Marc Tertre
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Palestine

Suivi par 177 abonnés

Billet de blog 22 sept. 2014

Tout ce que vous avez voulu savoir sur le mur de la honte israelien....

Nos collégues du site suisse "A l'encontre/La brèche" ont publié un trés important travail de réflexion et de document sur le "mur de sécurité" israelien faisant peser sur les territoires palestinien une chape de plomb  insupportable C'est ce travail que nous vous invitons à découvrir en publiant les liens sur la série d'article qui y est consacrée.Panorama sur une mesure  tueuse de liberté. Haggai Matar est un journaliste et activiste israelien, qui publie dans le journal maariv et ha'aretz, mais égalment sur le site d'information 972La traduction a été éffectué par l'entremise du site "à l'encontre"

Marc Tertre
Education populaire (science et techniques), luttes diverses et variées (celles ci qui imposent de "commencer à penser contre soi même") et musiques bruitistes de toutes origines
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nos collégues du site suisse "A l'encontre/La brèche" ont publié un trés important travail de réflexion et de document sur le "mur de sécurité" israelien faisant peser sur les territoires palestinien une chape de plomb  insupportable C'est ce travail que nous vous invitons à découvrir en publiant les liens sur la série d'article qui y est consacrée.

Panorama sur une mesure  tueuse de liberté.

Haggai Matar est un journaliste et activiste israelien, qui publie dans le journal maariv et ha'aretz, mais égalment sur le site d'information 972

La traduction a été éffectué par l'entremise du site "à l'encontre"

C’est peut-être le projet de construction le plus cher – et celui ayant le plus de répercussions – de l’histoire d’Israël. Pour marquer le 10e anniversaire du début de sa construction, Haggai Matar publie sur le site +972 (Independent Reporting and Commentary from Israel & Palestine) une série d’articles ayant trait au mur de séparation et à son histoire. Voici le premier chapitre – celui du récit israélien concernant le mur

Depuis ici, pendant un court instant, tout ce projet de mur me semble n’être qu’une absurdité. Je suis dans la colonie d’Ariel, qui est la partie de cette barrière massive la plus éloignée et celle qui pénètre le plus profondément [dans les Territoires]. Elle se trouve à environ 20 km à l’est de la Ligne verte et à moins de 30 km du Jourdain, en plein cœur de la Cisjordanie. Devant moi j’aperçois quelques oliveraies, derrière lesquelles il y a la «barrière de séparation» avec ses caméras de détection électroniques et du fil de fer barbelé. De l’autre côté du mur, il y a le village palestinien de Marda, dont les habitants sont les propriétaires des oliveraies. Jusque-là il n’y a rien de nouveau.

Mais quelques pas dans un sens ou dans l’autre conduisent à une interruption abrupte de la barrière. Dans une direction elle va jusqu’à une route proche, mais sans se poursuivre au-delà, comme c’est le cas ailleurs. Au lieu de cela, il y a un petit espace près de la route où la terre a été retournée comme si la construction d’un bâtiment y avait été prévue avant d’être abandonnée. Oren, le photographe [qui m’accompagne], me dit que cinq ans auparavant il avait participé à une manifestation ici contre le tracé prévu de la barrière. Depuis lors rien n’avait changé sur le terrain. Il prend quelques photos, et je pense à plusieurs autres endroits le long du tracé où la barrière ou le mur s’arrêtent simplement, permettant à des douzaines, des centaines ou des milliers de Palestiniens de traverser quotidiennement. Certains sont arrêtés par des patrouilles, d’autres non. Depuis ici, pendant un court instant, tout ce projet de mur me semble n’être qu’une absurdité.

Deux fois la longueur de la Ligne verte, plus d’un cinquième du mur n’est pas encore construit

Le 14 avril 2002, le premier ministre d’alors, Ariel Sharon, a annoncé qu’une barrière de séparation serait construite en Cisjordanie, en pleine deuxième Intifada (question de terminologie: la barrière est en partie une clôture et en partie un mur, j’utiliserai les deux termes de manière interchangeable). Cette Intifada avait débuté avec des manifestations de masse qui ont été réprimées dans le sang par l’armée israélienne. Elle s’était poursuivie par une série d’attentats suicides meurtriers contre des citoyens à l’intérieur d’Israël. Après l’attaque contre un repas de Pâques dans un hôtel à Netanya, Israël a lancé l’opération «Bouclier défensif» au cours de laquelle quelque 500 Palestiniens ont été tués et s’en est suivie une destruction massive de maisons et d’infrastructures en Cisjordanie. C’est au cours de cette opération que Sharon a annoncé la construction de la barrière, alors qu’il n’existait encore ni de projet de tracé, ni de budget pour cette construction. Mais était né le projet qui allait devenir probablement un des plus importants de l’histoire israélienne.

Dix ans ont passé et bien des choses ont changé. Le tracé du mur a été fixé, puis modifié encore et encore aussi bien sur décision du gouvernement que de la Cour suprême. La construction s’est poursuivie, s’est arrêtée, a redémarré et a été gelée à nouveau, suite aux débats politiques sur son tracé, aux pressions internationales concernant l’annexion des terres palestiniennes et au manque de fonds. Voici quelques chiffres pour donner une idée de l’ampleur de ce «projet».

• Pris sur toute sa longueur, le mur mesure entre 680 et 709 km. Le premier chiffre est l’estimation du Ministère de la défense, le second celle de B’Tselem [le centre d’information israélien pour les droits de l’homme dans les territoires occupés, selon sa propre définition]. Cela représente plus du double de la longueur de la Ligne verte qui marque la frontière «reconnue» entre Israël et la Cisjordanie et mesure 320 km.

• Les parties déjà construites couvrent 525 km.

• Les parties du mur qui se trouvent sur le territoire palestinien constituent 85%.

• Les terres palestiniennes actuellement situées sur le côté israélien du mur: 8,5%.

• Les terres palestiniennes qui étaient au départ, sur les plans, «du côté israélien»: 17%.

• Un mur de béton de 8 m de haut constitue 10% de la barrière.

• Une barrière électronique haute de 2 mètres constitue le 90%.

• Coût total jusqu’à maintenant: plus de 10 milliards de NIS [sheqel israélien], soit 2,6 milliards de dollars.

• Coût de l’entretien par année 1 milliard de NIS, soit 260 millions de dollars.

• On ne sait pas quand est prévue la fin de la construction. La plus grande partie a été abandonnée.

Entre sécurité et annexion

L’idée de construire une barrière ou un mur en Cisjordanie avait été évoquée à plusieurs reprises dans le passé, mais elle n’a commencé à prendre forme que lorsque Sharon a donné son feu vert: «Ehoud Barack et d’autres ont parlé d’une barrière qui ferait office de frontière et qui aurait donc exigé un retrait et un démantèlement des colonies, mais ceci n’était clairement pas une option à un moment où des attentats suicides faisaient régulièrement exploser des bombes dans des bus», explique Ilan Tsi’on. En 2001, Tsi’on avait été cofondateur du mouvement «Une barrière pour la vie» qui exigeait que le gouvernement mette, dès que possible, en place un mur qui servirait non pas de frontière politique, mais qui constituerait plutôt une mesure de sécurité. «Il s’agissait de commencer la construction immédiatement, sur tout le tracé choisi par le gouvernement pour autant que le mur se situe entre les agglomérations des populations palestinienne et israélienne. En avril 2002, ils ont finalement écouté.»

Le début de la construction a également suscité l’éclatement d’une controverse sur son tracé. [Les demandes palestiniennes et israéliennes que la barrière fut construite sur la Ligne verte sera discutée dans les articles à venir.] Le principal différend à l’intérieur de la société israélienne portaient surtout sur combien de terres cisjordaniennes le tracé pouvait permettre de s’approprier. Les colons étaient divisés entre, d’une part, ceux qui s’opposaient totalement à la barrière par crainte que toutes les parties laissées à l’extérieur finiraient par revenir aux Palestiniens et, d’autre part, ceux favorables à une barrière qui pénétrerait profondément dans les terres palestiniennes afin d’augmenter les chances d’annexion et de garantir une monnaie d’échange dans «un processus de paix». «La barrière aurait, bien entendu, également des implications politiques», explique Tsi’on. «Si elle était construite exclusivement sur la Ligne verte, les Palestiniens ne nous offriraient jamais la paix car ils auraient l’impression d’avoir déjà gagné. Plus de terres on garderait entre la barrière et la Ligne verte, plus il y aurait à négocier plus tard.»

Le tracé officiel actuel est plus ou moins celui qui a été autorisé par le gouvernement Ehoud Olmert en avril 2006. Il correspond presque exactement aux attentes d’Olmert en ce qui concerne le tracé d’une frontière future prévue dans le cadre de négociations avec l’Autorité palestinienne. Shaul Arieli, colonel à la retraite et membre du Conseil pour la paix et la sécurité a réagi: «Le gouvernement israélien a délibérément choisi le tracé d’une manière contraire aux besoins de sécurité. Il a choisi de risquer la vie de civils et de soldats dans le but d’atteindre d’autres objectifs, en particulier ceux des colons. Cela est largement ignoré par le public, même si c’est une dure réalité déjà reconnue par la Cour suprême. C’est la pression politique de la droite, entre autres celle du ministre des Finances d’alors, Benyamin Netanyahou, qui a fait laisser des ouvertures dans la barrière qui permettent à ce jour le passage de commandos suicides et de travailleurs illégaux.»

D’après Arieli, qui est le co-auteur de l’ouvrage le plus important publié sur le mur en Israël (Khoma U’Mekhdal – «le Mur de la folie»), ce sont les tensions entre, d’une part, les plans d’annexion de la droite et, d’autre part, les limites imposées par les Etats-Unis et la Cour suprême qui ont entraîné l’arrêt de la construction. Aussi bien l’administration Bush que celle d’Obama étaient fortement opposées à un tracé du mur qui aurait passé autour d’Ariel, de Qedoummim et de Mishor Adoumim, des «doigts» (des extensions pénétrant profondément dans le territoire palestinien), alors que les colons résistent à ce qu’ils considèrent être un tracé insuffisant à Gus Etzion [tracé de la route en pdf].

En réponse aux demandes palestiniennes, le gouvernement a récemment promis à la Cour suprême que la construction dans toutes ces zones serait stoppée jusqu’à nouvel avis. C’est la raison pour laquelle le mur que j’ai vu à Ariel ne conduisait nulle part. Selon Arieli: «Les dirigeants du mouvement des colons ont compris que la Cour suprême ne donnerait pas son approbation à une barrière d’annexion dans ces zones, alors ils ont décidé, avec le gouvernement, de négliger la sécurité des citoyens israéliens en laissant plusieurs ouvertures dans la barrière, et ce pour des raisons politiques.»

Malgré les demandes répétées de +972, le Ministère de la défense a refusé d’accorder une interview sur le mur à tout représentant officiel; il a choisi d’ignorer la plupart des questions que lui sont parvenues par e-mail.

Le mur transparent

Retournons à Ariel: ce jour-là en longeant le mur, je l’ai franchi à plusieurs reprises à différents endroits, parfois sans même m’en rendre compte. Alors que la majorité des Israéliens pensent que le mur a été terminé et que les Israéliens ne peuvent pas le franchir, Israël garde le contrôle des deux côtés du mur. Et des citoyens peuvent le franchir librement, tout comme tous les juifs, en tant que «citoyens potentiels des Territoires». Pour nous il est transparent. Pour les Palestiniens il est un désastre. C’est là une différence cruciale, un fait unique du régime en Cisjordanie, dont d’autres détails seront présentés dans les articles qui suivront. (Traduction A l’Encontre)

http://alencontre.org/moyenorient/palestine/les-dix-ans-du-mur-limposant-projet-israelien.html

Les dix ans du mur (II): «Le mur, le processus de paix et Jérusalem»

Publié par Alencontre le 13 - avril - 2012

Par Haggai Matar

La raison officielle pour construire le mur était d’assurer la «sécurité israélienne». Après avoir examiné l’histoire du tracé dans un premier article et avant d’examiner si le mur a atteint son but déclaré, Haggai Matar aborde la question des effets du mur sur la société palestinienne au cours de cette décennie.

Les 10 ans du mur (III): «Le plus possible de terres, le moins possible de Palestiniens»

Publié par Alencontre le 17 - avril - 2012

Par Haggai Matar

Théoriquement [1], Dharifa Sharreb devrait être contente. Lorsque le mur a été construit à Jayous en 2003, la maison de Sharreb a été la seule à rester du côté ouest du mur. Et elle a été de plus en plus isolée du village. Trois fois par jour des soldats ouvraient les deux passages dans les deux barrières près de la maison, à peine pendant deux minutes et pas toujours aux mêmes heures. Si on ratait l’ouverture, il fallait attendre la suivante. Les enfants de Sharreb arrivaient toujours en retard à l’école et chaque visite à l’épicerie – ou même à l’hôpital – lui coûtait des heures d’attente aux points de contrôle (check point).

Les dix ans du mur (IV): «Piégés du mauvais côté»

Publié par Alencontre le 27 - avril - 2012

Nouvelle barrière près de Wadi a-Rahsa

Par Haggai Matar

Voilà justement le genre de situation que les planificateurs du tracé du mur [1] espéraient éviter: le fait d’avoir des Palestiniens interdits d’entrer en Israël piégés du côté «israélien» du mur. Pourtant, dans son long tracé sinueux, la barrière engloutit quelque 35’000 Palestiniens qui décrivent leur nouvelle vie comme étant une prison quotidienne.

Le mur 10 ans plus tard (V): une nouvelle manière de résister

Publié par Alencontre le 10 - mai - 2012

Manifestations de femmes à Bi'lin

Par Haggai Matar

Tout comme pour les attentats suicides, la sécurité, les annexions, les questions légales et les controverses politiques, l’histoire du mur de séparation est aussi celle de la lutte non armée et commune des Palestiniens, d’Israéliens et des internationaux contre sa construction. Ce qui a commencé en septembre 2002 comme une petite action spontanée par quelques agriculteurs est devenu le cœur de la résistance palestinienne contre l’occupation.

Le mur après 10 ans (VI) : Qu’est-ce que la lutte a obtenu?

Publié par Alencontre le 13 - mai - 2012

Des Palestiniens "regarde" le début de la construction du mur à Wadi a-Rasha

Le fait de rappeler les 10 ans passés depuis la construction du mur implique également de commémorer les presque 10 ans de luttes contre sa construction, comme nous l’avons décrit dans l’article précédent. Lorsqu’on examinera ce à quoi a abouti la construction du mur, on devra aussi se demander ce que la lutte contre sa construction a accompli. Cela surtout au vu du prix élevé payé par tant de personnes, alors que le mur ne suit toujours pas Ligne verte [ligne de démarcation datant de 1949].

La première réponse, la plus évidente, est simple: dans beaucoup de villages, les soulèvements ont permis de modifier le tracé du mur et de regagner une partie des terres, sur décision soit de l’appareil de sécurité, soit de la Cour suprême. Mais lorsqu’on pose la question à des militants palestiniens reconnus sur ce qu’ils ont gagné, leurs réponses sont beaucoup plus liées à des principes. Certains mentionnent la création d’une alternative non-armée pour l’ensemble de la lutte palestinienne, d’autres soulignent l’importance des liens que cette lutte a permis de forger entre des Israéliens et des Palestiniens, liens qui ébranlent profondément la séparation politique que le mur cherche à imposer. Certains mentionnent également la solidarité internationale pour la cause palestinienne suscitée par ces manifestations. Malgré le fait que ces actions se poursuivent depuis une décennie, aucun de ces militants n’envisage de passer à la résistance armée.

Le mur, 10 ans plus tard (VII): le village emprisonné… et un pogrom

Publié par Alencontre le 29 - mai - 2012

Par Haggai Matar

Haggai Matar a été le témoin, le mercredi soir 23 mai 2012, de l’attaque contre des magasins et des immigré·e·s africains dans le quartier de HaTikva dans le sud de Tel-Aviv. Le mot d’ordre de la manifestation: «Les Soudanais au Soudan!». En effet, une partie de l’immigration africaine en Israël provient de deux pays dévastés par des conflits: le Soudan ou l’Erythrée. Des manifestants, selon les déclarations de la police israélienne, ont attaqué et pillé des magasins qui appartiennent à des Africains. Les slogans racistes ont fusé.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, les migrants toujours en quête de protection
Plusieurs centaines de migrants ont tenté d’entrer en Pologne la semaine dernière. Dans la forêt située côté polonais, activistes et médecins bénévoles croisent toujours des familles ou hommes seuls, traumatisés et transis de froid, qu’ils aident du mieux qu’ils peuvent. En parallèle, des avocats se mobilisent pour faire respecter le droit d’asile.
par Nejma Brahim
Journal — France
Élie Domota : « L’État a la volonté manifeste de laisser la Guadeloupe dans un marasme »
Le porte-parole du LKP (« Collectif contre l’exploitation ») est en première ligne de la mobilisation sociale qui agite l’île depuis deux semaines. Contrairement à ce qu’affirme l’exécutif, il estime que l’État est bien concerné par toutes les demandes du collectif.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère de la population
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de l’île antillaise, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue la Guadeloupe, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio

La sélection du Club

Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85