On est tous photographes!

Aujourd'hui la photographie est morte. Ou peut-être hier, je ne sais pas. Elle s'est noyée dans le révélateur d'absurde, dans ce bain de bêtise et de narcissisme qui ronge l'art sous la dictature de l'argent. C'est qu'il faut vendre de la culture comme n'importe quelle lessive, et les musées transformés en usines à fric cherchent l'augmentation des bénéfices plutôt que l'élévation de l'esprit du public qui hante ses salles en troupeau de moutons à tondre. Il y a des cerveaux dans les boites de marketing, de la matière grise qui sait calculer : un visiteur d'expo plus un smarphone égalent un photographe. Alors allez-y ! n'ayez plus peur ! Devenez vous aussi un artiste en osant des selfies devant les chefs d’œuvre mondialisés ! Whao ! Trop cool, ma tronche en gros plan devant la Naissance de Vénus, Guernica ou un Balloon dog ! Et de travers ! Tout bancal et tout flou pour plus d'originalité, c'est the artistic touch. Comme j'ai du talent, le musée me fera l'honneur d'utiliser gratuitement ma photo pour sa pub. Elle est pas belle, la vie de photographe ? Il y a bien quelques difficultés avec ces perches à selfies que les gens brandissent devant eux en marchant, sans rien regarder de ce qui les entoure hors du cadre de l'écran, et qui risquent d'éborgner la Joconde ou un autre visiteur. Mais il suffit d'interdire les perches et tout rentre dans l'ordre. Au bout de mon bras tendu, ma gueule fait la même grimace dans le téléphone que l'autre zigue en pagne, peint cloué sur une croix dans le vieux tableau derrière. Quelle classe ! Cinquante likes en trois minutes sur le réseau social, qui dit mieux ? Si ça se trouve, un journaliste va faire un reportage sur moi, je passerais au journal de Putamas dans la séquence sur les nouvelles stars de la photo nées sur internet ! Une grande marque glamour va me repérer et se servira de mes clichés pour sa communication contre un petit pot de crème à dérider les fesses (cadeau) ! Et moi qui me croyais un obscur rat d'open space alors que j'étais un artiste, un vrai !

Aujourd'hui la photographie est morte. Assassinée par le spectacle. Mais comme l'autre zigue en pagne, descendu de sa croix, elle pourrait bien ressusciter. Il paraît que la foi en la vérité de l'art renverse les montagnes de la sottise. On attend les preuves, vite !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.