Identité nationale: Angers dit non au débat

Rassemblés autour du maire, Jean-Claude Antonini (PS), les élus de la majorité municipale ont décidé de ne pas participer à la réunion organisée dans leur ville. Tribune.

Rassemblés autour du maire, Jean-Claude Antonini (PS), les élus de la majorité municipale ont décidé de ne pas participer à la réunion organisée dans leur ville. Tribune.

--------------

pave.jpgLe 18 janvier prochain, une réunion est organisée à Angers dans le cadre du débat sur «l'identité nationale». Autour de Jean-Claude Antonini, maire d'Angers, nous, élus de la majorité municipale «Angers, en avant», adoptonsune attitude commune : ni caution, ni participation.

 

Selon les mots du maire, «il n'est pas question de prêter la main à cette opération qui ressemble trop à une mascarade politicienne». Ainsi,ni Jean-Claude Antonini, ni aucun d'entre nous, ne se rendra donc à cette réunion.

Critiquant unanimement un «débat mal posé, faussé dès le départ et donc tronqué», nous dénonçons en effet une entreprise dangereuse, qui fait la part belle aux amalgames; stigmatisant les immigrés et nos compatriotes d'origine étrangère.

Nous déplorons l'absence de toute rigueur scientifique et intellectuelle dans cette démarche forcément vouée à l'échec, car mal préparée. Nous y voyons le reflet de la précipitation d'un ministre, Eric Besson, chargé de mener une croisade idéologique pour le compte du président de la République, flattant pour ce faire l'électorat d'extrême-droite.

Avec Jean-Claude Antononi, inquiet des dérives et des dérapages racistes rapportés par les médias et de nombreux observateurs, nous estimons que «ce soi-disant débat ne sert à rien, il n'aura aucune retombée positive pour notre pays ».

A la place de cette initiative malheureuse –qui aura surtout réussi à créer le trouble et diviser les Français– l'équipe municipale privilégie d'autres valeurs, et met en œuvre une politique «aux antipodes de ce qui est fait actuellement, avec de vraies instances de participation, et une proximité retrouvée qui permet aux habitants de s'exprimer. Et là, on voit bien que les préoccupations sont tout autres : emploi, cadre de vie, santé, solidarité...»

Nous, élus d'Angers, sommes soucieux de l'avenir de nos concitoyens, sans distinction d'origine. Nous y travaillons au quotidien. Nous rejetons cette façon de faire du gouvernement qui multiplie les provocations et les atteintes au pacte social républicain.

Angers est une terre d'humanisme ; ses habitants y pratiquent la tolérance, le respect de l'autre, la générosité... bref, tout le contraire de ce qui nous est proposé à travers cette initiative du gouvernement, à l'issue plus qu'incertaine.

Jean-Claude Antonini

Daniel Loiseau

Bernadette Caillard-Humeau

Daniel Raoul

Jean-Luc Rotureau

Marie-Thé Tondut

Rose-Marie Véron

Rachida Ouattara

Frédéric Béatse

Solange Thomazeau

Monique Ramognino

Bruno Baron

André Despagnet

Renée Solé

Olivia Tambou

Abde-Rahmène Azzouzi

Gilles Mahé

Sabine Oberti

Silvia Camara-Tombini

Pierre Laugery

Luc Belot

Marie-Paul Clémot-Stréliski

Norma Mével Pla

Beaudoin Aubret

Jacques Motteau

Avril Gommard

Martine Devaux

Mamadou Sylla

Jean-Claude Bachelot

Philippe Markowicz

Jamila Delmotte

Anne Lebeugle

Michel Houdbine

Fabrice Giraudi

Elsa Lafaye de Micheaux

Sophie Briand-Boucher

Jean-Pierre Chauvelon

Romain Laveau

Catherine Besse

Annette Bruyère

Vincent Dulong

Philippe Lahournat

Marianne Prodhomme

Rachel Oron

Christian Cazauba

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.