L'HITLÉRITÉ DE L'AUTRE: ESCROQUERIE ANALOGIQUE ET CROISADE D'EXPROPRIATION PLANÉTAIRE

Au fond du puits ils ont lancé leur oeil, et c'est le reflet de leur répugnant sourire que me renvoie maintenant le fond du puits. L'eau sainte, ils l'ont infestée de leur concupiscence; et en nommant plaisir leurs sales rêves, ce sont les mots eux-mêmes que, par surcroît, ils ont infestés. F. Nietzsche

Shlomo Avineri est un politologue réputé (a) qui enseigne également à l'université hébraïque de Jérusalem; il est considéré dans le monde entier comme l'un des meilleurs connaisseurs de Marx et de Hegel, et propose souvent une approche plus historienne que nombre d'historiens.

Lui aussi a livré au début de février 1991 son interprétation de la guerre en publiant dans la  presse un long  article sophistiqué, de tonalité modérée, (b) ou il exprimait l'idée que le pétrole du Moyen Orient ne pouvait rester sous la domination de dirigeants arabes réactionnaires ni demeurer la propriété des peuples arabes. (1)

                                  •

De même que la fin de la Seconde Guerre mondiale avait vu la création de l'ONU (c), la guerre du Golfe devait se terminer par une internationalisation d'un type nouveau :

il fallait réformer la notion nationale d'appropriation des ressources naturelles, et ainsi le pétrole devait devenir propriété de la communauté internationale.

Il semble cependant que cette proposition généreuse (d) de Shlomo Avneri n'intégrait pas les puits de pétrole du Texas ou de la mer du Nord !

pour parvenir à cette conclusion radicale (e), le politologue effectuait à son tour une historisation du conflit, recourant là encore à des analogies pour décrypter le personnage de Saddam Hussein:

" Il y a bien une ressemblance entre lui et Hitler; et je n'utilise pas cette comparaison dans une dimension de propagande comme ont pu le faire de nombreux porte-parole occidentaux (et israéliens), mais je souhaite lui donner une assise objective.

Si Hitler a pu, au début des années trente, recueillir un capital de sympathie ausdi important de la part du public allemand, la raison en est que l'Allemagne pouvait exprimer, après la fin de la Première Guerre mondiale et le traité de Versailles, de nombreux griefs justifiés vis-à-vis des pays occidentaux [...]

De la même façon, Saddam joue sur le sentiment de colère et de frustration justifié répandu dans le monde arabe. (2)

Shlomo Avineri savait parfaitement que ses lecteurs ne pouvaient en rien se sentir en empathie avec "les griefs justifiés" des Allemands de l'entre-deux guerres, précisément à cause du phénomène Hitler; aussi, le maniement d'une analogie de ce type ne pouvait que conduire à relativiser le sentiment de "colère et de frustration justifié" des peuples arabes vis-à-vis des monarchies pétrolières que le colonialisme avait laissé derrière lui un Moyen-Orient.

Hitler et le monde de 1939 à 1945 orientent toute l'analyse (f) de Shlomo Avineri, pour qui "le parallélisme avec Saddam HusseIn est stupéfiant".

Et d'insister sur la conclusion historique suivante:

"En provoquant le monde entier, Saddam Hussein s'assure, semble-t-il, une fin semblable à celle d'Hitler. Les puissances alliées n'en sont peut-être pas encore conscientes, mais la guerre contre Saddam pour être victorieuse, doit être une guerre totale." (3)

                                   •

(1): Haaretz, 1er et 15 février1991. Repris par in Nathan Shaham et Zvi Raanan (dir), War in the Gulf. Collection of Essays (en hébreu), Tel-Aviv, Sifriat Poalim, 1991, pp. 9-21.

(2) Ibid.

(3) Ibid.

Les mots et la terre, Shlomo Sand.

Notes:

(a) Notre estimable historien recourt, quasi constamment, aux laudatifs : réputé, éminent, meilleur, plus grand, etc. dès qu'il s'agit d'auteurs israéliens.

De même pour la culture, "très haute" etc. par rapport aux "infra-cultures" de l'autre "oriental" spolié même, par-delà ses richesses naturelles, de son multi-séculaire génie.

(b) Très humouristiquement, nous appréhenderons ce "modéré" comme une véronique d'humour.

(c) l'ONU ? Ou la colonialité du Droit.

(d) Encore un trait d'humour jonquille; est-on jamais mieux servi que par soi-même ?

(e) Un régal humouristique pour la relance d'une diabolique guerre d'expropriation. 

(f) "analyse" plutôt stratagème, odieuse manipulation.

Choix, découpage, notes, chapô, E'M.C. 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.