Billet de blog 3 déc. 2020

ELISE THIEBAUT
Abonné·e de Mediapart

Le roman des Venedey, 2/6: l’affaire Rosselli

Pour ce deuxième épisode du roman des Venedey, militants antinazis méconnus en Allemagne, il est question de deux résistants italiens au régime de Mussolini : Carlo Rosselli et Giovanni Bassanesi. Par Jakob Theurer.

ELISE THIEBAUT
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Hans Venedey (au centre, en pardessus sombre). A sa droite, on reconnaît probablement Giovanni Bassanesi. A gauche de l'homme à la barbe blanche se trouve Carlo Rosselli. La photo date de novembre 1931. © DR

C'est le petit-fils de Hans Venedey, Jakob Theurer, qui a rédigé cet essai en 2017 dans le cadre d'un master à l'université de droit de Columbia (New York). Je l'ai traduit et adapté en 6 épisodes avec sa coopération et celle de son père, Walter Venedey.

Si vous avez manqué le début : Episode 1 : de père en fils

Episode 2 : l'affaire Rosselli

7 novembre 1931. Un épais brouillard flotte sur la piste d’atterrissage de l’aéroport de Constance lorsqu’un petit avion de type Junkers D 2155 atterrit sur la piste boueuse sans attirer l’attention. Deux passagers sont à son bord et attendent discrètement dans l’aérodrome désert en cette saison. Le lendemain, une voiture immatriculée en France apparaît à son tour et des inconnus en sortent afin de charger quelques dizaines de cartons dans la soute. L'avion, alourdi par ce chargement, tente de décoller le 9 novembre 1931. Sans succès. Sur le sol détrempé, l’appareil fait une pirouette et perd une partie du fret : des dizaines de tracts appelant en italien au renversement du régime Mussolini se répandent sur la piste.

Un adolescent qui se trouve par hasard sur les lieux est témoin de la scène : plusieurs individus ramassent à la hâte les tracts et les chargent dans une automobile avant de s'en aller, laissant derrière eux le pilote de l'avion. Le jeune homme parvient à noter le numéro de la plaque d'immatriculation française de la voiture en fuite et au petit matin, une chasse à l'homme s’engage pour tenter de la rattraper. Le pilote qui était resté sur place est arrêté par la police. Grâce à la plaque d'immatriculation française, la voiture et ses autres passagers est identifiée rapidement. En route pour la France, elle est arrêtée à Fribourg et les quatre passagers sont interpelés.

Justice et liberté

Le pilote de l'avion présente un faux passeport belge, mais sa véritable identité est rapidement percée à jour : il s’agit de Giovanni Bassanesi, un militant antifaciste italien membre de Giustizia e Libertà (Justice et Liberté). Parmi les passagers de la voiture arrêtés à Fribourg se trouve aussi le fondateur de ce mouvement, Carlo Rosselli. Giustizia e Libertà a été fondée en 1929 à Paris. C'était une des principales organisations italiennes de résistance anti-fasciste et socialiste, avant de devenir le plus grand mouvement partisan non-communiste de l'Italie occupée par les nazis après 1943. Parmi ses membres importants figurait notamment Ferruccio Parri, qui allait devenir Premier Ministre en Italie au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

Rapidement, il apparaît que Carlo Rosselli et Giovanni Bassanesi voulaient reproduire une action qui avait humilié le régime de Mussolini un an auparavant. En 1930, Giovanni Bassanesi, aidé durant les préparatifs par Carlo Rosselli, avait pu faire le tour de Milan dans un petit avion et larguer des milliers de tracts sur la ville, appelant les Italiens à la résistance.

Les autorités allemandes étaient donc confrontées à une affaire hautement politique. En plus de la possibilité de poursuites pour différentes infractions mineures, les détenus risquaient d’être poursuivis pour avoir commis un acte hostile contre un État ami, un crime défini dans l'article 102 du code pénal du Reich allemand. Toutefois, en vertu du même article, les infractions ne pouvaient généralement être poursuivies qu'à la demande du gouvernement concerné.

Défense à l’italienne

Par l'intermédiaire de l'Internationale travailliste et socialiste, les trois avocats Martin Venedey, Hans Venedey et Eduard Frank sont engagés pour défendre Carlo Rosselli et Giovanni Bassanesi. Différentes stratégies de défense sont examinées en vue de sortir les accusés de cette situation délicate : vaut-il mieux négocier en sous-main ou rendre l’affaire publique, quitte à risquer d’aller au pénal ? Tout dépendait en définitive de la position que prendrait le régime Mussolini. Dans le cas d'une demande de poursuite pour acte hostile contre un État ami, un procès public aurait été inévitable. La préférence des autorités allemandes penchait de ce côté. Dans une lettre aux gouvernements des États fédéraux, le ministre allemand de l'Intérieur, Karl Eduard Wilhelm Groener, écrivait ainsi qu’il était « intolérable pour la politique étrangère du gouvernement du Reich en général, et surtout au vu des relations amicales étroites du Reich avec l'Italie, que des étrangers se voient accorder le droit de séjourner en Allemagne, dont ils abusent pour des machinations politiques contre l'Italie ou une autre puissance". Giovanni Bassanesi et Carlo Rosselli ont d’ailleurs été placés en détention préventive alors que le régime de Mussolini n'avait pas encore déposé de demande de poursuites. Des mesures sévères qui suscitent des critiques indignées :  "La justice allemande au service de Mussolini", titre ainsi le journal libéral Berliner Tagesblatt le 22 novembre 1931. 

En coordination avec l'équipe de défense, des hommes politiques de premier plan comme Otto Wels, qui sera le seul député à s'exprimer au Reichstag allemand le 23 mars 1933 contre le coup de grâce porté par Adolf Hitler à la démocratie allemande sous la forme de la loi lui conférant les pleins pouvoirs, travaillent en coulisses pour soutenir les Italiens. Dans une lettre à Martin Venedey, l'ancien Premier ministre italien Francesco Nitti défend ses compatriotes en déclarant que leurs actions se justifient au regard de la lutte internationale contre la tyrannie.  En mettant l’affaire sur la place publique, la stratégie de défense est couronnée de succès, d’autant que, probablement pour éviter d'attirer davantage l'attention du public et des politiques, le gouvernement italien n'a finalement pas déposé de demande de poursuites.  En conséquence, les accusés ne sont finalement inculpés que pour des délits mineurs et condamnés à une faible amende, après seulement deux semaines de prison.

Preuves émouvantes

De France, où ils se rendent après leur libération, ils écrivent dès leur arrivée, à la fin du mois de novembre, à Martin Venedey.

«  Cher et illustre avocat,

Permettez-moi de vous exprimer une fois encore toute notre gratitude. La brève parenthèse de Constance sera toujours pour moi un de mes plus chers souvenirs, la preuve émouvante de l’existence d’une solidarité réelle entre combattants d’une même cause.

[…]

A peine rentrés, nous avons repris avec plus d’acharnement, si possible, notre lutte, qui peut, qui doit assumer comme symbole le nom de votre petite ville charmante !

Je vous prie de présenter mes hommages à Mme Venedey et de remercier vivement Mr. L’avocat votre fils, pour lequel j’ai éprouvé dès le premier instant la plus vive sympathie. Lorsqu’il viendra à Paris, qu’il ne nous oublie pas ! »

Deux ans plus tard, comme nous le raconterons bientôt, Hans Venedey se trouvera effectivement à Paris, où il s’est réfugié après l’arrivée de Hitler au pouvoir. A-t-il retrouvé Carlo Rosselli ? Probablement. Le 9 juin 1937, ce dernier est cependant assassiné, en même temps que son frère Nello par des fascistes français de la Cagoule à la solde de Mussolini.

Eduard Frank, qui défendait Carlo Rosselli et Giovanni Bassanesi avec les avocats Hans et Martin Venedey, est lui aussi assassiné par les nazis en 1938. Quant à Giovanni Bassanesi, après une odyssée à travers l’Europe, il sera  a finalement été capturé par le régime Mussolini et placé dans une clinique psychiatrique, avant de mourir à son tour en 1947.

Nous reviendrons, dans le prochain épisode, sur l’épopée de Hans Venedey, qui dès 1933 va devoir à son tour quitter Constance.

A SUIVRE...

Episode 3 : A cause d'un drapeau, 11 décembre 2020

Episode 4 : Chercher refuge, 18 décembre 2020

Episode 5 : Paris, Paris, 25 décembre 2020

Episode 6 : Guerre et paix, 31 décembre 2020

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Au Royaume-Uni, la livre sterling tombe en ruine
En campagne, la première ministre Liz Truss avait promis le retour aux heures glorieuses du thatchérisme. Trois semaines après son accession au pouvoir, la livre s’effondre et la Banque d’Angleterre est obligée d’intervenir. Premier volet de notre série sur le chaos monétaire mondial.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org