Billet de blog 29 sept. 2014

Roman Vishniac (re)découvert

Du 17 septembre 2014 au 25 janvier 2015, le Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme (MAHJ) expose environ 200 photographies de Roman Vishniak. C’est l’ICP (International Center of Photography) de New York, fondé par Cornell Capa qui a produit cette exposition annoncée comme la (re)découverte de cette œuvre remarquable.

GILLES WALUSINSKI
auteur photographe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Du 17 septembre 2014 au 25 janvier 2015, le Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme (MAHJ) expose environ 200 photographies de Roman Vishniak. C’est l’ICP (International Center of Photography) de New York, fondé par Cornell Capa qui a produit cette exposition annoncée comme la (re)découverte de cette œuvre remarquable.

Roman Vishniac © Andrew A.Skolnick
Cornell Capa et Roman Vishniac © 

Né en 1897 à Pavlovsk, près de Saint-Petersbourg, dans une famille juive russe fortunée,  Roman Vishniak reçoit à sept ans son premier appareil de photo et un microscope. Entre 1917 et 1920, sa famille émigre en Allemagne ; Roman, lui, reste à Moscou pour poursuivre des études et passer ses diplômes de biologie et de zoologie. Simultanément il développe une intense activité de photographe amateur.

À partir des années 1920, Roman Vishniak devient un « street photographer » accompli. Si j’utilise cette expression anglo-saxonne pour évoquer un « photographe de rue », c’est pour glisser une petite réflexion sur l’aspect péjoratif que notre société frileuse aime à donner à ceux qui dévoilent une image des citoyens différente de leurs « selfies », comble de leur bonheur narcissique. Une interprétation abusive de la législation qui protège heureusement notre vie privée installe dans les esprits fragiles l’idée que la photographie de rue mettrait cette pauvre vie privée en danger. Il n’est que de constater la profusion d’appareils devenus prothèses bavardes des touristes pour se dire qu’enfin, peut-être la Photographie pourra redevenir l’outil de témoignage d’une époque, débarrassé de préjugés absurdes.

Varsovie - 1935-1938 © Roman Vishniak
Lodz - Pologne 1935 © Roman Vishniak
Varsovie 1938 © Roman Vishniak
"Récalcitrance" - Berlin 1926 © Roman Vishniak

De sa ville d’adoption, Berlin, Vishniak nous donne un portrait incisif et capte les prémices de la terreur nazie. En 1935 une organisation américaine juive d’entraide lui confie la mission de photographier les communautés juives  misérables d’Europe orientale. Et en 1939 Roman Vishniak rejoint sa famille, ses parents, réfugiés en France… Il sera interné au camp de Ruchard avant de pouvoir s’embarquer en décembre 1940 pour les Etats-Unis. À New-York Vishniak peut ouvrir un studio de photographe et devenir citoyen américain. Son activité de portraitiste ne l’empêche pas de documenter la vie des immigrants et des juifs américains. En 1947 il peut revenir en Europe, photographier les camps de personnes déplacées.

Il s’intéresse aux rescapés de la Shoah qui tentent de reconstruire une vie et va à Berlin photographier la ville en ruine.

Enfin à la fin de sa vie, sa formation de biologiste aidant, il devient un pionnier de la Photographie scientifique, notamment la microphotographie.

Roman Vishniak meurt en 1990 et son fonds photographique est légué par sa fille Mara à l’ICP.

Il faut saluer le travail de l’ICP pour nous donner cette (re)découverte de l’œuvre d’un photographe dont on sent que sa culture scientifique et sa sensibilité d’appartenir à une minorité si longtemps martyrisée lui a donné l’intelligence de nous laisser un si beau témoignage. Le Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme nous donne la chance de voir ces deux cents photographies aux tirages originaux ou modernes de grande qualité.  Une belle leçon pour nos institutions souvent à l’affût d’éphémères avant-gardes au dépens de la sauvegarde de notre patrimoine mondial.

Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme - Hôtel de Saint-Aignan - 71 rue du Temple - 75003 Paris

ouvert du lundi au vendredi de 11h à 18h et le dimanche de 10h à 18h

Manifestation antisémite - Ghetto de Varsovie - 1937 © Roman Vishniak
Berlin 1935 © Roman Vishniak
Enfants dans le vieux Berlin - milieu des années 30 © Roman Vishniak
Mukacevo 1935-1938 (non publiée) © Roman Vishniak
Le "plastomètre" - Propagande nazie à Berlin © Roman Vishniak
microphotographie © Roman Vishniac

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Algériens sans papiers : la France ne peut plus les expulser mais continue de les enfermer
Dans un courriel confidentiel, le ministère de l’intérieur reconnaît l’impossibilité, à la suite des tensions diplomatiques entre Paris et Alger, d’éloigner les Algériennes et les Algériens sans papiers. Et pourtant : leur enfermement en centres de rétention se poursuit. Une situation « absurde » dénoncent associations et avocats.  
par Yasmine Sellami et Rémi Yang
Journal — Extrême droite
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi
Journal
La réplique implacable de Laurent Joly aux « falsifications » sur Vichy
En amont du procès en appel ce jeudi du candidat d’extrême droite pour contestation de crime contre l’humanité, l’historien Laurent Joly a publié un livre dévastateur. Il pointe ses mensonges sur le régime de Vichy, et analyse les raisons politiques de cette banalisation des crimes de l’époque.
par Fabien Escalona
Journal
Le parti républicain poursuit son offensive contre le système électoral
Un an après l’investiture de Joe Biden, le 20 janvier 2021, ses adversaires cherchent à faire pencher les prochaines élections en leur faveur en modifiant, avec une ingéniosité machiavélique, les rouages des scrutins. En ligne de mire, le vote de mi-mandat de novembre, grâce auquel une grande partie du Congrès sera renouvelée.
par Alexis Buisson

La sélection du Club

Billet de blog
Molière porte des oripeaux « arabes »
Le 15 janvier 2022, Molière aurait eu 400 ans. Ce grand auteur a conquis le monde, a été traduit et adapté partout. Molière n'est désormais plus français, dans les pays arabes, les auteurs de théâtre en ont fait leur "frère", il est joué partout. Une lecture
par Ahmed Chenikii
Billet de blog
Quoi de neuf ? Molière, insurpassable ! (1/2)
400e anniversaire de la naissance de Molière. La vie sociale est un jeu et il faut prendre le parti d’en rire. « Châtier les mœurs par le rire ». La comédie d’intrigue repose forcément sur le conflit entre la norme et l’aberration, la mesure et la démesure (pas de comique sans exagération), il reste problématique de lire une idéologie précise dans le rire du dramaturge le plus joué dans le monde.
par Ph. Pichon
Billet de blog
Molière et François Morel m’ont fait pleurer
En novembre 2012, François Morel et ses camarades de scène jouaient Le Bourgeois gentilhomme de Molière au théâtre Odyssud de Blagnac, près de Toulouse. Et j’ai pleuré – à chaudes larmes même.
par Alexandra Sippel
Billet de blog
On a mis Molière dans un atlas !
Un auteur de théâtre dans un atlas ? Certes, Molière est génial. Parce qu'il n'a laissé quasiment aucune correspondance, un trio éditorial imagine comment Jean-Baptiste Poquelin a enfanté "Molière" dans un atlas aussi génial que son objet. (Par Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement