Édition suivie par 52 abonnés

Politique Fiction

6 rédacteurs

À propos de l'édition

Des cris du chœur antique, des maudissements à la manière médiévale, des contes drolatiques, des discours imaginaires. Ici, venez partager vos visions politiques au prisme des fictions que vous inventez.

Si vous avez sous le manteau ce genre d’histoires, ou des microfictions à mot-dire, envoyez-les nous, rejoignez-nous ! politiquesfictions@gmail.com
  • Édition Politique Fiction

    Saint-Nazaire Supérieur - chapitre 4/4

    Par | 5 commentaires | 2 recommandés
    « Saint-Nazaire Supérieur » est une nouvelle qui se passe dans la France de la fin des années 2000. C’est l’histoire d’un homme rongé par la solitude. Il ne sait que faire, il ne sait pas écouter, il ne sait pas aimer. Il est marqué par la crise économique, la quête de sens et le racisme ordinaire. Mais à la fin… eh bien justement, enfin la voici la fin ! Bonne lecture.
  • Édition Politique Fiction

    Saint-Nazaire Supérieur - chapitre 3/4

    Par | 3 commentaires | 3 recommandés
    « Saint-Nazaire Supérieur » est une nouvelle qui se passe dans la France de la fin des années 2000. C’est l’histoire d’un homme rongé par la solitude. Il ne sait que faire, il ne sait pas écouter, il ne sait pas aimer. Il est marqué par la crise économique, la quête de sens et le racisme ordinaire. Mais à la fin… chut, je ne vous dis rien. Voici le chapitre 3/4. La suite, tout vite.
  • Édition Politique Fiction

    Saint-Nazaire Supérieur - chapitre 2/4

    Par | 2 commentaires | 2 recommandés
    « Saint-Nazaire Supérieur » est une nouvelle qui se passe dans la France de la fin des années 2000. C’est l’histoire d’un homme rongé par la solitude. Il ne sait que faire, il ne sait pas écouter, il ne sait pas aimer. Il est marqué par la crise économique, la quête de sens et le racisme ordinaire. Mais à la fin… chut, je ne vous dis rien. Voici le chapitre 2/4. La suite, tout vite.
  • Édition Politique Fiction

    Saint-Nazaire Supérieur - chapitre 1/4

    Par | 1 commentaire | 2 recommandés
    « Saint-Nazaire Supérieur » est une nouvelle qui se passe dans la France de la fin des années 2000. C’est l’histoire d’un homme rongé par la solitude. Il ne sait que faire, il ne sait pas écouter, il ne sait pas aimer. Il est marqué par la crise économique, la quête de sens et le racisme ordinaire. Mais à la fin… chut, je ne vous dis rien. Voici le chapitre 1/4. La suite, tout vite.
  • Édition Politique Fiction

    Bananier 2023

    Par | 2 commentaires | 1 recommandé
    Bananier, m’a souhaité un ami. Bananier, lui ai-je répondu, car oui, je suis d’accord. Bananier 2023 !
  • Édition Politique Fiction

    Nécrosy sous les Méandres

    Par
    Elle fut bien agitée cette Présidence Nicolas Sarkozy et les ondes de choc continuent de nous toucher, au rythme des marées. Comment raconter ce qui s'est passé ? Comment transcrire poétiquement cette personnalité ? Mon amie Moravie Catapulté s'y est essayée avec le roman "Nécrosy sous les Méandres", médité pendant un voyage en Thaïlande. À lire entre deux révélations de Mediapart.
  • Édition Politique Fiction

    Appel à voter pour

    Par | 9 commentaires | 8 recommandés
    J’ai lu tous les programmes des candidats. Tousse. J’avais pourtant juré de ne plus jamais donner mon avis sur les réseaux du net... Mais bon j’y tiens plus !
  • Édition Politique Fiction

    EST-CE QUE CE MONDE EST SÉRIEUX ?

    Par | 58 commentaires | 9 recommandés
    “Ainsi commence le fascisme. Il ne dit jamais son nom, il rampe, il flotte, quand il montre le bout de son nez, on dit : C'est lui ? Vous croyez ? Il ne faut rien exagérer ! Et puis un jour on le prend dans la gueule et il est trop tard pour l'expulser.” ― Françoise Giroud
  • Édition Politique Fiction

    Revue de presse de l’été 21

    Par | 1 recommandé
    Alors que Lethé s’achève, morceaux choisis d’infos catathodiques avant d’attaquer la rentrée.
  • Édition Politique Fiction

    L'aube aux yeux de grisaille

    Par | 56 commentaires | 33 recommandés
    « La dictature parfaite serait une dictature qui aurait les apparences de la démocratie, une prison sans murs dont les prisonniers ne songeraient même pas à s’évader. Un système d’esclavage où, grâce à la consommation et au divertissement, les esclaves auraient l’amour de leur servitude. » Aldous Huxley