PROPAGER LE VIRUS DE L’OCCUPATION PAR LE CRACHAT (3)

Comment expliquer le silence massif des philosophes & des cohortes médiatiques (hormis de furtives allusions aussitôt assourdies) contrebalancé de croassantes logorrhées sur d’infinis sujets de diversion- à ce lâche crachat d’abord au crachoir de cette drôle de conscience crénelée- abdiquée à l’indéfectible «Ami» im-possible à défaire de ce Fait qui lui salit la Santé- E’M.C.


                                            3

L’article 56 de la quatrième Convention de Genève ne dit rien sur la nécessité pour ses membres de la puissance occupante de cesser de cracher sur les communautés occupées et soumises,

très probablement, parce qu’il est acquis qu’un comportement aussi sordide est totalement inacceptable 

et ne nécessite pas de référence textuelle distincte.

Cependant, l’article 56, comme l’a récemment souligné le rapporteur spécial des Nations unies sur la situation des droits de l’homme dans les  territoires palestiniens, Michael Lynk, exige d’Israël, la puissance occupante qu’il

« veille à ce que tous les moyens préventifs nécessaires dont il dispose soient utilisés pour combattre la propagation des maladies contagieuses et des épidémies ». 

Cependant, Israël ne remplit pas son mandat légal, et ce de manière horrible. 
                                           •
Le maire israélien de Jérusalem, Moshe Leon, lui-même, a souligné l’inégalité de la réponse officielle israélienne à la propagation du virus. 

Dans sa lettre du 7 avril au directeur général du ministère israélien de la santé, Moshe Bar Siman Tov, Leon a mis en garde contre la

 « grave pénurie d’équipements médicaux dans les hôpitaux (palestiniens) de Jérusalem Est (occupée),

en particulier d’équipements de protection et d’équipements pour effectuer des tests de dépistage du coronavirus ».

Malgré les graves pénuries dans les hôpitaux de Jérusalem Est et de Cisjordanie,

la situation dans la bande de Gaza assiégée, est tout simplement désastreuse, 

puisque le ministère de la santé de Gaza à déclaré le 9 avril qu’il était à cours de tests pour le Coronavirus, qui n’ont jamais dépassé quelques centaines. 

                                              •
Cela signifie que les nombreux habitants de Gaza qui sont déjà en quarantaine ne seront pas déconfinés de sitôt, 

et que les nouveaux cas ne seront pas détectés,

encore moins guéris. 

Nous avons averti à plusieurs reprises au cours des dernières semaines que ce scénario terrifiant allait de produire, 

d’autant plus qu’Israël utilise le Coronavirus comme une occasion d’isoler davantage les Palestiniens 

et de TROQUER UNE AIDE HUMANITAIRE POTENTIELLE CONTRE DES CONCESSIONS POLITIQUES.
                                          •
Sans une intervention immédiate et durable de la communauté internationale, la Palestine occupée, et en particulier la bande de Gaza appauvrie et assiégée,

pourrait devenir un foyer de Covid-19 pour les années à venir. 

ISRAËL NE LÂCHERA JAMAIS SES EFFORTS SANS UNE INTERVENTION INTERNATIONALE.

SANS ÊTRE OBLIGÉ DE RENDRE COMPTE, 

CE N’EST PAS UN VIRUS MORTEL QUI CHANGERA LES HABITUDES D’UNE OCCUPATION MILITAIRE  IGNOBLE. 
                                             •
Ramzy Baroud

• Middle East Monitor - Traduction MR pour ISM - 14 avril 2020

• Site de l’UJFP ( Union Juive Française pour la Paix) Mercredi 22 avril 2020 

                                            •
Choix, découpage, séquençage, étais, chapô, E’M.C.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.