TEL "CADEAU DE NOËL AU MONDE: LA RÉSOLUTION 2334 DE L'ONU" !

L'ONU (née) colonisée, prometteuse boîte de Pandore, se serait-elle rendu compte, à l'urne noire de l'histoire, au raccroc de ses croupiers, acculés d'excès, qu'elle est une Palestine-Est westée à merci de dextre martiale; rose phosphorée de missiles, couronnée de phosphore; à ton miroir d'atonie, la Paix, l'Apocalypse des "Puissants" accablés de records, de chaos; aux redens du Veto ? E'M.C

Le 24 novembre 1947, l'Assemblée  générale de l'ONU a adopté une résolution pour établir un État juif (à côté d'un État arabe) dans la terre d'Israël.

Soixante-neuf ans plus tard, le vendredi 23 décembre 2016, le Conseil de Sécurité de l'ONU a adopté une résolution pour tenter de sauver celle votée en 1947. 

La résolution 2334, approuvée vendredi, a constitué un souffle de bonnes nouvelles, d'espoir, dans la mer de l'obscurité et de désespoir des récentes années. 

Alors même que tout allait à vau-l'eau

- approfondissement de l'occupation, 

de plus en plus soutenue par les États-Unis 

sans compter une Europe qui se précipite à droite de l'échiquier politique, 

voilà une résolution de Hanouka ["Fête des Lumières" du 24 décembre 2016 au premier janvier 2017]

qui allume une mince bougie d'espoir.

Alors qu'il semblait que les méchants allaient l'emporter, 

la Nouvelle Zélande et trois autres pays sont venus donner un cadeau de Noël au monde. 

Donc un grand merci à la Nouvelle Zélande, au Vénézuela et à la Malaisie.

Il est vrai que l'arbre de Noël qu'ils ont apporté, avec ses lumières étincelantes, sera bientôt enlevé.

Donald Trump attend déjà à la porte.

 Mais l'empreinte restera.

D'ici-là, réjouissons-nous, 

même si nous savons qu'on aura une gueule de bois le lendemain.

Il nous faut bien sûr interpeller rageusement le président Barak Obama :

"Pourquoi n'est-ce que maintenant que vous faites quelque chose ?"

Et frustrés nous devons demander au monde :

"Et qu'en est-il des actions ?"

Mais il est impossible d'ignorer la décision du Conseil de sécurité selon laquelle toutes les colonies sont illégales, par nature. 

Le Premier ministre Benjamin Netanyahou peut ien rappeler ses ambassadeurs, tandis que son bras droit, le ministre Yuval Steinitz hurle que la résolution est "injuste" (il a visiblement un sens de l'humour!).

Issac Herzog [Parti travailliste], le leader de l'opposition peut aussi bafouiller :

"Nous devons lutter contre cette décision par tous les moyens"

Mais toute personne ayant une conscience ne manquera pas de se réjouir de cette résolution.

En outre, aucun israélien respectable ne devrait se laisser berner par la propagande qui prétend que le résolution est "anti-israélienne"

- une définition que les médias israéliens se sont évidemment empressés d'adopter avec leur servilité caractéristique. 

Cette resolution a ramené Israël sur le sol solide de la réalité. 

Toutes les colonies, y compris celles des territoires qui ont été annexées,

dont évidemment Jérusalem-Est,

constituent une violation de la loi internationale.

Le monde entier est unanime pour le penser, aussi bien les soi-disant amis d'Israël que ses soi-disant ennemis.

Il est probable que les dispositifs de lavage de cerveau en Israël, de pair avec les mécanismes de répression et de déni, essaieront d'ébranler la décision. 

Mais lorsque les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France, la Chine et la Russie sont d'accord pour une déclaration aussi claire, cela sera difficile.

Alors vous pouvez bien vous plaindre :

"Tout le monde est contre nous",

hurler à "l'antisémitisme",

vous pouvez demander :

"Qu'en est-il de la Syrie ?"

En fin de compte cette vérité limpide restera :

LE MONDE ENTIER PENSE QUE LES COLONIES SONT UN CRIME.

TOUTES LES COLONIES. 

Il est vrai que le monde ne lève pas un petit doigt pour éliminer les colonies, mais peut-être cela arrivera-t-il un jour.

Mais à ce moment-là il sera trop tard. 

La résolution 2334 établit une distinction artificielle entre Israël et les colonies en ce sens qu'elle vise les colonies et non l'occupation. 

Comme si c'étaient les colons d'Amona (1) qui étaient coupables et non tous les Israéliens.

Cette duperie prouve à quel point le monde continue  à traiter Israël avec indulgence et hésite à prendre des mesure contre ce pays, comme il l'a fait contre la Russie après sa conquête de la Crimée. (a)

Mais les Israéliens qui ne vivent pas à Amona et qui n'y sont jamais allés, doive se poser la question :

"cela vaut-il vraiment la peine ?"

Tout cela pour quelques colons qu'ils ne connaissent pas et qu'ils n'ont pas vraiment envie de connaître ?

La résolution 2334 est destinée surtout aux oreilles israéliennes, comme le réveil-matin qui vous réveille juste à temps, comme la sirène qui vous incite à aller vous réfugier dans un abri antiaérien.

Il est vrai que la résolution n'a aucune valeur concrète;

il est vrai que la nouvelle administration israélienne promet de l'effacer. 

Mais deux questions resteront.

POURQUOI  LES  PALESTINIENS NE MÉRITENT-ILS PAS EXACTEMENT LA MÊME CHOSE QUE LES ISRAÉLIENS ?

ET À QUEL POINT UN PAYS AVEC SA PUISSANCE DE LOBBYING, SON ARMEMENT ET SA HAUTE TECHNOLOGIE PEUT-IL CONTINUER À IGNORER LE MONDE ENTIER?

Ce premier jour aussi bien de Hanouka que de Noël, nous pouvons apprécier, ne serait-ce qu'un moment, la douce illusion (2) que la résolution 2334 va soulever ces questions en Israël. 

(1) "Amona, avant-poste situé près de Ramallah, devrait être détruit d'ici au 25 décembre 2016, en exécution du jugement prononcé par la Cour suprême israélienne. 

L'affaire a cependant permis l'adoption, en première lecture du Parlement, le 5 décembre, d'une loi qui annexerait de fait la centaine d'outposts encore jugés illégaux par le droit israélien.

Avec, en perpective la légalisation de toutes les colonies en Cisjordanie."

C'est ainsi que le 22 décembre 2016, Dominique Vidal sur le site Orient XXI, présente "cette opération trompe-l'œil" qui consiste à déplacer quarante familles pour les réinstaller sur une terre palestinienne. 

Un article complémentaire de celui de Gideon Levy, (Rédaction À l'Encontre)

(2) The Times of Israël - porte-parole de la politique sioniste - annonce en date du 26 décembre 2016: 

"La Mairie de Jérusalem est sur le point d'approuver  construction d'une centaine de logements à Jérusalem est cette semaine, 

à peine quelques jours après l'adoption de la résolution du Conseil de sécurité - qui a excédé Israël - qualifiant les constructions de "violation  flagrante du droit international."

(...)"

Gideon Levy, Haaretz, 26 décembre 2016. 

Choix, découpage, majusculat, chapô, notes évolutives E'M.C. 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.