Session intime avec Blick Bassy

Rendez-vous au sein du cloître Saint-Trophime à Arles avec Blick Bassy pour une intime session musicale teintée de blues en langue bassa.

Ce jeune camerounais détonne avec sa voix suave et son blues raffiné. Venu de l’ethnie des Bassa du Cameroun, Blick Bassy chante dans sa langue originelle. Un engagement pour lui, alors que le Cameroun compte plus de 200 langues officielles et qu’aucune langue du pays n’est partagée par tous ses habitants.

Blick Bassy © Olivier Hoffschir Blick Bassy © Olivier Hoffschir

Inspiration puisée d’une photo de Skip James collée sur le mur de son salon, alors qu'une panne de chauffage sévit dans son appartement du Nord-Pas-De-Calais. 
« Je fus happé par son itinéraire d’artiste maudit, sans le sou, soumis aux affres de l’existence, mort dans l’indigence, obligé, pour subsister, de travailler des années durant dans le bâtiment... Je me sentais hyper connecté à sa musique. Toutes ses notes, son chant, malgré la langue anglaise, me rappelaient un autre personnage, quand j’étais petit, au Cameroun : Mout Iloun, un vieux musicien ambulant, qui parcourait les villages, avec dans ses poches, un tas de chansons sur les histoires de la vie : des "paraboles". De pied ferme, les habitants attendaient cette unique distraction, parenthèse enchantée dans leur vie monotone, rythmée par le soleil et les travaux des champs... » détaillait-il à RFI.

On retrouve les trois musiciens dans le cloître Saint-Trophime, juste avant leur concert (raconté ici précédemment). Ils viennent de finir leurs balances, détendus et tout sourire.
Le cloître, récemment rénové, offre un magnifique décor pour cette session intime, où le Mistral et quelques passants curieux s’arrêtent pour profiter du spectacle improvisé.

Blick Bassy au banjo, est accompagné ici par le violoncelle de Clément Petit et le trombone de Johan Blanc, « deux compagnons de route » devenus essentiels.
Le morceau intitulé « Kiki » évoque « les femmes et la manière dont la société africaine était régie auparavant » nous confiera le camerounais.

Blick Bassy - "Kiki" © OlivierOff

Blick Bassy a produit son dernier album « Akö » sur le label indépendant No Format. À la demande du musicien, le label dirigé par Laurent Bizot s’occupera aussi de sa tournée. Une première pour ce label qui a pour habitude de ne gérer que la production musicale.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.