Appel de Pau : Stop aux forages en eaux profondes !

Trois mois après la COP21, les engagements salués comme « révolutionnaires » et contenus dans l’Accord de Paris vont-ils céder face aux logiques des compagnies fossiles ? Début avril, les principales entreprises pétrolières se retrouveront pour un sommet international dont l’objectif est tout simplement d’organiser la destruction du climat.

Texte publié par l'association "Action non-violent COP-21" :

 

total-appel-de-pau total-appel-de-pau
"Les grandes compagnies (Total, Shell, Exxon, Repsol, BP etc.) et opérateurs des marchés du pétrole et du gaz en eaux profondes se réuniront à Pau du 5 au 7 avril au sommet « MCE Deepwater Development» pour mettre en place des stratégies visant à exploiter les réserves d’hydrocarbures de la planète et des océans jusqu’à leur dernière goutte. Un sommet pour forer toujours plus loin, toujours plus profond, pour toujours plus de profit…

Tout juste ratifié, l’Accord de Paris et son objectif de maintenir le réchauffement « bien en-deçà des 2°C » court le risque d’être noyé en eaux profondes.

Les engagements de la COP21 doivent passer des promesses diplomatiques aux réalités concrètes. Nous devons définitivement tourner la page des combustibles fossiles. Entre le sommet de Pau et le climat, il faut choisir ! Choisir le climat, c’est bloquer l’exploitation des nouveaux gisements d’hydrocarbures et protéger l’Océan.

Nous demandons donc au gouvernement français de :

  • suspendre tout type de financement au secteur des combustibles fossiles : ni subventions, ni investissements pour le charbon, le gaz et le pétrole;
  • d’annuler les permis de forages de gisements d’hydrocarbures en cours et de ne plus donner de droits d’exploration et d’exploitation aux compagnies fossiles.

L’argent doit aller à la transition vers des sociétés justes et durables. Il doit également financer la reconversion des industries et personnels travaillant dans les énergies fossiles.

Nous appelons à se rassembler début avril à Pau, pour y empêcher de nouveaux crimes climatiques."

 

SIGNEZ L’APPEL

 

Lancé par ANV-COP21, l’appel de Pau, Stop aux forages en eaux profondes rassemble aujourd’hui Alternatiba, les Amis de la Terre, Attac, 350.org, Surfrider Foundation, Bizi, The Ocean Nation, le Village Emmaüs Lescar Pau, et Chrétiens unis pour la terre. L’objectif est clair : empêcher que le sommet ait lieu.

 

* Lire également l'article publié par le site "Reporterre" :

"La bataille est lancée contre les pétroliers, pour que le climat soit préservé" 31 mars 2016 / par Baptiste Giraud (Reporterre)

 

Ce jeudi matin 31 mars, à Paris, des militants pour le climat ont agi pour dénoncer les compagnies pétrolières. Celles-ci veulent continuer à exploiter le pétrole en eaux profondes, malgré les engagements internationaux pour limiter les émissions de gaz à effet de serre.

- Paris, reportage

Une marée noire (fausse) à la fontaine du Trocadéro. Voilà l’action symbolique que les militants d’ANV-COP21 ont mise en scène ce jeudi matin 31 mars. Sous la pluie, dans un lieu déserté par les touristes, la trentaine d’activistes voulait rappeler la nécessité de faire appliquer l’accord de Paris et l’engagement à ne passer dépasser une augmentation de 2°C de la température du globe, alors que doit se tenir début avril à Pau un « sommet du pétrole offshore », selon l’expression d’une activiste".

 

(...)

Cliquer ici pour lire l'article en entier !

 

 

* un article sur le site de la "République des Pyrénées" :

 

Les écologistes menacent toujours de bloquer le congrès organisé à Pau du 5 au 7 avril.

Les écologistes qui s'opposent au congrès du pétrole off-shore seront reçus par le groupe Total ce jeudi à son siège de la Défense. Les opposants à l'événement l'ont annoncé sur leur compte twitter.

(...)

lire l'article complet en cliquant ici !

 

* Sur l'annonce de cette rencontre, lire également sur le site de Sud-Ouest en cliquant ici !

 

 * enfin, un billet sur Mediapart en cliquant ici !

 

appel-de-pau-affiche appel-de-pau-affiche

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.