«UNE MIGRATION SANS FIN»

Taha Muhammad Ali, poète antiquaire, né au village de Saffouriyya, devenu Tzippori, un moshav- et, forcé d’émigrer au Liban, tenant boutique de souvenirs à Casanova Street au un vieux quartier de Nazareth, visité par Nathan Zakh, poète lui troquant, au fil des visites, l’écoute contre un chameau verni, jusqu’à bibeloter en duo dans une revue ibère «Et voici ton carton intact!» E’M.C.

TAHA MUHAMMAD ALI POÈTE ANTIQUAIRE PALESTINIEN © E’M.C. Palestine TAHA MUHAMMAD ALI POÈTE ANTIQUAIRE PALESTINIEN © E’M.C. Palestine

                         La rue est vide

              Comme la mémoire du moine 

         Les visages explosent dans les flammes 

                      Comme des glands

                                    •

Et les morts remplissent l’horizon et les embrasures 

                 Aucune veine ne peut saigner

                  Plus qu’elle ne l’a déjà fait

                 Aucun cri ne pleut s’élever

                Plus haut qu’il ne l’a déjà fait.

                    Nous ne partons pas! 

                                       

                   Tout le monde dehors attend 

         Les camions chargés de miel et d’otages

                      Nous ne partirons pas!

Les boucliers de la lumière se brisent face au siège 

                            Et à l’injustice.

Dehors, tout le monde veut que nous partions

                  Mais nous ne partirons pas!

                                        •

Dans le rougeoiement de leur captivité 

Les mariées en blanc 

Marchent lentement derrière leurs voiles

Et attendent

Et tout le monde dehors veut que nous partions,

Mais nous ne partirons pas!

                                       •

Les canons envahissent les jardins de jujubiers

Détruisent les rêves des violettes 

Éteignent le pain, tuent le sel, libèrent la soif 

Dessèchent les lèvres et le souffle.

                                      •

                 Et dehors tout le monde dit: 

      «Qu’attendent-ils? La chaleur a été interdite 

                           L’air confisqué 

            Alors pourquoi ne partent-ils pas?» 

Les masques remplissent les podiums, les bordels 

                  Et les places des ablutions.

                                     •

            Stupéfaits les masques louchent 

           Ils ne croient pas ce qu’ils voient 

             Alors ils tombent d’étonnement 

Et se tordent comme des vers, comme des langues.

                                      •

                     Nous ne partirons pas!

                                      •

Ne serions-nous à l’intérieur que pour partir ?

       Partir est seulement pour les masques,

            Vers les podiums et les congrès. 

     Et c’est au siège qui provient de l’intérieur, de partir 

Le siège qui descend des déserts des bédouins sémites 

Le siège des frères souillé par le goût de la lame

                  Et par la puanteur des corbeaux.

                                       •

                         Nous ne partirons pas!

                                          •

                                    Dehors, 

                  tout le monde bloque les sorties 

                           bénit l’oppresseur 

                                        Et

                                    implore

                              Dieu tout puissant 

                         De nous donner la mort. 

                                      • • •

Une migration sans fin, Taha Muhammad Ali, Poèmes traduits de l’arabe (Palestine) par Antoine Jockey, édition bilingue, Galaad Éditions, mai 2012

                                        •

Lien: LIRE@GALAAD.COM 

                                        •

Saffouriyya, devenue moshav (communauté agricole juive), Tzippori, cf. عسفورة Oiselle, Seforah, Cippora, et autres déclinaisons hébraïques, inspirées de la fille de Chou’ayb, prophète arabe, hôte, employeur et initiateur de Moïse, devenant son beau-père après lui avoir marié sa fille Seforah, cf. Chapô 

                                      • 

Choix, découpage, notes et différées, chapô, E’M.C. 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.