PALESTINE BD DE REPORTAGE JOE SACCO

PALESTINE, Rakham, 2015 de Joe Sacco (285 p.) & précédé de Hommage à Joe Sacco par Edward Saïd, daté 2001, (3 p. en double colonnes) & de Quelques réflexions sur Palestine de J. Sacco daté (juillet 2007)  «...j’ai commencé à prendre conscience de l’oppression des Palestiniens, j’étais consterné, submergé par le besoin presque physique de faire quelque chose.» J. Sacco

PALESTINE BD DE REPORTAGE DE JOE SACCO, RACKHAM, 2005 © E’M.C. PALESTINE BD DE REPORTAGE DE JOE SACCO, RACKHAM, 2005 © E’M.C.
 

On on me demande souvent pourquoi je suis allé fourrer mon nez

         dans le conflit (1) israélo-palestinien.

                                En fait,

          j’ai répondu tant de fois à la question

                que ma réponse semble rassie,

                   y compris à mes oreilles,

     mais je la répèterai ici parce qu’elle est vraie:

      je me suis rendu dans les Territoires occupés

                parce que je m’y suis senti obligé.

                                      •

                             C’est à dire, 

             j’ai commencé à prendre conscience

               de l’oppression des Palestiniens,

                        j’étais consterné, 

                     submergé par le besoin

                          presque physique

                    de faire quelque chose. 

                                       •

                   Oui, comme on me l’a dit, 

           il y a de pires injustices dans le monde,

                               et ailleurs

        des cadavres qui s’amoncellent plus haut. (2) 

                                       •

                         Mais deux choses

                             en particulier 

                            m’ont travaillé, 

                   au-delà de la vague obligation

                   de m’intéresser à la souffrance

                       de populations lointaines:

                                      •

                                  primo, 

               j’étais un contribuable américain

                              dont l’argent 

                             - mon argent -

                               était dépensé

                   pour perpétuer l’Occupation,

                                      et

                                   deuxio,

       j’étais diplômé de l’école de journalisme 

                     de l’université d’Oregon,

                             atterré de voir 

                        la manière minable -

                               dois-je dire 

                               détestable ? -

                dont les journalistes américains 

                       traitaient la question.

                                       •

                    Vous le savez sans doute, 

             Israël est, jusqu’à preuve du contraire,

   le pays qui reçoit le plus de soutien des États-Unis;

           or je n’aimais pas, et n’aime toujours pas,

                   l’idée de financer directement

      ou indirectement ses projets d’appropriation, 

                             de colonisation,

ou un quelconque aspect de sa colonisation brutale.

                                       •

                            Le second point - 

             à propos des journalistes américains -

            était pour moi d’autant plus exaspérant

qu’après m’être difficilement efforcé de rentrer dans leur moule,

             je constatais à quel point leur travail

                            sur la question 

                    était déficient et honteux.

                                       •

          Ils ne m’avaient pas du tout informé.

           Jusqu’à ce que je quitte l’université,

     malgré ma fréquentation assidue des journaux 

                  et des actualités télévisées, 

          je n’avais jamais disposé du moindre élément

                          pour comprendre

                    qui étaient les Palestiniens 

              et quel était le sens de leur combat.

                                        •

                                  En réalité

                  comme je le détaille dans ce livre,

                       j’associais simplement

                     Palestiniens et terrorisme. 

                                         •

                                      ( ...) 

La conception que j’avais reçue d’un Israël innocent, 

victime isolée dans un océan d’Arabes déments,

                   a commencé à se fissurer

         après le bombardement aérien de Beyrouth 

     (utilisant des bombes fournies par les États-Unis

         soi-disant à des fins purement «défensives») 

et l’invasion massive du Liban au début des années 1980. 

                                      •

         Les massacres des camps de Sabra et Chatila, 

         où des centaines de Palestiniens sans défense 

            furent exécutés par une milice chrétienne 

            alliée aux forces d’occupation israéliennes 

             dans une zone contrôlée par les Israéliens 

                 ont éveillé mes premiers soupçons

sur la dynamique du pouvoir à l’œuvre dans cette région:

                    elle n’était pas tout à fait celle

                    qu’on avait voulu m’inculquer. 

                                          •

                J’ai donc commencé à lire autre chose 

                      que les journaux américains. 

                                           •

                  Je remercie Blamming the Victims,

                     édité par Christopher Hitchens

                                          et

                                 Edward Saïd, 

                         La Question palestinienne,

                                Le triangle fatal, 

                                Noam Chomsky 

                                           •

                D’autres livres ont comblé mes lacunes

                                        mais, 

              ceux-ci m’ont les premiers ouvert les yeux. 

                                            •

                               Avant de les lire,

                je pensais être une personne intelligente 

                        et relativement bien informée. 

                                          •

                        J’ai vraiment été secoué

                par ce que j’avais ignoré jusque-là 

                 et ce que je ne savais toujours pas.

                                         •

Palestine, Joe Sacco, Rackham, 2015 

                                        •

Notes: 

(1) Encore ce mot-bourreau neutralisant «conflit» que nous avons, maintes fois signalé dans de précédents billets.

(2) Amoncellement croissant de [quels] cadavres ?

Tous quasiment re-coloniaux, Rwanda, Irak (2,5 millions de morts sur une ignoble calomnie yankee), etc.

                                        •

Choix, découpage, notes et notes réservées, E’M.C.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.