NOUS ÉTIONS ILLUSOIRES

La vie s’était arrêtée, stoppée net. Aux quatre coins de la planète, les parcs, les jardins d’enfants, les bistrots, les restos, les marchés, les théâtres et les cinés affichaient porte close. Il flottait dans l’air cette ambiance nauséabonde de funestes souvenirs de film catastrophe. L'Humanité claquemurée, mise sous cloche, en quarantaine. Vieux rêve de dictateur des consciences.

https://www.herodote.net/Images/tintin_etoile.jpg

 

Nous étions empêchés

Dépêchés d’obéissance

Privés de liberté de circuler

Cloitrés entre nos quatre murs.

 

Nous étions entravés

Contraints par soumission

Assignés à résidence

Confinés malgré tout, malgré nous.

 

Nous étions retranchés

Enfermés, reclus, cloitrés,

Simples sujets de restrictions

Prisonniers de l’étau prohibitif.

 

Nous étions figés

Paralysés dans des postures improvisées

Parqués, entassés, enclavés,

Raisonnables par force de contradiction.

 

Nous étions bafoués

Citoyens de non droit

Fichés, fliqués, géo localisés,

Épiés dans nos humeurs et nos angoisses.

 

Nous étions irresponsables

 Frappés de ridicule

A la croisée d’injonctions paradoxales

Dans l’attente du jour fatidique.

 

Nous étions fragiles

Malades potentiels soumis à restriction

Devenus serviles à foison

Dociles par rédemption.

 

Nous étions aseptisés

Tributaires de nos vertiges

Vaccinés de nos pulsions mortifères

Nos  libidos sous ordonnance.

 

Nous étions pétrifiés

Au bord de l’écume

Attendant la déferlante

Qui devait nous laminer.

 

Nous étions misérables

Pantins de pacotille

Vivants sous la menace

Du fléau des évènements.

 

Nous étions tétanisés

Manipulés, manipulables

Sous emprise, sous domination

Pétris d’obéissance.

 

Nous étions bâillonnés

Murés dans le silence de nos angoisses

Priés de nous assujettir

Sommés de nous taire.

 

Nous étions décérébrés

Peuple de moutons lobotomisés

Soumis à la dialectique étatique

Sujets contrariés par soumission.

 

Nous étions rien

Nos libertés peau de chagrin

A la botte et à la merci

De ceux qui gesticulent nos lendemains.

 

Nous étions humains

Vulnérables et tangibles

En proie à notre destin

Redevenus simples mortels….

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.