mot de passe oublié
1 euro 15 jours

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Accédez à l'intégralité du site en illimité, sur ordinateur, tablette et mobile à partir d'1€.

Je m'abonne
Le Club de Mediapart lun. 26 sept. 2016 26/9/2016 Édition de la mi-journée

Quels féminismes pour changer la société ?

Qu’en est-il du féminisme aujourd’hui en France, pays où des théories originales ont émergé qui dépassent les clivages existant ailleurs (notamment aux Etats-Unis) ? Comment ces théories peuvent-elles être rendues opératoires dans l’action concrète, en évitant les impasses constatées de l’autre côté de l’Atlantique ? Le point avec Catherine Achin, Geneviève Fraisse et Roland Pfefferkorn (lien son et vidéo en fin d'article).

Qu’en est-il du féminisme aujourd’hui en France, pays où des théories originales ont émergé qui dépassent les clivages existant ailleurs (notamment aux Etats-Unis) ? Comment ces théories peuvent-elles être rendues opératoires dans l’action concrète, en évitant les impasses constatées de l’autre côté de l’Atlantique ? Le point avec Catherine Achin, Geneviève Fraisse et Roland Pfefferkorn (lien son et vidéo en fin d'article).

Le féminisme est, en effet, aujourd'hui souvent associé, notamment aux États-Unis, à un courant de pensée très élitiste, mélangeant des éléments du (post)structuralisme français et la reconstruction du genre. Cette façon de l’incarner a été contestée par Martha Nussbaum (et Amartya Sen), pour qui ce sont les conditions matérielles concrètes des femmes dans leur diversité culturelle qui devraient nous intéresser.

5ème séance de notre séminaire, avec :

 

Catherine ACHIN, professeure de science politique à l’Université Paris Est-Créteil, membre du CRESPPA; elle propose une sociologie des mouvements féministes et une histoire sociale des idées féministes ; elle est co-auteure, notamment, de Sexes, genre et politique (Economica, 2007) et de Femmes en politique (La Découverte, 2006),

 

Geneviève FRAISSE, philosophe et historienne du féminisme, directrice de recherche au CNRS, ancienne présidente du comité scientifique de L’Institut Émilie du Châtelet et ancienne députée au Parlement européen ; elle a récemment publié un livre d’entretien, La Fabrique du féminisme (Le Passager clandestin, 2012) et À côté du genre. Sexe et philosophie de l’égalité (Le Bord de l’eau, 2010),

 

et Roland PFEFFERKORN, professeur de sociologie à l’Université de Strasbourg, membre du laboratoire "Cultures et Sociétés en Europe" du CNRS ; il est spécialiste des inégalités sociales dans la France contemporaine, privilégiant une approche croisant rapports sociaux de sexe et de classe ; il est co-auteur, notamment de Chemins de l’émancipation et rapports sociaux de sexe (La Dispute, 2009), et du Système des inégalités (La Découverte, 2008).


La séance a eu lieu le 8 janvier 2013. Les enregistrements sonores et vidéos sont consultables à ce lien.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Un (excellent) petit ouvrage, qui tente également de faire le point sur le sujet : Le féminisme change-t-il nos vies ?, sous la direction de Delphine Gardey, Textuel, collection "Petite encyclopédie critique", 2011.

Dommage que pas une (et un) de ses auteures n'ait été invitée par la Fondation Copernic...

Construisez l'indépendance de Mediapart

onze euros par mois

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et téléchargez notre application mobile.
Je m'abonne

L'auteur

Fondation Copernic

La Fondation Copernic regroupe des militant-e-s associatifs, syndicaux, politiques, des praticiens et des chercheurs de la gauche anti-libérale et écologiste. Elle s’adresse à toutes celles et ceux qui ne se résignent pas à l’ordre néolibéral

L'édition

suivi par 17 abonnés

Pensées et pratiques d’émancipation

À propos de l'édition

La saison 2012-2013 du séminaire Copernic, soutenue par la revue Mouvements et le programme ANR UTOPIES19, est centrée sur les « Pensées et pratiques d’émancipation », avec le souci d’aménager

des rencontres, souvent inédites sinon improbables, entre historiens, philosophes, sociologues, économistes, d’une part, élu-e-s, syndicalistes, cadres associatifs, acteurs politiques et sociaux, d’autre part, pour permettre que les théories anciennes ou modernes visant à "l’émancipation" (sous tous ses aspects, juridique, social, écologique, économique, technologique, de genre...) sortent de l’oubli ou de l’ombre où elles sont d’ordinaire reléguées.

Il s’agira d’engager la construction d’un cadre de réflexion générale et historique qui permette une meilleure appréhension de pratiques alternatives souvent mal connues et qualifiées d’utopiques. Nous voulons, chaque mois, débattre sans exclusive des utopistes du XIXe siècle ou des formes alternatives d’entreprise imaginées au XXe, des modalités de l’organisation du travail, d’économie et de gestion, jusqu’aux problématisations neuves sur les relations entre humains et non humains. Les analyses croisées dans le cadre de ce dispositif d’échange devraient apporter de nouvelles perspectives pour interroger et inventer la "modernité".

Les séances du séminaire, qui ont lieu un mardi par mois, de 19 heures à 21 heures 30, à la Bourse du travail (Salle Louise Michel, 3, rue du Château d’eau, 75010 Paris, M° République - entrée libre dans la limite des places disponibles), seront relayées sur notre site (enregistrements sonores et videos), ainsi que - si possible - dans cette édition.