PALESTINE BD REPORTAGE JOE SACCO (2)

«Le conflit entre Israéliens et Palestiniens durera tant que durera l’occupation, qu’elles que soient les formes et les méthodes qu’elle prendra.(...) Ce livre, bien que son contenu [paraîtrait] tempéré au [vu] de la violence d’aujourd’hui (...), touche à l’essentiel de l’occupation.(...) Mon idée n’était pas de faire un livre objectif* mais un livre honnête.» Joe Sacco

JOE SACCO BD PALESTINE 2015 © E’M.C. Palestine JOE SACCO BD PALESTINE 2015 © E’M.C. Palestine

 

 

Mon intérêt pour la question palestinienne est resté,

et j’ai commencé d’utiliser le médium

de la bande dessinée pour en parler, 

peut-être en adaptant des récits de l’occupation.

                                      •

J’ai envisagé d’illustrer des rapports consacrés aux droits de l’homme,

mais ils sonnaient comme des témoignages de cour de justice 

            et ça n’aurait probablement donné

    qu’une suite de mots et d’images aussi atroces

                            (et ennuyeuses) 

                            qu’interminable. 

                                        •

                             À un moment,

          j’ai décidé que je devrais aller moi-même

                    dans les Territoires occupés. 

Je pourrais ainsi mener des récits à partir de mes propres expériences,

             une espèce de carnet de route illustré

                             de mon voyage

                   à travers les derniers jours

                       de la première intifada.

                                      •

                                    (...) 

   J’ai pris mes dispositions pour voyager en Israël 

             et dans les Territoires occupés 

         pendant à peu près deux mois et demi 

                   durant l’hiver 1991-1992.

                                       •

                    Je suis retourné à Berlin,

              ai terminé quelques autres projets 

                         de bande dessinée 

                   et, quelques mois plus tard, 

                    suis rentré aux États-Unis.  

                                        •

                 Je pensais que trouver un éditeur

                              pour Palestine

                              serait difficile,

                     mais, Fantagraphics Books, 

          qui avait déjà publié l’une de mes séries 

                              à faible tirage 

                           dénommée Yahoo, 

        s’est engagé sans hésiter dans l’aventure.

                               Palestine 

a été originellement publié en fascicules de 24 ou 32 pages, publiés tous les quatre mois de début 1993 à fin 1995. 

                                       •

Peut-être est-inévitable que Palestine soit considéré comme mon œuvre la plus importante,

                 le livre qui m’a mis sur la piste 

              du «journalisme en bande dessinée». 

                                       •

              En tant qu’auteur de bande dessinée 

        (Je déteste utiliser la formule marketing de 

                         «roman graphique» »,

je pense avoir produit depuis des œuvres des «non-fiction» plus abouties, 

                             mais, pour moi, 

                                 Palestine 

recèle une sorte d’énergie et de vitalité que je ne reproduira sans doute jamais. 

                                       •

         Mon travail est devenu plus conscient. 

            Je suis plus averti de ce que je fais.

                    Je ne suis plus vague.

                                    •

Palestine, Joe Sacco, Rackham, 2015. 

                                    •

Chapô.

(*).       «Ce n’est pas un travail objectif,

                   si on entend par objectivité

                   cette approche américaine

                             qui consiste

                        à laisser s’exprimer

                            chaque camp 

                        sans se préoccuper 

                    que la réalité soit tronquée. (1) 

                                      •

(1) Et qui est en réalité un piège répété qui, ce faisant, est un trompe-l’œil, passant pour un véritable dialogue comme on pourrait se l’imaginer (voir) dans les sempiternels débats sur (entre autres) cette question de Palestine (ou des dérivés). 

Choix, découpage, notes et notes réservées, chapô [mots entre crochets], E’M.C. 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.