacuer, et ce par un appel téléphonique de l’armée ou du service de sécurité du Shin Bet; 

puis des «missiles d’avertissement» lancés par des drones 

Ces propriétaires ou concierges étaient censés prévenir les autres habitants dans le bref laps de temps restant.

Les immeubles de grande hauteur n’étaient pas les seuls concernés.

Jeudi soir, à la maison d’Omar Shurabi à l’ouest de Khs Younis a été pilonnée.

Un cratère s’est formé sur la route et une pièce a été détruite dans ce bâtiment de deux étages.

Deus familles comptant sept personnes en tout vivent dans ce bâtiment. 

22 minutes environ avant l’explosion, l’armée avait appelé Khaled Shurabi et lui a dit de prévenir son oncle Omar de quitter la maison, selon un rapport de centre palestinien des droits humains. 
On ne sait pas si Omar était présent, mais les habitants de la maison  se sont tous hâtés de sortir, si bien qu’il n’y a pas eu de blessures.

Ce fait précis indiquant que l’armée israélienne et le Shin Bet prennent la peine d’appeler et d’ordonner l’évacuation des maisons montre que les autorités israéliennes ont les numéros de téléphone des gens qui font dans chaque structure désignée à la destruction.

Ils ont les numéros de téléphone de parents de personnes suspectes ou connues pour militer au Hamas ou au Jihad islamique. 

Le registre de la population palestinienne, y compris celui de Gaza est aux mains du ministre de l’intérieur israélien. 

Il comporte des détails tels que les noms, âge, parents et adresses.

Ainsi que l’exigent les accords d’Islo, le ministre de l’intérieur palestinien, via le ministère des affaires civiles, transmet régulièrement des informations à la partie israélienne, 

en particulier en ce qui concerne les naissances et les nouveaux nés:

les données du registre doivent être approuvées par Israël, faute de quoi les Palestiniens ne peuvent recevoir de cartes d’identité en temps voulu ou, dans le cas de mineurs, ils ne peuvent traverser seuls ou avec leurs parents les ponts de passage contrôlés par Israël.

Il est donc clair que l’armée connaît le nombre et le nom des enfants, des femmes et des personnes âgées qui vivent dans chaque immeuble d’habitation qu’elle bombarde pour une raison ou une autre.

La deuxième explication donnés par B’Tselem sur la liquidation de familles entières en 2014 est que la définition donnée par l’armée d’une « cible militaire » attaquable était très large et incluait les maisons de membres du Hamas et du Jihad.

Ces maisons ont été décrites comme des infrastructures opérationnelles ou infrastructure de commandement et de contrôle de l’organisation ou infrastructures terroristes- 

même si tout ce qu’il y avait était un téléphone

mu simplement qu’une réunion y avait été accueillie.

La troisième explication de l’analyse de B’Tselem sur 2014 était que l’interprétation de l’armée de «dommages collatéraux» est très flexible et large.

L’armée a prétendu qu’elle agit selon le principe de «proportionnalité» entre le mal fait à des civils non impliqués et la réalisation d’objectif militaire légitime,

en d’autres termes que le «dommage collatéral» cause aux Palestiniens est mesuré et mûrement réfléchi.

Mais une fois que «l’importance » d’un membre du Hamas est considérée élevée que sa résidence est définie comme une cible pour le bombardement, le dommage «collatéral» acceptable -

en d’autres termes - le nombre de personnes non impliqués tuées - incluant des enfants et des bébés - est très large.

Dans le bombardement intensif de trois immeubles d’habitation rue Al Wehda à Gaza, dimanche avant l’aube, les familles Abu Al Ouf, Al Qolaq et Ashkontana ont été tuées.

En temps réel, lorsque le nombre d’une famille est aussi élevé, il est difficile de trouver et d’encourager un survivant pour parler de chaque membre de la famille et de leurs derniers jours. 
Aussi on doit se débrouiller avec les noms et les âges tels qu’inscrits dans les rapports quotidiens des organisations de défense des droits humains qui collectent l’information et même notent, lorsqu’ils le savent, si un membre de la famille appartenait à une organisation militaire.

Jusqu’à présent, on ne sait pas si et qui parmi les habitants de l’immeuble Al Wehda, était considéré comme une cible suffisamment importante pour «permettre» l’anéantissement de familles entières. 

Les membres de la famille Abu Al Ouf qui ont été tués sont: 

le père Ayman, médecin de médecine interne de l’hôpital Shifa et ses deux enfants: Tawfiq, 17 ans et Tala  13 ans.

Deux parentes elles aussi ont été tuées: Reem, 41 ans et Rawan, 19 ans.

Ces cinq corps ont été trouvés peu après les bombardements.

Les corps de huit autres membres de la famille Abu Al Ouf n’ont été retirés des ruines que le soir; 

ce sont Subjiya, 73 ans  Amin, 90 ans, Tewfiq  80 ans et sa femme Majdiya, 82 ans

ainsi que leur parenté Raja (mariée à un membre de la famille Afranni) et ses trois enfants: Mira, 12 ans, Yazen, 13 ans et Mir 9 ans. 

Amira Haas - source Haaretz - 20 mai 2021 - Traduction SF pour l’AURDIP

Repris sur le site de l’UJFP 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Regarder en face son passé colonial : quelques leçons venues de Belgique
Le Parlement belge a entamé voilà deux ans un travail historique d’ampleur sur son passé colonial. Il s’ajoute à des initiatives locales sur la décolonisation de l’espace public et à une loi sur la restitution des biens spoliés. Y a-t-il des leçons à en tirer pour la France ?
par Justine Brabant et Ludovic Lamant
Journal
Restitutions de patrimoine africain : repolitiser le débat, rendre visibles les objets oubliés
Dans un contexte de débats nourris autour de la restitution des biens spoliés durant la colonisation, la dernière livraison de la revue « Politique africaine » éclaire quelques angles morts des discussions autour de ce patrimoine, parfois oublié, souvent dépolitisé.
par Justine Brabant
Journal
Prostitution : le torchon brûle entre écologistes et associations
Depuis plusieurs jours, une querelle oppose oppose des associations LGBTQI+ et Raphaëlle Rémy-Leleu, élue EELV de Paris. Les premières reprochent vertement à la seconde ses positions sur le travail du sexe. L’écologiste dénonce un « harcèlement » injuste.
par James Gregoire
Journal — International
Être LGBT+ en Afghanistan : « Ici, on nous refuse la vie, et même la mort »
Désastre économique, humanitaire, droits humains attaqués… Un an après avoir rebasculé dans les mains des talibans, l’Afghanistan n’en finit pas de sombrer. Pour la minorité LGBT+, le retour des fondamentalistes islamistes est dévastateur.
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Une déflagration mondiale (3/9)
La veuve de Céline disparue, délivré de mon secret, l’heure était venue de rendre publique l’existence du trésor et d’en informer les héritiers… qui m’accusèrent de recel.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat