Droits de la nature ou droits des êtres humains?

La nouvelle constitution équatorienne de 2008 évoque l’existence de « droits de la Nature ». Ces droits peuvent-ils être le fondement de projets d’émancipation ? Sur quel modèle cette reconnaissance juridique des droits de la nature doit-elle être pensée ? Nous en avons débattu avec Fabrice Flipo et Marie-Angèle Hermitte (lien vidéo en fin d'article).

La nouvelle constitution équatorienne de 2008 évoque l’existence de « droits de la Nature ». Ces droits peuvent-ils être le fondement de projets d’émancipation ? Sur quel modèle cette reconnaissance juridique des droits de la nature doit-elle être pensée ? Nous en avons débattu avec Fabrice Flipo et Marie-Angèle Hermitte (lien vidéo en fin d'article).

 

- Fabrice Flipo est maître de conférence en philosophie. Il a notamment publié Le développement durable (B Réal, 2011) et La décroissance. 10 questions pour comprendre et débattre (avec Denis Bayon et François Schneider, La Découverte, 2012).

 

- Marie-Angèle Hermitte est docteur en droit,directrice de recherche au CNRS et directrice d'études à l'Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS). Elle a notamment publié L’homme, la nature et le droit (avec Bernard Edelman, Christian Bourgois, 1988) et contribué à l'établissement du rapport intitulé Les OGM : entre régulation économique et critique radicale (François Chateauraynaud, dir., GSPR, 2010 - disponible ici).

 

Les vidéos de la séance du 14 mai 2013 sont disponibles à ce lien.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.