Romain Blanchard
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Politique Fiction

Suivi par 48 abonnés

Billet de blog 14 sept. 2020

Bonne rentrée à tous les Bisounours

Cet été, une amie m’a dit qu’on n’était pas dans le monde des Bisounours et qu’il ne fallait pas perdre son temps à se battre pour une société plus juste. D’après elle, vivre dans le monde réel, c’est accepter la catastrophe climatique, le néo-libéralisme, les mafias, la destruction du vivant et survivre. Alors vous savez quoi ? Je souhaite une bonne rentrée à tous les Bisounours ! Lâchez rien !

Romain Blanchard
Comédien, metteur en scène
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C’est dur d’être un Bisounours.

Si on y réfléchit bien, un Bisounours ça s’en prend plein la gueule. Déjà quand on dit qu’un autre monde est possible. Premier seau de pétrole dans les dents.

On te dit que tu es un privilégié qui n’a pas le droit à la parole alors que eux si parce qu’ils ont connu ça, la vraie vie, à la dure, tout ça. Ils en ont bavé alors que toi non.

Et même quand ta bisounourserie est basée sur le réel, c’est pas plus facile. Ton costume de Bisounours t’empêche d’être écouté. (Un peu comme Cassandre dans la Bible). Tu auras beau crier, dire la vérité, personne ne t’entendra et même on te donnera des coups de pied. Et tout le monde t’expliquera que tu ne peux pas comprendre parce que tu es un Bisounours et alors que eux c’est des vrais durs qui connaissent la vie.

Par exemple, sous mes fenêtres à Paris il y a des migrants. Un ami qui habite plus loin et qui ne les a jamais vus m’affirme que ce sont des Africains qui veulent voler notre pain. Alors que moi déjà je ne vois pas d’Africains, ce sont des Syriens qui sont là parce qu’ils veulent vivre et pas mourir, et puis même si ce sont des Africains je ne vois pas où est le mal.

Mais mon ami m’affirme que ce sont des Africains qui viennent par millions parce qu’il l’a vu à la télé. Je lui dis que non et que moi je le vois de mes yeux, mais mes yeux ce seront toujours des yeux de Bisounours.

Et quand  je dis que c’est en partie à cause du réchauffement climatique tous ces bouleversements et il ricane en me disant que ce n’est pas vrai alors que si. Ça se voit pourtant. Peut-être pas encore assez. Mais quand ça se verra vraiment alors il sera vraiment trop tard.

Il me dit que les Chinois ont le droit de polluer et que chez nous il y a trop de normes et que ça nuit à l’emploi et que c’est ça le vrai problème.

Alors moi j’ai bien envie quand j’entends ce genre de bêtises de dire aux gens qui pensent comme ça d’aller voir de plus près chez les Grecs ou en Californie si c’est pas un peu vrai ce que je dis quand même.

Texte écrit avec le Collectif les Bertrands lors de la résidence de création du spectacle « Slaughterhouse - 120 BPM (Bœufs par minute) » au Maquis de Brest.

https://www.facebook.com/LesBertrands/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À LR, des alertes jamais vraiment prises au sérieux
L’affaire Damien Abad concerne d’abord la majorité d’Emmanuel Macron qui l’a promu ministre. Mais elle interpelle aussi son ancien parti, Les Républicains, alors que plusieurs élus affirment avoir été alertés de longue date.
par Lénaïg Bredoux et Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Le « parachutage », révélateur des dilemmes de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal — International
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Raphaël Boutin Kuhlmann : « Les coopératives locales portent l'intérêt général »
Parti s’installer dans la Drôme en 2016, où il a fondé la coopérative foncière « Villages Vivants », Raphaël Boutin Kuhlmann est devenu une figure des nouvelles manières de faire territoire. Dans cet entretien, il revient sur la nécessité de penser autrement l’intérêt général et sur les espoirs qu’il place, face aux crises contemporaines, dans l’innovation et le lien dans les villages.
par Archipel des Alizées
Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony
Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter
Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS