«LES DIRIGEANTS ISRAÉLIENS DOIVENT SAVOIR QU’ILS PEUVENT ÊTRE EMPRISONNÉS»

J’ai participé samedi à l’émission Histoire Vécue d’Al Jazeera pour débattre de la décision de la procureure à la Cour Pénale Internationale d’ouvrir Une enquête sur une présemption de crimes de guerre en Palestine. 

Cette définition signifie-t-elle que les Palestiniens peuvent finalement s’attendre à la justice ?

Les autres invités étaient l’avocat international Toby Cadman et Robbie Sabel, un ancien conseiller juridique du gouvernement israélien. 

Voir vidéo. 

Au terme d’une enquête préliminaire de cinq ans, Fatou Bensouda, la procureure en chef, a annoncé vendredi qu’il existe « une base permettant raisonnablement de croire que des crimes de guerre ont été commis ou sont commis en Cisjordanie, dans Jérusalem-Est et dans la bande de Gaza. »

Mais elle a dit qu’elle ne commencerait pas l’enquête - qui pourrait conduire à des condamnations et à des mandats d’arrestations contre des dirigeants israéliens - jusqu’à ce que la Cour décide du territoire sur lequel la Cour a compétence.

J’ai insisté sur le fait que le cœur du problème c’est la justice pour les Palestiniens comme Zakia Maadi. 

Elle a perdu son fils Bassam, sa belle-fille Imane et ses jeunes petits-enfants, Hala et Jana, lorsqu’Israël a bombardé leur maison à Gaza, le 1er août 2014.

Ce fut un vendredi noir, quand Israël a lancé un pilonnage massif et indiscriminé sur Rafah avec des avions de guerre et des milliers de tirs d’artillerie tout à fait inappropriés. 

Cette famille a aussi perdu d’autres membres dont Youssef un nourrisson qui était le petit-fils de Zakiyah. 

La famille Maadi, je l’ai noté, n’est qu’une des quelques 150 familles qui ont perdu trois membres ou plus lors des attaques de de cet été-là. 

          Au total Israël a tué plus de 2200 Palestiniens,

                                 dont 551 enfants,

                                     en 51 jours,

               soit une moyenne de 11 enfants par jour. 

Pourtant l’attaque de 2014 n’est qu’un aspect de l’enquête qui inclura des crimes dans toute la Cisjordanie occupée, dont la construction de colonies. 

La Cour peut aussi enquêter sur les crimes supposés de la part de groupe de la résistance palestinienne, comme le lancer de roquettes depuis Gaza.

J’ai défendu l’idée que les groupes palestiniens répondent et résistent aux attaques d’un pouvoir d’occupation armé par les États-Unis et l’Union européenne 

et qu’il est peu probable que les attaques des Palestiniens soit a un niveau de gravité qui pourrait concerner la Cour. 

J’ai aussi noté que la grande majorité des milliers de Palestiniens tués et blessés lors des attaques israéliennes de 2014 sur la Bande de Gaza étaient des civils.

En contraste, la grande majorité des Israéliens tués - 67 sur 73 - étaient des soldats.

Dans un effort pour se dégager de toute responsabilité, Sabel a présenté des points à discuter - en revendiquant notamment que la Cisjordanie occupée et saisie par Israël pour y construire des colonies - n’est pas de la «compétence territoriale» des Palestiniens. 

Cadman a réfuté l’allégation de Sabel selon laquelle Gaza n’est plus sous occupation israélienne comme « argument grotesque ».

J’ai noté qu’une enquête de la CPI et des poursuites sont importantes non seulement pour les crimes passés,

mais parce que les crimes d’Israël continuent

                  et qu’il faut empêcher de futurs crimes. 

Les acteurs politiques, les fonctionnaires. Les généraux, les soldats israéliens devraient réfléchir à deux fous avant de participer à ces crimes, sachant qu’en agissant de la sorte il y a une possibilité très réelle qu’ils finissent dans une cellule de prison de la Haye.

•Traduction SF pour l’Agence Média Palestine.

• Source Ali Abunimah The Electronic Intifada - 22 décembre 2019 

• Repris sur le site de l’UJFP le 26 décembre 2019

Choix, découpage, E’M.C. 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.