E'M.C.
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Palestine

Suivi par 179 abonnés

Billet de blog 28 avr. 2021

VIOLENCE JUIVE VUE À JÉRUSALEM PAR ORLY NOY

Pourquoi nous demande-t-on maintenant de reconnaître Israël? -Pour votre salut, pour le salut du monde. - Quand on se noie, on n’a pas envie que le courant soit plus fort. Quand on se brûle, on ne désire pas que les flammes soient attisées. Quand on est pendu, on ne souhaite pas que la corde soit solide... Mahmud Darwich Une mémoire pour l’oubli: un jour d’août 1982

E'M.C.
Pr.-Apprenant permane, assigné à résilience.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y avait ce père de famille palestinien qui essayait de sauver sa fille des mains de la police,

les jeunes kahanistes qui hurlaient «Mort aux Arabes» dans les rues,

la peur que j’ai eue quand on m’a demandé si j’étais de gauche. 
J’écris pour me rappeler tout cela.

Depuis le début du Ramadan ce mois-ci la police de Jérusalem a interdit aux Palestiniens de s’asseoir sur les marches à l’entrée de la porte de Damas,

la place principale de la vieille ville,

et de tenir des rassemblements en soirée en honneur au saint mois. 

Cette décision arbitraire, pour laquelle aucune explication possible n’a été donnée, a enflammé une vaste protestation de la part des Palestiniens.

La police, comme si elle attendait juste l’occasion parfaite, a transformé la place en champ de bataille nocturne, 

En toile de fond de cette violence,

des activistes du groupe suprématiste juif Lehava* ont appelé leurs supporters à venir en foule «pour restaurer la dignité juive» après que plusieurs vidéos TilTok soient apparues montrant des Palestiniens harcelant des Juifs ultra-orthodoxes dana la ville. 

Appuyés par leurs représentants qui siègent désormais à la Knesset, des centaines de supporters de l’organisation kahaniste ont répondu à l’appel et sont arrivés dans ce quartier dans le but déclaré d’attaquer des Arabes (ou à défaut des militants de gauche).

J’écris maintenant, non pas que la description de la zone de guerre que j’ai vue cette semaine dans les rues de Jérusalem ou les détails sur les jeunes juifs qui criaient

«Mort aux Arabes» au cœur de la ville, ne puissent changer quoi que de soit. 

La suprématie juive défile dans le centre-ville de Jérusalem 

http://www.Youtube-com/embête/tXB_nyp50jc? feature=oembed

J’écris parce qu’il est nécessaire de briser cette folie au niveau de ces éléments les plus basiques - pour que peut-être je puisse la comprendre mieux.

J’écris pour livrer mon témoignage, parce qu’il a rien d’autre que je puisse faire. 

J’écris pour le rappeler. 

Pour le rappeler qu’au milieu des nuages de gaz lacrymogène et le son assourdissant des grenades à effet de souffle, 

j’ai vu un père tenir la main de sa fille, essayant de fuir avec elle. 

Me rappeler le regard terrifié de l’adolescent traîne par des officiers de police après qu’ils ont chargé contre un groupe de jeunes palestiniens. 

Me rappeler les marches vides devant la Porte de Damas,

dont les Palestiniens ont été chassés

depuis le début du Ramadan. 

Me rappeler que lorsque la puanteur du Skunk (mouffette)- un véhicule qui projette un liquide à l’odeur nauséabonde- m’a presque fait vomir et que les excréments des chevaux de la police étaient laissés à terre,

je me suis demandé si la municipalité nettoierait la saleté le lendemain, 

et à quel point doit être insupportable de rompre le jeûne les soirs du Ramadan après avoir été aspergé par les eaux usées putrides qui jaillissent du Skunk.

Ce sont les nuit supposées être les plus festives de l’année. 

Me rappeler le bruit des grenades qui se propageait longtemps après que j’aie quittée les lieux. 

Me rappeler que je n’ai pas eu peur quand j’ai vu un’ paquet de kahanistes assoiffés de sang qui approchaient. 

J’ai plutôt été surprise de leur nombre de leur jeunesse. 

Me rappeler comment j’ai eu peur plus tard dans la nuit quand quelques jeunes juifs nous ont demandé: 

«Vous êtes de gauche?»

Me rappeler les juifs orthodoxes qui se tenaient de l’autre côté du tram de Jérusalem,

près de la partie juive de Musrara et qui regardaient l’explosion des grenades à effet de souffle lancées depuis la Porte de Damas,

les éclairs d’excitation dans les yeux. 

Me rappeler le jeune homme avec sa yarmulka se disputant avec un Palestinien qui était de l’antre côté d’une barricade de police avant de lui dire:

«On va vous assassiner tous, tu sais qu’on va vous tuer un par un.»

Me rappeler les feux d’artifice qui ont éclairé le ciel tandis que les kahanistes scandaient:

 « N’aie pas peur Israël, n’aie pas peur.»

Me rappeler les militants de gauche qui se déployaient en très petits groupes, parfois par deux.

Me rappeler qu’à mon départ de la maison ma fille m’a demandé:

 «Si tu les vois en train de frapper quelqu’un, qu’est-ce que tu pourras faire?» 

                                               •••
Un version de cet article a d’abord été publiée en hébreu dans Local Call.

Orly NOY est rédactrice à Local Call, militante politique et traductrice de poésie et de prose farsi (persane). 
Elle est membre du Bureau exécutif B’Tselem et milité dans le parti Balad. Ses écrits traient des lignes qui se croisent et définissent di identité misrahi; c’est une femme de gauche migrante temporaire dans une immigrance perpétuelle et dans le dialogue entre les deux 

Traduction SF pour l’Agence média Palestine Source + 972 magazine 

24 04 2021 

Repris sur le site de L’UJFP le 26 04 2012 

Choix - découpage - intervention - étais éventuels - chapô E’M.C.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Face au chaos climatique, le séparatisme des riches
Alors que des milliers de Français sont évacués à cause des incendies, que d’autres sont privés d’eau potable voire meurent au travail à cause de la chaleur, les ultrariches se déplacent en jet privé, bénéficient de dérogations pour pouvoir jouer au golf et accumulent les profits grâce aux énergies fossiles. Un sécessionnisme des riches que le gouvernement acte en perpétuant le statu quo climatique.
par Mickaël Correia
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Proche-Orient
À l’hôpital al-Shifa de Gaza, les blessés racontent les bombardements
La bande de Gaza ressort épuisée de cet énième round de violences meurtrières entre Israël et le Djihad islamique palestinien. Malgré la trêve entrée en vigueur dimanche soir, les habitants pleurent leurs morts, les destructions sont importantes, et des centaines de blessés sont toujours à l’hôpital, désespérés par la situation et par les pénuries de médicaments. « J’ai vraiment cru qu’on allait tous mourir, enterrés vivants », raconte un rescapé.
par Alice Froussard
Journal
En Ukraine, les organisations internationales en mal de confiance
Depuis le début du conflit, la société civile ukrainienne s’est massivement mobilisée pour faire face à l’offensive russe. Alors que les organisations internationales sont critiquées, comme on l’a vu encore récemment avec Amnesty International, la plupart de l’aide humanitaire sur le terrain est fournie par des volontaires à bout de ressources.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Une approche critique de la blanquette de veau
Un jour, je viens voir ma mère. Je mange avec ma mère. J’ai fait une petite blanquette, c’est dans la casserole, elle me dit et je lui dis que c’est chouette mais quand je regarde la casserole, c’est bizarre cette blanquette dans l’eau. On dirait qu’il manque quelque chose.
par noemi lefebvre
Billet de blog
par carlita vallhintes
Billet de blog
Avec mes potes, sur la dernière barricade
Avec les potes, on a tout ce qu’il faut pour (re)faire un monde. Et on se battra jusqu’à la dernière barricade, même si « la révolution n’est plus synonyme de barricades. Elle est un tout autre sujet, bien plus essentiel : elle implique de réorganiser la vie tout entière de la société ». Ce à quoi on s’emploie. Faire les cons, tout en faisant la révolution : ça va être grandiose. Ça l’est déjà.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
Iel
De la nécessité d'écrire inclusif-ve...
par La Plume de Simone